Star Trek Into Darkness ou le retour du cinéma spatial et intelligent

Bon alors, Star Trek Into Darkness? Autant le dire tout de suite, c’est le blockbuster le plus attendu de cette première partie d’année et le statut est mille fois mérité! L’équipe de Kirk et Spock fera son grand retour le 5 juin prochain en Belgique. Avec fracas, puisqu’on risque d’en parler beaucoup. Je l’ai vu en avant-première, voilà mes impressions.

Un réalisateur qui ne cesse d’étonner, un casting de haut vol (mention spéciale à Benedict Cumberbatch, casté faute de mieux!, avec des airs de Kevin Bacon qui aurait croisé un Bogdanov, vraie révélation et qui montre toute l’étendue de son talent à chaque scène. Dans le rôle de Khan, un méchant intersidéral sidérant, c’est un peu comme si Cumberbatch réinventait le concept de méchant, jouissif et terrifiant à la fois!) et des péripéties virevoltantes aux allures de fin du monde.

Tous les ingrédients sont là et le film est carrément réussi. L’histoire, elle-même, est intéressante. Non, ce n’est pas une suite pour faire une suite, comme on en voit beaucoup! Mais plutôt un blockbuster intelligent, efficace et bourré d’originalité. Entre dilemme et controverse du clonage, Kirk est torturé comme jamais et le héros doit poser des choix, là où auparavant il agissait de manière immature et provocante.

Visuellement époustouflant, on se prend même à frémir, à retenir son souffle et à se marrer face aux pointes d’humour (beaucoup plus présentes que dans le premier opus new generation avec notamment des scènes d’anthologie entre Chris « Kirk » Pine et Zachary « Spock » Quinto) dispersées tout au long de l’aventure avec un grand A. La mise en scène est maîtrisée comme jamais, on croit aux décors parfois fait à l’ancienne et les effets spéciaux sont royaux. Le tout porté par la musique dantesque du déjà oscarisé Michael Giacchino.

Et la 3D se trouve dûment justifiée dans le dernier quart du film, pour le reste, c’est passable. Bref j’ai beaucoup aimé ce film, je ne me suis pas emmerdé une seule seconde, j’ai été pris en flagrant délit de distorsion même si je ne suis pas un adepte de la franchise ni du genre. Mais les fans avaient l’air aux anges et visiblement très convaincu par cette nouvelle adaptation.

En tout cas, quelque chose me dit que même si l’Enterprise a bien souffert, le vaisseau n’est pas au bout de ses peines. J.J. Abrams a tenu son pari de relanceur de franchise et prouve une nouvelle fois qu’il a tous les ingrédients pour réussir (et faire mieux que Lucas?) le prochain Star… Wars! En attendant, on a envie de dire « Longue vie et prospérité » à Star Trek et on attend la suite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.