Quand la baguette magique est remplacée par le pinceau, la magie est parfois au rendez-vous: Coco nous montre la voie !

Du manga à la magie il n’y a pas grand-chose pour les séparer tant que le spectacle ou le dessin nous font rêver.

Résumé: Coco est une petite fille ordinaire vivant avec sa mère. Elle a toujours été fascinée par la magie, mais c’est un don rare que seules certaines personnes obtiennent à la naissance: Les sorciers. Un jour, Coco rencontre l’un d’entre eux et le surprend à jeter un sort. Elle comprend alors la véritable nature de la magie et essaye de l’imiter… Mais elle va accidentellement utiliser une magie interdite!

La magie est quelque chose d’exceptionnel et requiert des bases avant de s’en servir. Sauf que, bravant les interdits, la jeune Coco parvient à en comprendre les mécanismes et à lancer un sort interdit. Maintenant, elle doit assumer son erreur et quoi de mieux pour la corriger que de suivre une formation avec un sorcier. C’est ainsi qu’elle suit Kieffrey dans son atelier. Elle pourra compter sur l’aide des autres disciples du sorcier. Ou pas….

Kamome Shirahama est à la plume et au scénario. Cette jeune mangaka japonaise est diplômée des Beaux Arts de Tokyo. Elle a réalisé certaines illustrations et couvertures pour la licence Star Wars, Marvel et DC. On lui doit aussi « Divines », série composée de trois tomes.

Sur le plan graphique, ce qui frappe en premier, c’est le design des personnages et les traits de leurs visages. Bien que l’on soit sur un manga, la forme des yeux (beaucoup moins grands qu’à l’habitude) et le visage plus fin, on a plus l’impression d’être sur une bande dessinée franco-belge. Les vêtements aussi sont super-détaillés mais reste assez classiques, un peu comme dans les contes des Frères Grimm. C’est juste superbe. J’ai un petit faible pour Kieffrey qui, sous certains aspects, me fait penser au Desty Nova de Yukito Kishiro (le « méchant » de Gumnn). L’univers et les effets magiques sont légion et ce n’est pas pour nous déplaire. Les structures, la nature et l’architecture sont multiples et très variées. On ne se lasse pas de regarder les décors. De s’y promener.

Le scénario est simple, pour un début de série, mais permet très facilement de rentrer en empathie avec les différents protagonistes. Il permet aussi de construire l’histoire sur des bases saines. Notre jeune Coco, malgré son manque de formation, parvient à comprendre les arcanes de la magie et à lancer un sort interdit. Elle rencontre un sorcier, bon ou pas on verra, qui va continuer son initiation. On se trouve sur un nekketsu mais il semble un peu moins nerveux que ce qu’on peut voir ou lire d’habitude. Pour l’instant, en tout cas. Et c’est la que toute la finesse de notre mangaka se développe, on sent tout le potentiel de Kamome Shirahama. Elle joue à la fois sur les faits et les non-dits. De quoi rendre la trame du scénario bien plus complexe au fur et à mesure. On rentre calmement dans l’intrigue mais, une fois dedans, on n’a plus aucune envie de décrocher.

Je vous avoue que je suis sous le charme de la plume et du pinceau de Kamone Shirahama. Elle parvient sur ce premier tome à nous scotcher tant par la qualité de son dessin que par son intrigue. Je me suis régalé. Voilà une série qui pourrait nous amener loin dans le temps tant son univers a l’air riche et maîtrisé. Les Editions Kana ont réalisé un chouette travail sur la couverture avec des couleurs chic et un papier mate très plaisant au touché. L’impression est irréprochable et la qualité du papier du manga est bien choisie.

Titre: L’atelier des sorciers

Tome: 1

Scénario et Dessin: Kamome Shirahama

Traduction: Fédoua Lamodière

Genre: Seinen/Fantasy

Éditeur: Pika

Nbre de pages: 198

Prix: 7,50€

Date de sortie: 07 mars 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.