Chantal Yoda, Jimiandrix, Super Trump ou encore Philippe Karting: le festival des vieilles charognes de Bernstein et Reuzé dévoile son affiche

Après avoir fait une étude sociologique de haute volée en deux volumes avec Faut pas prendre les cons pour des gens, Emmanuel Reuzé creuse le (micro)sillon en investissant le monde de la musique, avec tout autant de sérieux. En compagnie de Bernstein (pas Léonard, Jorge, également compositeur de talent avec ses pioupioufuckers), le trublion au fluide pas si glacial (ben oui, rire de bon coeur, ça réchauffe) ne fait pas de déçu et s’intéresse à tous les genres, toutes les langues pour remettre au goût du jour quelques pépites que l’industrie musicale n’a pas jugé bon de sortir. Un grand mash-up. Hé oui, voilà 65 galettes imaginaires mais pas trop, tirant leur verve, leur humour et leur foutage de gueule de disques et artistes réels, dont le goût est même parfois discutable.

Résumé de l’éditeur : Les gens ont enfin le recueil musical qu’ils méritent ! Avec la disCONgraphie de Reuzé et Bernstein, découvrez le meilleur de la musique du XXIe siècle. Les auteurs ont réalisé ici un énorme travail d’historiens du 4e art et mettent en lumière des albums telles que le « Best Oeuf » de New Hors-D’Oeuvre, le grand classique de la chanson française « Je roulais, je roule, je rouleboulerai » de Francis Cabriole ou encore le très politique « Break First in America » de Super Trump. Ce dernier distille dans cet album des morceaux très courts de moins de 140 caractères, dans lesquels il fustige la world music et les mariachis. Hurlant comme un canard, son chanteur nous pond un album déplorable, qui offre une triste image du rock amérouquin.

© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial
© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Lecteur Lambda, je te présente Jean-Michel, disquaire au Saphir. Il fait partie de ces professionnels (en voie de disparition il faut bien le dire) auxquels on voudrait tous avoir à faire. Jean-Michel, c’est un semeur de culture, barman à ses heures perdues, prêt à tous les cocktails pour satisfaire sa noble clientèle (d’ailleurs ne vous fiez pas aux apparences), quitte à la suivre dans tous ses délires, et ses penchants pas la drogue auditive. Il paraît même qu’un de ses clients, malgré tous ses bons conseils, est même devenu sourd et est décédé il y a peu d’une cirrhose des tympans. Jean-Michel se sent responsable, c’est lui qui lui a servi le premier Guns’n’Rosé. Pourtant, il n’a rien à se reprocher.

© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial

Mais voilà, les temps sont durs – et, encore, quand les auteurs sont partis l’interviewer longuement, on ne parlait pas encore de Covid – et pour faire vivre son temple des sonorités tous azimuts, JM dévoile sa collection de pièces rares, ces monstres freaks du 4e Art auxquels nous avions échappé jusqu’ici mais qu’il faut avoir vu et entendu une fois dans sa vie pour savourer la musique du silence.

© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial
© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial

Sans que nous ne sachions vraiment qui fait quoi, les deux auteurs livrent un savoureux album fourre-tout et mange-disque dans lequel il s’adonne au rock expérimental, s’improvisant savant fou pour refaire l’Histoire de la musique et en tirer la quintessence. N’en déplaise à ce qu’a dit votre maman, faire des mélanges, même s’ils vous font tourner la tête, ça a parfois du bon. Alors, Reuzé et Bernstein y vont à fond. On croise ainsi Boy George Brassens mais aussi Philippe Karting (malheureusement recalé de la BO de Fast & Furious) et Dino Rossi (lui, c’était de Jurassic Park mais qui sait il aura peut-être sa chance dans le parc que préparent les équipes d’Elon Musk ?). Sans parler de Ray Charles Aznavour et de son « Je m’voyais pas déjà ».

© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial
© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial

Usant de toutes les cordes (pas que pour se pendre) qu’ils ont à leur arc, les deux auteurs vont plus loin que ces monstres à deux têtes, dans la dynamique du crossover (Indochien ou Henri Sal Vador, le farceur de la Force du grand Dark) ou ailleurs. De calembours en jeux de mots qu’on n’aurait jamais osé faire – mais comme ils y vont à fond, ça marche du tonnerre -, le duo terrible réinvente à la fois les articles mais aussi les titres des albums ou singles (certains sont des one hit Stevie Wonder-Woman) que ces chanteurs et chanteuses de presque auraient pu chanter. Sénile Dion et son Pour que tu m’réanimes encore en est l’exemple parfait.

© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial
© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial

Au-delà des pochettes recréées avec plus ou moins de trucages, les auteurs accompagnent chaque trouvaille d’une fiche technique qui vaut le détour. Partant en live, usant de leur imagination sans limite et tarabiscotée, épuisant le champ lexical, ils égratignent aussi les premiers auditeurs : les journalistes. Par des formules toutes faites, par cette volonté de montrer qu’on est fortiche dans la rime, les références et de braquer les projecteurs sur nous, petits scribouillards, plutôt que sur l’artiste qu’il s’appelle Michel Saindoux ou Michael Jackshung. La critique des critiques est faite avec tant de délicatesse et de tendresse qu’elle en est irrésistible.

© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial
© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial

Dans cette compilation aux dimensions d’une pochette CD à l’esprit cartoon, il y a évidemment un peu de place pour la BD (plus loin que Jimiandrix et sa Foxiladix et Aretha Franquin), sous forme de doubles planches qui retranscrivent les rencontres inattendues que les auteurs ont eues à faire lors de leur passage au Saphir. Style caméra cachée, car ils n’étaient pas préparés à ça. De cette vieille mamie et son bouledogue qui se révèle être une punkette à chien insatiable de partouzes psychédéliques à cette brute anarchico-psychédélique qui est en fait un petit être au coeur de beurre, fan de Oui-Oui rock you. Face à ce récital WTF, on dit ouïe.

© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial
© Bernstein/Reuzé chez Fluide Glacial

Titre : Discongraphie

Sous-titre : Le meilleur des albums totalement introuvables

Encyclopédie

Auteurs : Jorge Bernstein et Emmanuel Reuzé

Genre : Humour, Parodie

Éditeur : Fluide Glacial

Nbre de pages : 96

Prix : 9,90€

Date de sortie : le 31/03/2021

Extraits :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.