Les Innocents à Liège : deux heures d’intense complicité

Jeudi 26 novembre 2015. Les quadras et quinquas (mais pas que) font la file devant le Reflektor place Neujean à Liège. Ceux qui ont grandi avec les riffs de guitare des Innocents et qui ne s’étaient jamais totalement remis de leur séparation dans les années 90.

Plus de 15 ans après leur séparation, JP Nataf (membre fondateur) et Jean-Christophe Urbain ont en effet repris le chemin des studios dernièrement (superbe album « Mandarine » sorti cette année) et surtout la route des concerts, avec un passage à Bruxelles il y a peu et ce jeudi à Liège dans cette nouvelle salle de concert, à côté de la Cité miroir et du cinéma Sauvenière. Liège n’est pas qu’une ville bibitive, c’est également une ville culturelle !

Les Innocents - Concert au Reflektor - Novembre 2015 - Benoît Demazy (1)

[Mode anecdote on \ En 2009, Mina Tindle était en première partie de Beirut au Cirque royal. Exercice toujours délicat pour une artiste peu connue du grand public de chauffer la scène avant que le groupe attendu n’arrive. Mina monte sur scène, accompagnée entre autres de son guitariste et là, le public – du moins « ceux qui ont connu l’époque que les moins de 40 ans ne peuvent pas connaître » – se réveille et on entend chuchoter « purée, c’est JP Nataf des Innocents ! ». C’est dire si ce retour sur scène était attendu ! / Mode anecdote off]

Pendant près de deux heures, et ce dès les premières notes, le public conquis retrouve l’énergie de l’âge d’or des Innocents… Une belle complicité retrouvée entre JP et Jean-Christophe : au frigo les frictions ayant abouti à la séparation du groupe fin des années 90 ! Elles seront évoquées brièvement par un JP très en forme… en anglais, comme pour accentuer le côté décalé, lointain de cette brouille.

Les Innocents - Concert au Reflektor - Novembre 2015 - Benoît Demazy (6)

Complicité également avec le public, de bout en bout de ce concert tantôt énergique tantôt plus calme, lorsque les deux chanteurs-guitaristes se posent, se reposent sur un divan. On se croirait du « Côté de chez Dave » sur France 3. Tiens, n’est-ce pas justement là que les Innocents étaient il y a quelques semaines avec entre autres Hubert-Félix Thiéfaine et Cali ?

Alternant pépites venues du passé et titres du dernier album, de Philharmonies à Colore, en passant par les incontournables Fous à lier, L’Autre Finistère ou Un monde parfait, ils ont prouvé – qui en doutait ? – qu’ils jouaient en première division : celles des artistes qui ne confondent pas studio et scène, celles des artistes qui mouillent le maillot, courent durant 90 minutes et jouent les prolongations avec la même intensité, tout en respectant leur public, véritable 13ème homme de ce match.

Les Innocents - Concert au Reflektor - Novembre 2015 - Benoît Demazy (9)

La métaphore footballistique sera d’ailleurs invoquée par nos joyeux drilles lorsqu’ils demandent au public de s’époumoner comme des supporters d’Anderlecht… ayant manifestement été bien informés que cette référence aux Mauves ne manquerait pas de rendre fou le public liégeois. Bienvenue en Principauté !

L’humour et la décontraction des Innocents se matérialisent entre les chansons mais aussi pendant celles-ci : la salle est intime, le public est proche, l’ambiance plus semblable à celle d’un club que d’une salle anonyme, favorisant une ambiance « jam session », L’autre Finistère se termine en Bamba, Jodie se termine en fondu enchaîné sur Talking about the revolution de Tracy Chapman… Tout cela fleure bon les années 80 !

Les Innocents - Concert au Reflektor - Novembre 2015 - Benoît Demazy (10)

L’ambiance est légère, la poésie et l’humour du duo feraient presque oublier l’actualité. Avec finesse, ils nous rappellent ça et là que la vie est fragile et que la folie a frappé durement ces derniers jours : « Vous êtes aussi nombreux que prévu », en référence aux nombreux concerts annulés mais aussi à la baisse drastique de fréquentation des salles de spectacles sur Paris (jusqu’à 80% en moins). Ou plus tard dans le concert ce simple mais touchant « Merci d’avoir bravé, bravo ».

Mais sans conteste, le moment le plus émouvant sera cet hommage aux deux victimes liégeoises des attentats de Paris, Elif et Milko, avant la reprise, après 30 minutes de rappels, d’Un homme extraordinaire.

Les Innocents - Concert au Reflektor - Novembre 2015 - Benoît Demazy (20)

On se souviendra de ceux qui commettent un crime un jour, de tous ces chasseurs de primes
et puis d’oublier la vie d’un homme extraordinaire

Non, on n’oubliera pas ces hommes et femmes extraordinaires, victimes anonymes.

Compte-rendu signé Benoît Demazy

Galerie de photos:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s