C’est au Botanique que Marc Ysaye a fait vivre pour la première fois sur scène les titres de son premier album solo

On ne présente plus Marc Ysaye. Homme de radio, encyclopédie vivante du rock, conférencier, biker, et bien sûr membre fondateur et batteur-chanteur de Machiavel, l’homme a plus d’une corde à son arc. Une seule chose lui manquait, sortir un premier album solo dans un style différent de ce qu’il a toujours fait avec Machiavel et, par-là même, se faire plaisir. Avec Back To Avalon, Marc nous emmène au delà des modes et des genres avec un album hors du temps, témoin de la musique qu’il aime.

Les photos illustrant l’article sont de notre photographe Axel Tihon Phta Photography

Lors de la sortie du premier clip extrait de l’album, « Rollin Machine », j’ai eu une conversation téléphonique avec Marc Ysaye qui me disait que son but premier n’était pas de vendre des palettes de ce nouveau disque – tant mieux si les gens accrochent bien sûr- mais qu’il s’agissait plutôt de laisser une trace musicale personnelle à un moment de sa carrière où l’opportunité se présentait enfin de pouvoir concrétiser ce projet un peu fou.

Alors à quoi devait on s’attendre au Botanique mercredi dernier? Certainement pas à un concert qui allait révolutionner l’histoire du rock belge, mais à la prestation toute en émotion d’un homme en pleine maturité qui a donné une grosse partie de sa vie au rock et qui s’en est imprégné totalement durant toutes ces décennies.

Marc a plus de mille concerts à son palmarès et, pourtant, lorsqu’il déboule sur scène, on le sent tétanisé par le trac, et les deux premiers titres flottent un peu. Heureusement, passés ces moments difficiles, les choses s’arrangent et on retrouve un artiste visiblement très heureux d’être là sur scène devant ses amis et son public venus le soutenir.

Bien sûr, on le sait plus à l’aise lorsqu’il chante assis derrière sa batterie avec Machiavel, mais le contact sympa qu’il a avec le public compense grandement le manque d’aisance naturelle dont il témoigne par moment lorsqu’il s’affiche en frontman. Mais la voix est là et c’est l’essentiel, n’oublions pas qu’il s’agit d’une première et que ces petits soucis dus au trac s’effaceront bien vite au fil des concerts. Autour de Marc, on retrouve un noyau de musiciens chevronnés: Marcus Weymaere à la batterie, Christophe Pons (Machiavel) à la guitare et Loris Tils à la basse, ainsi que deux choristes et un claviériste.

Parmi les morceaux interprétés, nous avons eu droit aux neuf titres de l’album Back To Avalon dont « Get It On », « Rollin Machine » et le très (trop?) Ozark Henryesque « Back To Avalon » sont définitivement mes préférés. Il y a eu aussi « Over The Hill » de Machiavel où l’on sent Marc bien plus à l’aise et à des reprises chères à son coeur comme « Scarborough Fair » ainsi qu’une excellente cover de « Radar Love » de Golden Earring en rappel.

Marc Ysaye a donc passé le cap de la première scène pour ce nouveau projet où il se met volontairement en danger. Tout n’était pas parfait pour cette première salve, mais nul doute qu’après quelques concerts il ne faudra pas bien longtemps à ce band-là pour se transformer définitivement en « Rollin Machine » !

Jean-Pierre Vanderlinden

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.