Après Cronenberg… Christian Hecq: adaptation théâtrale originale, drôle et remarquablement bien jouée de La Mouche

La Mouche… tout le monde connaît le film de David Cronenberg… Mais peu savent qu’il est inspiré d’une nouvelle de George Langelaan… Et c’est de cette nouvelle que le génial Christian Hecq s’est librement inspiré pour nous créer cette pièce de théâtre… Disons-le tout de suite, il est exceptionnel. J’avais eu la chance de le voir jouer sur scène il y a vingt ans lorsque j’étais étudiante jobiste dans ce même théâtre. Et j’avais retenu qu’il crève la scène… Quand on le voit dans un film, il est extra… Mais sur scène, c’est là qu’il révèle toute l’entièreté de son talent. Car nul besoin d’amoindrir son jeu, au contraire, il peut tout explorer, aller au-delà même du raisonnable. Et, ce rôle créé sur mesure pour lui… c’est un régal pour nous. Il est exceptionnel.

« Librement inspirée de la nouvelle de George Langelaan, Christian Hecq s’attaque à La Mouche. Une plongée dans l’univers palpitant et fascinant de la science fiction.

Dans les années 60, au coeur d’un village, Robert vit avec sa maman Odette. La relation mère-fils est inquiétante et désopilante à la fois (un clin d’oeil à l’épisode de la soucoupe et le perroquet de l’émission Strip-tease). La cinquantaine, dégarni, bedonnant, Robert passe le plus clair de son temps enfermé dans le garage où il tente de mettre au point la machine à téléporter.

Robert va tenter de se téléporter mais une mouche s’est glissée dans la machine, et l’apprenti scientifique va peu à peu se transformer en insecte géant. Ses transformations physiques et mentales ne seront pas sans rappeler celles de Gregor dans La Métamorphose de Kafka.

À l’adaptation et à la mise en scène, on retrouve un artiste bien de chez nous : Christian Hecq (qui brille en tant que sociétaire de la Comédie française) est fasciné par les sciences et l’astrophysique. À ses côtés, la plasticienne et metteure en scène Valérie Lesort qui a travaillé entre autres avec Philippe Genty, Luc Besson… ça ne peut que faire mouche ! « 

C’est clairement Christian Hecq qui porte cette pièce au plus haut mais ses partenaires lui rendent de belles répliques. Son texte n’est pas très fourni… mais le jeu scénique est réellement un bonheur. Il interprète Robert, un fils à maman, savant-fou introverti qui travaille à l’élaboration d’une machine de téléportation.

On rit beaucoup dans cette adaptation. Alors que le film, je l’ai passé, pour l’essentiel, cachée derrière un coussin à trembler, Christian Hecq nous offre de réelles possibilités de rire, de sourire, de souffler entre les instants plus dramatiques de l’histoire. Il fait ce qu’il sait faire de mieux… nous offrir généreusement son jeu de mimiques, de postures, de situations comiques. Son corps, ses intonations, tout son être n’existe durant un peu moins de deux heures que pour nous divertir. Il est génial.

Jan Hammenecker (qui remplace Stephan Wojtowicz) nous propose également une belle interprétation d’un inspecteur aux corones plus imposantes que celles d’un taureau et avec des bretelles à chaussettes mémorables. Il tient sa place sur scène face à un Christian Hecq magistral, il existe et nous fait également beaucoup rire… Mais cet inspecteur ne lâche rien malgré les verres de Suze et son enquête lui apporte les preuves qu’il recherche… Le filet se resserre autour de la famille de Robert…

Et puis il y a aussi les deux rôles féminins de cette pièce : Christine Murillo dans le rôle d’Odette, la maman autoritaire de Robert, et Valérie Lesort potentielle fiancée nunuche qui va tester (à ses dépends) la téléportation…

C’est drôle, c’est loufoque, c’est bien joué. C’est un super moment théâtre.

Soulignons également que ce spectacle a reçu 3 Molières en 2020 : le meilleur acteur pour Christian Hecq (il crève littéralement la scène, vous l’avez compris), la meilleure comédienne pour Christine Murillo et la meilleur création visuelle. Bref, c’est un théâtre de qualité, où l’on rit… Alors je ne connais pas de meilleure recette pour retrouver le plaisir d’assister au jeu d’acteurs sur une scène. Si vous en avez l’occasion, prenez vos ticket une belle soirée théâtre.

Titre : La Mouche

Adaptation et mise en scène : Valérie Lesort et Christian Hecq

Distribution : Christian Hecq, Christine Murillo, Valérie Lesort et Jan Hammenecker

Scénographie : Valérie Vuong

Vu au Théâtre Royal de Namur le 30 octobre 2021.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.