De la mort, l’art et la photo ont tiré une si belle lumière

Durant toutes les saisons, le photo-reporter Jacques Duchateau a immortalisé les cimetières de Wallonie. Des lieux de recueillement devenus véritables musées à ciel ouvert. Jacques dédicacera son livre, samedi, chez Papyrus.
Pour la Toussaint, le photographe Jacques Duchateau (journaliste et photographe au quotidien pour le journal L’Avenir) publie son premier livre sur les cimetières de Wallonie, un prétexte à vous emmener en promenade. Un sujet peu banal pour cet homme d’ordinaire passionné de voitures et de rock. « C’est bien simple, la genèse de ce livre, c’est un reportage sur la Toussaint 2014. Je devais trouver un beau cimetière. Je n’en connaissais pas, vraiment. Vous savez, en-dehors des circonstances naturelles et malheureuses, je ne m’étais jamais vraiment baladé dans ce genre d’endroit ni pris la peine de regarder ce qui pouvait faire leur charme.« 
Légende: Des vitraux à travers le trou d’une porte en fer, et le tour est joué autant que le mystère se fait. De quoi donner en vie d’y entrer pour découvrir ce monde insoupçonné où la vie et l’art rendent la mort beaucoup plus belle.
Mais ça, c’était avant son reportage qui l’a mené sur le chemin du cimetière de Robermont, à Liège. « J’ai été estomaqué, je suis littéralement tombé amoureux. » Et sur le conseil de Xavier de Florenne (le « Monsieur Cimetière » de la Région Wallone), le photographe, fraîchement fasciné par cette beauté jusque-là insoupçonnée, a continué son périple à travers la Wallonie, de Sainte Walburge au Prieuré d’Anseremme en passant par Lasnes et ses « ruches » (un apiculteur y ayant élu domicile) et la crypte du cimetière de Belgrade, inédite au grand public.
La crypte du cimetière de Belgrade sous l'objectif de Jacques Duchateau. Aussi mystérieuse qu'inédite pour le grand public.
Légende: La crypte du cimetière de Belgrade sous l’objectif de Jacques Duchateau. Aussi mystérieuse qu’inédite pour le grand public.

Vision d’ensemble

Jacques en a sillonné une quarantaine (27 se retrouvent dans son livre), au fil des saisons et de véritables balades. « J’ai marché des heures dans ce silence religieux. Même en pleine ville, les cimetières arrivent à conserver une sérénité, un calme divin. Un luxe que je n’ai pas pour mes photos pour la presse. Dans mon livre, j’ai retenu les lieux qui m’ont ému. Dans leur ensemble, pas forcément autour d’une jolie chose. » Parfois, le photographe a pris ses photos sur le fait mais à d’autres moments, en pleine recherche d’un moment particulier, Jacques a du s’y reprendre à plusieurs fois. « Je dois être retourné cinq ou six fois à La Louvière. Parfois j’étais trop tôt, parfois trop tard, mais il me fallait la bonne lumière au bon endroit.« 
Légende: Le diable est dans les détails, le saint aussi, peut-être. Au cimetière de Charleroi, la mousse fait reprendre vie aux monuments des morts et la nature fait art.
Des musées à ciel ouvert
Bien plus que des lits éternels où reposent nos ancêtres, les cimetières ont fasciné le reporter par leur façon de proposer des œuvres d’art à chaque allée. « L’entrée est gratuite et l’art à portée de tous. Beaucoup de ces lieux sont de véritables musées d’art à ciel ouvert. Encore plus les cimetières des régions riches du XIXème siècle. J’ai ainsi photographié une sublime Belle endormie ou une Pieta, de même que des statues impressionnantes. À Court Saint Etienne, il y a un monument incroyable, le mausolée Goblet d’Alviella, gardé par quatre sphinx et aux écritures multiculturelles. Ce sont des lieux de vie plus que de mort. » Jacques a également parsemé son livre d’anecdotes. Il y en a bien d’autres à découvrir. C’est pourquoi, le photographe vous invite à suivre ses traces et ses émois: « Pour chaque lieu que j’ai visité, j’ai adjoint l’adresse. J’espère que les lecteurs l’introduiront dans leur GPS et vivront l’expérience que j’ai vécue.« 
Entre forêt et falaise, le Prieuré d'Anseremme et son petit cimetière ont charmé l'oeil du photographe. C'est une des curiosités de la province de Namur.
Légende: Entre forêt et falaise, le Prieuré d’Anseremme et son petit cimetière ont charmé l’oeil du photographe. C’est une des curiosités de la province de Namur.

Exposition et dédicaces:

  • Namur: dédicaces, le samedi 31 octobre dès 15h à la librairie Papyrus (exposition du 27 au 31/10)
  • Wavre: dédicaces, le samedi 7 novembre dès 15h à la librairie Despontin (exposition du 3 au 10/11)
  • Tournai: dédicaces, le mardi 17 novembre dès 18h à la librairie Decallonne (exposition du 12 au 17/11)
  • Liège: exposition du 19 au 23 novembre à la librairie Libris-Agora

« Cimetières de Wallonie – Balade photographique » aux Éditions Luc Pire, 176p., 29€

Page Facebook: Cimetières de Wallonie

Extraits:  

Un commentaire

  1. Les photos de cimetière dans cet article sont trop belles. En fait, la troisième photo m’a fait penser au monument funéraire de ma mere. Je vous remercie d’avoir partagé toutes ces photos. Je suis vraiment touchée.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s