Nous avons tous notre vision des dieux, de leur action sur notre quotidien, mais les connaissons-nous vraiment ? Primal Gods in ancient time nous ouvre la porte de l’au-delà grâce à Kenji Tsurubuchi

Partons ensemble d’un pas vif en pays de Wa à la rencontre du destin et à la recherche de certains artefacts divins. Et pourquoi n’en profiterions-nous pas pour recevoir une bénédiction ou une solution à nos problèmes terrestres?

Résumé du tome 1 de Primal gods in ancient time : Dans des temps immémoriaux, à l’époque où les capricieux dieux de la nature influaient encore sur le monde des hommes, une jeune orpheline nommée Miyo est choisie comme sacrifice humain par son village. Mais la veille du jour fatidique, elle rencontre l’ascète de renom En no Ozuno et son disciple Zen, tous deux capables de communiquer avec les dieux. Miyo acceptera-t-elle le destin funeste qui l’attend, ou décidera-t-elle de prendre son avenir en main? Ainsi s’ouvre une grande fresque fantastique dans la lointaine contrée de Wa, un voyage à la rencontre de divinités aux multiples facettes.

De prime abord, je ne savais pas à quoi m’en tenir et j’ai été déstabilisé. Je ne comprenais pas le but de ce manga. Mais où l’auteur veut-il nous emmener? Et c’est en suivant le périple de notre trio dans ces montagnes que j’ai compris Kenji Tsurubuchi. Cette balade à la rencontre du folklore et des dieux nous plonge dans une certaine sérénité contemplative. Ces divinités sont à la fois majestueuses et dépendantes. Elles sont certes toutes-puissantes mais tellement à la merci de la foi des hommes. Elles sont à la fois juge et condamné. Sans notre soutien, elles tombent dans l’oubli et meurent. La relation entre le monde spirituel et celui terrestre est bien plus que celle de  maître à esclave, c’est une symbiose. L’un ne va pas sans l’autre.

On comprend mieux aussi que le destin qui semble inéluctable peut à tout moment être modifié. Rien n’est réellement figé tant que l’on ne l’a pas décidé. L’espoir nous ouvre des portes et nous donne une force parfois insoupçonnée. Est-ce du aux dieux ou à notre simple volonté. Et les exemples sont nombreux dans le récit. Miyo qui, pour le bien de son village, devait donner sa vie en sacrifice modifie son avenir et part visiter le pays de WA. Zen est un oni qui n’accepte pas sa condition et cherche à redevenir humain. Ils ne se contentent pas de subir leur vie mais par leurs faits et leurs décisions altèrent leur destinée. Les dieux nous ont laissé notre libre arbitre et c’est ce que le manga nous fait comprendre.

Attardons-nous sur l’aspect graphique du manga. Les dessins reflètent parfaitement la profondeur du récit. Les traits sont simples et précis tout au long du manga. Les décors extérieurs sont nombreux et variés et invitent le lecteur à la flânerie. L’aspect singulier des différents dieux les rend crédibles et majestueux. Les vêtements sont complexes et soignés, ce qui rajoute du raffinement au design des personnages.

Promenez-vous avec Kenji Tsurubuchi dans ces montagnes à la rencontre de ces êtres mystiques dépendant de l’homme et de sa foi. Voyez comme l’homme, malgré sa suprématie attend toujours un signe de l’au-delà. Soyez maître de votre destin car c’est vous et vous seul qui faites les choix, bons ou mauvais, qui influenceront votre vie.

Titre: Primal Gods in ancient times

Scénariste: Kenji Tsurubuchi

Dessin:Kenji Tsurubuchi

Genre: Fantastique/manga/seinen

Traduction: Odilon Grevet

Éditeur: Dupuis

Collection: VEGA Manga

Pages: 176

Prix: 8€

Date de sortie: le 06/05/2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.