Fauve, un concert éblouissant entre rage et lumière !

Il est 17h30 à Bruxelles. Nous sortons de la gare et prenons la direction de la zuidstraat. Nous avons rendez-vous avec Fauve dans 20 minutes. Arrivés au bar les gens que j’aime, nous regardons autour de nous furtivement. Où sont-ils? A quoi ressemblent-ils? Nous ne patientons pas longtemps avant de voir arriver l’attachée de presse qui nous annonce un peu de retard. Nous nous asseyons et profitons du décor vintage du petit bar du centre. Et finalement, le moment tant attendu peut commencer. Nous nous retrouvons face à eux. Mais en fait, nous ne rencontrons pas Fauve en fait… Nous rencontrons deux gars dans un bar avec qui nous amorçons une discussion. Au final, nous n’avons fait qu’une rencontre enrichissante avec des gens normaux, comme vous et moi… Tel est sans doute la force de Fauve!

INTERVIEW

A peine le temps de sortir du bar qu’il est déjà temps de rejoindre l’Ancienne Belgique. Devant laquelle plus d’une heure à l’avance se presse déjà une centaine de fans. Très vite le public afflue et la file s’agrandit. Une famille accoste désespérément les spectateurs à la recherche de place pour le concert. Places qu’ils ne trouveront malheureusement pas!

Une fois entré, la première partie se met déjà en place. Une première partie assurée par le rappeur bruxellois Roméo Elvis, il faut l’avouer , un peu fade. Mais peut-on vraiment l’en blâmer? Il n’est pas facile de faire une première partie d’un groupe si particulier et si adulé! Quoiqu’il en soit, il s’en est bien sorti en faisant découvrir au public son rap humoristique et empreint de surréalisme.

C’est l’euphorie lorsque le groupe tant attendu pose enfin les pieds (ou les pattes?) sur cette scène, la première des nombreuses leur nouvelle tournée. C’est un déferlement de cris et d’applaudissements pour le groupe qui semble immédiatement rassuré. Et ça y est c’est parti! Après une intro des plus explosives, Fauve commence avec Paraffine et Juillet (1998). Il n’en n’aura pas fallu beaucoup pour conquérir le public, plus chaud que jamais. Du côté de la scène, le groupe est fidèle à lui-même; il donne tout et joue avec passion et ardeur, plus encore que les dernières fois où on a pu les voir. Un seul hic, la tablette du chanteur! Sur laquelle il a vite fait de zyeuter, par peur d’oublier les paroles de chansons encore trop neuves. Heureusement, on lui pardonnerait tout, encore plus quand c’est la première date!

Fauve enchaîne ensuite ses anciennes chanson. Accompagné par les fans qui peuvent enfin chanter tous ensemble ces refrains à la façon d’un chant de marin ! Infirmière, Vieux Frères, Lettre à Zoé, Cock Music Smart Music, et j’en passe! Mais Fauve se permet également quelques surprises avec notamment des ré-arrangements comme sur De Ceux et Voyou notamment. Les morceaux s’enchaînent et la ferveur monte de plus en plus dans le public. Le temps passe vite, trop vite et déjà… C’est la fin… Fauve quitte la scène sous les cris du public. Heureusement, il reviendra vite, appelé par les hurlements et les tapements de pieds des fans, faisant vibrer l’AB. C’est avec joie que le public va remonter pour un dernier tour de manège à « enculer le blizzard » pour enfin « devenir sagittaire et décrocher les hautes lumières »!

Un concert tout en puissance donc, qui a vu s’établir une belle connexion entre le groupe et ses fans, unis dans la même rage! Le seul reproche que l’on pourrait avancer est le peu de nouvelles chansons par rapport aux anciennes. Mais avouons tout de même que s’ils avaient chanter en partie leur nouvel album, nous leur aurions reprocher le manque d’anciens morceaux!

Bilan d’un concert d’une intensité jubilatoire: une extinction de voix, une pêche monumentale et un très très très beau souvenir! Alors, vivement les Ardentes!

Par Alizée Seny

Photo dans l’anonymat d’un groupe emblématique:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.