Sous le crayon bouleversant de Morizur et Benyamina, deux mondes s’entrechoquent et donnent des montagnes russes espérant ne plus accoucher d’une souris

© Morizur/Benyamina chez Grand Angle

C’est un fait, il y a autant d’histoires de vie que de personnes en présence, le vécu de l’un n’est pas nécessairement celui de l’autre. Les drames et les bonheurs ne sont pas répartis équitablement mais il nous appartient, dans la mesure du possible, de transformer les malchances en chances, autant que possible. Y compris quand deux mondes s’entrechoquent. Celui d’Aimée et de Charly, que Gwénola Morizur et Camille Benyamina forcent à se rencontrer, pour des étincelles et peut-être un peu d’éclats de vie à partager.

© Morizur/Benyamina chez Grand Angle

Résumé de l’éditeur : Aimée et Jean rêvent d’avoir un enfant. C’est devenu une idée fixe et les échecs successifs de procréation médicalement assistée sont de plus en plus durs à accepter. Dans la crèche où Aimée travaille, elle fait la connaissance de Charlie, qui élève seule ses trois enfants, et vient inscrire Julio, son petit garçon. Lorsqu’Aimée prend sous son aile l’enfant de Charlie, un lien se tisse entre elles, plus grand et plus fort qu’elles ne l’auraient imaginé.

© Morizur/Benyamina chez Grand Angle

Passent les années, rien n’y fait. L’horloge biologique d’Aimée a continué de tourner sans parvenir à lui offrir son rêve le plus cher : un enfant, avec l’homme de sa vie. Par voie naturelle ou en étant aidée, Aimée doit s’y résoudre, il est probable qu’elle ne donne jamais la vie. C’est d’autant plus injuste quand on sait que ses émotions professionnelles, cette femme chaleureuse et écoutante les a mises au service des enfants qui peuplent de cris et de rires, de colères aussi parfois, la crèche dans laquelle elle travaille. Forcément, on s’attache.

© Morizur/Benyamina chez Grand Angle

Encore plus que Charlie fait irruption dans sa vie, dépassée par les événements et ses petits bouts. Les deux femmes sont faites pour s’entendre, être amies, se rendre des services. Plutôt dans un sens que dans l’autre. C’est ainsi qu’Aimée en arrive à chouchouter Julio, à le prendre à part pour lui offrir un peu de quoi s’émanciper alors que sa mère a trop à faire que pour écouter ses besoins. L’histoire est belle mais le cadre professionnel est dépassé et peut-être même celui de la complicité entre Aimée et Charly qui se révèle avoir sacré caractère. Et aimer par-dessus tout même si elle ne le montre pas toujours de la meilleure des façons sa progéniture. Aimée, à force de passer pour la mère de Julio, mais le veut-elle seulement?, risque bien d’être détestée. De tout perdre.

© Morizur/Benyamina chez Grand Angle
© Morizur/Benyamina chez Grand Angle

Cette rencontre et ce drame, jamais irréparable pour la cause, Gwénola Morizur et Camille Benyamina l’investissent de toute la fragilité et l’humanité dont elles sont capables pour l’emmener sur un fil. Entre les mauvais coups qui se répètent et la chance qui peut sourire enfin. Entre pudeur et exposition, retenue et explosion, Benyamina magnifie cette histoire comme il y en a tant mais qui sont parfois contenues, cachées. Mais qu’il fait du bien de libérer! Un témoignage universel et brillant. Même dans les nuits les plus désespérées.

© Morizur/Benyamina chez Grand Angle

Titre : Montagnes Russes

Scénario : Gwénola Morizur

Dessin  et couleurs : Camille Benyamina

Genre : Drame, Famille, Société

Éditeur : Grand Angle

Nbre de pages : 80

Prix : 16,90€

Date de sortie : le 02/06/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.