BIFFF Interview « Bring Me Home »: Rencontre avec Seung-woo Kim pour le come back de « Lady Vengeance »(No Spoil)

BRING ME HOME (2019), de Seung-woo Kim est un film coréen sorti en salle en 2019. Il marque le retour au grand écran de Lee Yeong-ae, bien connue des amateurs de cinéma coréen pour son rôle culte dans Lady Vengeance (2005), de Chan-Wook Park.  Disponible sur BIFFF ONLINE jusqu’au 18 avril!

L’affiche du film

Synopsis

Jung-yeon (Lee Young-ae) recherche sans relâche son fils depuis sa disparition il y a six ans. Un jour, elle reçoit soudain un appel anonyme sur sa localisation qui la conduit dans un village de pêcheurs.

Trailer

Extraits de l’INTERVIEW de Seung-woo Kim  par Malko Douglas Tolley (Cinergie / Korean Cinéma Coréen / L’horreur se fait des films)BIFFF ONLINE 2021 (interprète: Haetal Chung du KCC Brussels).

Malko Douglas : Souvent la réalité est plus effrayante que la fiction. Quelle était votre intention à travers ce film et quelle était la part de réalité et de fiction dans le déroulé des évènements? 

Seung Woo-Kim : Si mon film est terrifiant, c’est que j’ai bien réalisé mon travail. Cette histoire est fictive et purement inventée mais on se base sur des réels possibles pour la construire. Cette histoire vise vraiment à saisir les émotions des spectateurs et à les plonger dans cette terreur profonde par les évènements qui se succèdent durant le film.

MD: Il s’agit de votre premier film. Comment ce film s’est-il mis en place? Avez-vous basé votre écriture sur d’autres productions préalables comme un roman? 

SW-K: Au niveau du scénario, j’ai réalisé énormément de recherches pour documenter le film et que ce soit vraiment possible dans la réalité. Par contre, au niveau des personnages, c’est mon imagination qui a pris le relais. Il n’y a donc pas d’histoire préalable qui traite de ce sujet précis sous cet angle en Corée à ma connaissance, c’est une véritable création personnelle. La préparation de ce film m’a pris près de 10 ans, il y a eu des avancées et des reculs, finalement j’ai réussi à le mettre en place. J’ai eu la chance que Lee Yeong-ae aime fort mon scénario et à partir du moment où elle a accepté le projet, ce fut un grand coup d’accélérateur pour celui-ci.

MD: En parlant de Lee Yeong-ae, c’est une actrice vraiment mythique pour beaucoup de fans du BIFFF et moi-même pour son rôle dans Lady Vengeance. Comment se fait-il qu’elle n’ai pas eu plus de rôles depuis 2005 ? Comment avez-vous fait pour la convaincre? 

SW-K: Lee Yeong-ae reste une comédienne très connue en Corée même si elle n’a pas tourné au cinéma depuis tant d’année. Comme il s’agit de mon premier film, je n’étais pas du tout certain qu’elle accepterait ma proposition mais très vite elle a aimé le scénario et elle a validé la collaboration rapidement. C’est vraiment une grande chance pour moi qu’elle ai accepté de faire son come-back pour mon film. C’est une forme de destin entre l’actrice et le scénario.

MD: La pandémie a bloqué le cinéma en Belgique et en Europe depuis de nombreux mois. Qu’en est-il en Corée? Le film est-il sorti normalement en salle? Quelle fut la réception en Corée? Quelle est le parcours prévu pour la suite de votre film et sa diffusion? 

La pandémie a bloqué brièvement les cinémas mais cela fait maintenant de nombreux mois que tous les cinémas sont ouverts. Le film est sorti en salle et la réception des professionnels et des critiques de cinéma fut très positive. Les spectateurs ont par contre émis des avis plus mitigés car ils trouvaient que le sujet était un peu trop lourd et pesant. Le film est très dure et il n’est pas fait pour les âmes sensibles. L’actrice Lee Yeong-ae a une grande carrière derrière elle et ce rôle a choqué, si l’on peut dire, une partie du public.

Par contre, à Toronto ou dans les pays nordiques, les spectateurs étaient beaucoup plus favorables. J’ai vraiment ressenti une réaction différente du public en Corée et à l’étranger. Une sortie salle en Europe n’est pas à l’ordre du jour et je n’ai pas d’informations des distributeurs concernant une mise en ligne et la possibilité de le voir en Europe. On va contacter la distribution en espérant qu’on puisse diffuser le film en Europe le plus rapidement possible.

MD: Avez-vous un message particulier que vous souhaitez véhiculer à travers votre film? 

SW-K: Je voulais qu’on accepte que ce qui se passe dans ce film, ça puisse arriver dans la vraie vie. Même si la vie est douloureuse et difficile, il faut garder une certaine valeur et avoir des principes en tant qu’être humain.

BRING ME HOME est disponible sur la plateforme BIFFF ONLINE jusqu’au 18 avril inclus. 

Pour toutes les critiques des films coréens du BIFFF et encore plus, rendez vous ma nouvelle page Korean Cinéma Coréen

Le site du Korean Cultural Center Brussels 

Le site du BIFFF 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.