Undertaker, mon croque-mort, ce héros – Interview avec Xavier Dorison

À l’instar du galop d’un cheval fou du Far West, Xavier Dorison et Ralph Meyer dépoussièrent le genre du western en ce début d’année avec un inattendu et sublime « Le Mangeur d’or », premier tome de la série Undertaker qui devrait faire des ravages de bonheur chez les fans de western. Nous avons rencontré  Xavier Dorison.

Car, oui, les western, on a l’impression que c’est toujours un peu la même chose, la même ritournelle, la même danse de saloon. Parfois, il y a des illuminations, au cinéma, dans les livres, mais bien souvent on se dit que le meilleur d’un style en bout de course est derrière nous avec les Leone, les Eastwood, les Blueberry et les Lucky Luke. Pourtant, il serait bien prématuré de le penser vraiment, tant certains passionnés s’efforcent de le remettre au goût du jour. Et quand c’est avec le bagout d’oser l’inventivité de le révolutionner, ce vieux western, on ne peut que dire oui!

Et c’est ce que prouve la nouvelle série des excellents Xavier Dorison et Ralph Meyer chez Dargaud. Ancrée dans tous les credos et stéréotypes du genre (les vautours, le désert, la poussière, les mines et de belles gueules de truands), Undertaker le révolutionne en même temps en osant l’incroyable: prendre en héros un… croque-mort. Parole au scénariste!

On l’entend, Xavier Dorison croit en son récit, et il fait bien. Ça faisait bien longtemps qu’on n’avait pas pris autant de plaisir à rentrer dans ce monde de brutes où seules comptent les lois du Talion et du six-coups et autres winchesters. Non seulement, c’est diablement bon (et le talent de Xavier Dorison est encore un peu plus assis, avec un sens inné du cliffhanger diabolique), mais c’est aussi ingénieusement innovant. Alors, si en plus Ralph Meyer nous prouve une nouvelle fois qu’il peut s’adapter à tous les types d’univers, on peut que succomber! Voilà un album de gros calibre qui risque de relancer le western dans ce qu’il a de plus contemporain et jouissif. À ne pas rater, donc!

Undertaker, T.1: Le mangeur d’or, Xavier Dorison et Ralph Meyer, Dargaud, 64p., 13,99€

17/20

Quelques extraits:

En plus, vu le suspense insoutenable de la dernière case de ce premier opus, le deuxième tome est annoncé pour fin de cette année.

Par Alexis Seny

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s