Coiffeuse d’âmes, une pièce émouvante douce et décoiffante, actuellement sur les planches du Théâtre Royal du Parc

Pour clôturer sa saison en beauté le Théâtre Royal du Parc nous propose Coiffeuse d’âmes une pièce écrite par Valériane De Maeterleire et Thierry Debroux. Un étrange voyage dans un salon de coiffure pas vraiment comme les autres…

Lorsque, la veille de Noël, Eléonore pénètre dans un salon de coiffure sans avoir pris rendez-vous, elle est loin de se douter de ce qui l’attend. Car Nuwu, coiffeuse d’âmes de son état, a bien une réservation à son nom. Peu à peu, elle éprouve le sentiment étrange que rien ne se déroule comme elle l’avait imaginé. Un peu comme si le temps s’était arrêté. Alors, quand Claire débarque et s’étonne, elle, de ne pas figurer sur le carnet de rendez-vous, la confusion s’installe : que peuvent bien partager en commun ces deux femmes ?

Un soir de réveillon de Noël, Eleonore ( Anouchka Vingtier) qui désire se faire faire une coupe avant une rencontre galante déboule dans un salon de coiffure sans avoir pris rendez-vous. Elle est accueillie par Nuwu ( Petra Urbànyi) coiffeuse au look vintage qui pourtant lui assure que son nom figure bien sur la liste. Mais quelle liste ?

Dès le début de la pièce on est happé par ce scénario étonnant qui réserve de multiples surprises au spectateur. Pourquoi Eleonore est elle là ? Pourquoi croise t’elle brièvement la route de Claire ( Cindy Besson) une autre cliente habituée des lieux ?

Cette comédie fantastique écrite à quatre mains en 2021 par Thierry Debroux et Valériane De Maeterleire  nous fait souvent sourire mais nous interroge sur nos destinées avec émotion, douceur et poésie.

Qu’a t’on fait de nos vies ? Que se passe t’il après la mort ? La pièce interpelle et fait réfléchir, et est artistiquement portée d’un bout à l’autre par trois comédiennes impeccables de justesse.

Malgré un propos à priori peu réjouissant, on est ici face à une comédie, qui interpelle certes, mais qui reste légère et divertissante. Un bel exercice de style, particulièrement bien choisi pour clôturer en beauté une saison remarquable et remarquée dans les murs du Théâtre du Parc.

Il reste quelques représentations, ne ratez pas ce spectacle étonnant et atypique, qui ne laisse personne indifférent.

Jean-Pierre Vanderlinden / Photos Gaël Maleux

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.