Nos aïeux figés pour l’éternité sur les photos jaunies de nos albums ont tous une histoire, « ne les oublions pas » semble vouloir nous dire Reine Andrieu dans L’envol des amazones

Lola, professeur des écoles est bouleversée, l’hôpital vient de l’appeler, son père qui souffrait d’un triple cancer a perdu son combat contre la maladie. Ce qui ne semble guère perturber Ernesto, le perroquet de la maison qui siffle à tue-tête l’Internationale. Mais peut-être est-ce sa façon à lui de rendre un dernier hommage au papa de sa maîtresse? C’est en effet le père de Lola qui lui a offert ce magnifique amazone et qui lui a appris à siffler ce célèbre chant révolutionnaire.

En fouillant les affaires de son père, Lola trouve une lettre mystérieuse. Une missive probablement écrite par son grand-père Léon destinée à une inconnue à laquelle il semblait très attaché. Un grand-père qui a apparemment traversé bien des tourments puisqu’il semblait être privé de liberté lorsqu’il a rédigé ce courrier. Pourquoi donc a-t-il été emprisonné?

Désireuse d’en savoir un peu plus sur Léon, Lola va mener sa propre enquête et va ainsi apprendre que cet homme destiné à travailler dans la ferronnerie familiale préférait de loin être mécanicien dans une mégisserie située dans le Tarn. Préoccupé par le sort des travailleurs, le jeune homme apprécié de tous et en avance sur son temps s’impliqua même dans le mouvement syndical.

Est-ce ça qui lui attira des ennuis?

Lola mettra tout en oeuvre pour en savoir plus.

Reine Andrieu

Qui n’a jamais rêvé d’en connaître un peu plus sur le passé de ses aïeux? D’en savoir plus sur le parcours de vie de ces personnes que l’on n’a pas eu la chance de côtoyer (ou pendant trop peu de temps) et dont les photos jaunies (celles-là mêmes qui se décollent sans cesse) remplissent nos vieux albums. C’est en partant de cette idée que Reine Andrieu, ancienne bibliothécaire, a construit son deuxième roman (le premier, L’hiver de Solveig a reçu le prix Kobo-Fnac)

Exilée en Guyane mais ayant toujours un pied-à-terre dans le Tarn, la romancière voulait à tout prix aborder deux sujets qui lui tenaient à coeur. D’une part, le terrible bagne de Guyane rendu célèbre par Henri Charrière dans son livre « Papillon ». Plus précisément, le Bagne de Saint-Laurent-du-Maroni. Elle souhaitait mettre également à l’honneur les mégisseries, l’occasion pour elle d’aborder le volet social mais aussi économique d’une telle industrie.

Mégisserie

Le résultat est un roman que l’on pourrait qualifier de régional dont beaucoup apprécieront le charme un peu suranné. Les autres trouveront probablement cette histoire d’amour impossible un peu trop fleur bleue à leur goût.

Un roman qui plaira donc surtout aux plus romantiques d’entre nous.

Titre : L’envol des amazones

Auteur : Reine Andrieu

Genre : Roman

Éditeur : éditions Préludes

Nbr de pages : 448

Date de sortie : 11/05/2022

Prix : 19,90€

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.