Manger ou se faire manger, vivre ou mourir, être proie ou prédateur: Love est partout dans la contemplation de ce que nous devons protéger

En 2011, chez Ankama, c’est un sacré défi que se lançaient Frédéric Brrémaud et Féderico Bertolucci: visiter le règne animal et voir du pays et des continents dans de longs albums d’une septantaine de planches et pourtant muets. S’y croisaient les faibles et les forts, tous vulnérables pourtant face à la mort, chacun avec ses atouts et ses malheurs, son élément et ses no man’s lands, la présence ou l’absence d’une carapace. Ces quatre albums sauvages, mais aussi attendrissants lors des accalmies, viennent de faire l’objet d’une réédition chez Vents d’Ouest. Avec, en bonus, un cinquième opus qui nous emmène en Australie. Avant chroniques, résumés pour vous plonger dans cette ambiance.

© Bertolucci
© Bertolucci

Résumé de l’éditeur : Dans la jungle, merveilles et dangers se côtoient. Certaines créatures s’avèrent parfois même être les deux à la fois : le tigre en fait partie ! Découvrez à travers cet album une illustration ultra réaliste de la chaîne alimentaire, avec tout ce qu’elle comporte de plus fascinant. Panthères, singes, serpents, fourmis, poissons, éléphants… Autant d’images splendides, aussi fidèles que possible au genre du documentaire animalier, qui vous plongent au cœur d’une nature capricieuse, tantôt hostile, tantôt généreuse…

© Brrémaud/Bertolucci chez Vents d’Ouest

Résumé de l’éditeur : Sur une petite île du grand nord, un volcan entre en éruption, un monde disparaît. Les animaux gagnent la partie basse de l’île, les oiseaux paniquent, les phoques se jettent à l’eau. Et pourtant, il est un animal, un renard, qui court à contresens, mû par un étrange instinct qui dépasse le besoin de survivre. Rien, pas même les coulées de lave, les troupeaux de bœufs musqués en fuite ou les ours ne lui feront rebrousser chemin !

© Bertolucci
© Brrémaud/Bertolucci chez Vents d’Ouest

Résumé de l’éditeur : En Afrique, dans le Kilimandjaro, un jeune lion subit l’exil au cœur des prodigieuses étendues de la Savane. La vie fourmille dans cette immensité, monumentale de diversité, de richesses, de curiosités. C’est pourtant l’air mauvais que le jeune lion poursuit sa route, en proie à l’envie qui le ronge… : retrouver sa place dans la troupe qu’il a été contraint de quitter et défier son père, le mâle dominant. Dans la Savane, chaque être doit gagner sa place, ou se perdre.

© Brrémaud/Bertolucci chez Vents d’Ouest

Résumé de l’éditeur : À la merci d’un monde regorgeant de dangers, un petit Troodon trouve refuge sous un énorme Isisaurus. Il le suit et s’en sert comme d’un protecteur. Sur leur chemin, ils croiseront de nombreux dinosaures : tricératops, ptérosaure, galliminus… Mais arriveront-ils à échapper au plus dangereux d’entre tous : le Tyrannosaure ?

© Brrémaud/Bertolucci chez Vents d’Ouest

Résumé de l’éditeur : L’Australie est une île : un continent de déserts rocheux et de marécages hostiles. La vie, pourtant, y trouve sa place. Les kangourous, les koalas, les ornithorynques, les wombats, les serpents les plus venimeux du monde… Mais aussi des cerfs, les dingos, y pullulent. Il y a même des chiens, de vrais molosses. Plus qu’une île, l’Australie est une énigme.

© Bertolucci

Dix ans plus tard, le charme opère toujours. Il faut dire que les auteurs n’en étaient pas à leur coup d’essai et de ricochet dans le monde animal. Federico Bertolucci avait ainsi déjà auparavant signé Dinodino une série gag sur les dinosaures avant de croiser l’autre Frédéric Brrémaud qu’il allait bientôt ne plus quitter, ou presque. Ainsi le tandem franco-italien a-t-il anthropomorphisé le récit de Richard Coeur de Lion avant de s’adonner à des Petites Histoires visitant les différents biotopes en les mettant à portée de la jeunesse tout en variant sur deux tons dans le dessin : humoristique et anthropomorphe et réalisme coloré.

© Brrémaud/Bertolucci chez Vents d’Ouest

Puis, le duo, dans son élément, a sauté le pas pour proposer une grande odyssée des espèces, avec un doigt sur tous les continents ou presque, quitte même à remonter le temps. À chaque fois, sur la couverture et dans le titre, un animal emblématique prend le pouvoir, le dessus (lion, tigre, renard, tyrannosaure, molosse de type mastiff), tout en n’étant qu’un prétexte, une porte d’entrée sur une biodiversité beaucoup plus intense, alors que la lumière tourne, que la météo et les territoires changent (entre vastes étendues d’eau, forêt, désert…).

© Bertolucci
© Bertolucci

Plus loin que le rapport de force entre prédateurs et proies, c’est toutes les interactions entre les bêtes sauvages de tous poids et toutes tailles que les auteurs explorent, pour fonder la force et la majesté, la beauté et l’horreur dont est capable Dame Nature. Les deux auteurs semblent eux aussi s’être laissés surprendre en se laissant guider par leur sujet polyforme pour laisser entendre, lire et voir, au lecteur que ce qui se cache d’une page à l’autre n’est pas toujours attendu.

© Brrémaud/Bertolucci chez Vents d’Ouest

Qu’un grand carnivore fasse son entrée fracassante ou que notre regard soit attiré dans l’intimité d’un cocon d’ornithorynque maternant ses petits. Il y a ici ceux qui paradent et les autres qui se tassent dans les hautes herbes attendant leur heure sournoise, il y a ceux qui montent aux arbres et ceux qui baignent. Autant d’acteurs ou de témoins privilégiés d’un monde débordant, ritualisé mais sans religion, se fiant à son instinct pour assurer sa survie. Quitte à faire des alliances, voulues ou non, avec les plus grands. De l’homme, on ne voit finalement qu’une ombre au début d’un album qui ne fait pas le poids face au venin et aux crocs.

© Bertolucci

Ces cinq albums-ci, sans mot, sans cri (les auteurs ont eu la bonne idée de laisser faire l’impressionnisme des dessins, de laisser le lecteur s’imaginer les bruits de cet orchestre dans le plus simple appareil), valent une encyclopédie. Tantôt révoltante, tantôt inspirante, toujours fascinante dans le témoignage intemporel (à moins que l’Homme décide toujours plus de tout décimer) de ce qu’est la vie, universelle. Et la mort qui y est liée. Federico Bertolucci est un incroyable observateur de grands fauves, mais aussi de reptiles, de volatiles, de pachydermes, etc.

© Bertolucci
© Bertolucci

Dans ces plus de 350 planches à l’état sauvage (plus quelques pages de croquis), je n’ai pas compté combien d’espèces il avait animé mais l’étude des comportements, des démarches, des anatomies est très réussie pour parfois très peu d’écran (ou de cases). Le travail est impressionnant, coloré, contemplatif mais aussi vociférant. Une aventure sans effets spéciaux si ce ne sont ceux d’une Nature résolument incroyable et à préserver. Bijou.

© Brrémaud/Bertolucci chez Vents d’Ouest

Série : Love

Tome : 1 à 5

Scénario : Frédéric Brrémaud

Dessin et couleurs : Federico Bertolucci

Genre : Animalier, Aventure, Documentaire, Drame

Éditeur : Vents d’Ouest

Nbre de pages : 80 et 88 (t.5)

Prix : 14,95€

Date de sortie : le 03/02/2021

Extraits : 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.