PHOTOS| Renan Luce & le Sinfonia Pop Orchestra au W:Halll : champagne… mais pas tout seul

Renan Luce était en  Belgique, au W:halll, le 28 octobre dernier, pour l’ultime concert de sa magnifique tournée avec le Sinfonia Pop Orchestra. L’artiste nous a enchantés avec son dernier album éponyme sorti en 2019. Un album très personnel qui nous parle un peu. Comme quand, durant le confinement, l’on restait chez soi à écrire des chansons en buvant du champagne à 15 heures, à la fenêtre, à la terrasse. Quand il y avait un moment de douceur et que le printemps laissait bailler le temps, on essayait tant bien que mal de débrancher son cerveau envahi par l’anxiété et le stress de se faire rattraper par la maladie ou la perte d’un proche. Et on rebranchait notre coeur pour sentir qu’on était toujours vivant et bien là. (Adaptation : Du Champagne à quinze heures).

Toute cette sensibilité, tous ces mots justes de sens sont dans les chansons de Renan Luce: on sent le vrai, la couleur, la douceur, le bien-être, tout est là. Sur scène, il y un orchestre avec 12 musiciens classiques (violons, contre-basse, etc.) et  il y a un chouette piano à l’ancienne qui sonne bon les notes. Il y a un virtuose de la batterie, un gestionnaire des percussions et une vraie basse. Puis, il y a lui, Renan, avec son inséparable guitare, et ça sonne vraiment beau. Un vrai grand orchestre c’est magnifique .

La présentation est splendide, un éclairage de toute beauté, soigné fin et riche en couleurs. On se sent transporté par ce magnifique bateau musical. Bien sûr, l’auteur-compositeur-interprète est venu avec « La lettre » que le public attendait et il nous l’a bien transmise tandis que le public l’avait bien lue et apprise. « Les voisines » étaient elles aussi du voyage et toujours aussi intrigantes derrière les volets de notre imagination.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

C’était top, je vous invite à écouter les textes, des romans à ciel ouvert. Ce mec est une vraie pépite. Je retournerai voir ce petit gars si sympathique qui aime tant les sons des années 60 (Brel, Bourvil, Bécaud, etc.). Bravo l’artiste.

Bravo et Merci

En première partie, il y avait Emilie Marsh avec sa guitare et ses sons « Nevada », elle m’a agréablement surpris. Accompagnée de quelques belles boucles bien ciblées et d’une chouette rythmique, elle a bien chauffé la salle .

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Elle s’est beaucoup amusée d’être là et d’avoir fait un bout de route avec Renan Luce qui l’ avait invitée. Elle va grandir et est à suivre assurément. Merci Emilie et Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.