Falalalala, une fantastibuleuse friandise littéraire !

Les feuilles désertent les arbres, les morts ont traversé le voile, novembre est là ! Sorcières et citrouilles peuvent définitivement être rangées au placard. Sortez les chocolats chauds épicés, les bougies parfumées au sapin, les sablés à la cannelle et invoquez l’esprit de Noël. Le temps des fêtes est à nos portes. Autant dire qu’avec la dernière pépite d’Émilie Chazerand, cette année, il s’annonce falalalalesque !

Processed with VSCO with f2 preset

« Je viens de pousser la porte d’une autre Histoire, d’un univers de contes et de légendes : quel endroit tout à fait atypique ! » est-il tenté de s’exclamer, avec l’étonnement ampoulé d’un Stéphane Bern découvrant les latrines de Marie-Antoinette.

Une couverture aussi rouge qu’un costume de Père Noël, des sucres d’orge et des biscuits en pain d’épices, pas de toute ce bouquin-là va nous faire accélérer le temps, sauter le mois de novembre et la première quinzaine de décembre pour nous plonger sans transition en pleine période des fêtes de fin d’année. Pour ce nouveau roman, Émilie Chazerand nous emmène en Alsace, non loin de Strasbourg, dans la famille Tannenbaum, comme la chanson ! La famille Tannenbaum est une curiosité alsacienne, experte en Bredele et productrice des meilleurs shows de Noël de la région.

À Tannenland, paradis des êtres miniatures, une famille de huit gère ce business florissant ; sept naines et… Richard, 19 ans, 1 m 98, 89 kg, seul garçon de la tribu, seul grand. À Tannenland, tout est presque parfait, on raconte des contes, on chante, on est uni, pourtant tout cela n’est qu’apparence. Le cœur de Lulu est déglingué, les secrets de famille écrasent Zella presque autant que le plafond de la demeure tasse le pauvre Richard. Mais, ne partez pas pour autant, venez donc faire un tour en terre alsacienne, tout ce beau monde à une merveilleuse histoire à vous chanter…

Une merveilleuse histoire… Une ode à la vie imprégnant chaque chapitre de ce bouquin de plus de 400 pages, aux allures de rollercoaster émotionnel. Car au travers de cette fable falalalalesque, ce n’est pas de princesse endormie et de roi en guerre qu’Émilie Chazerand nous parle, ce serait bien trop simple. La magicienne des mots et des histoires livre ici un conte 2.0, nous brossant le portait d’un petit monde à l’humanité grande comme une montagne de Bredele. En ouvrant ce livre, le décor est tout de suite planté, il ne reste de Blanche Neige que les naines ! À la place de parler de dragon, de sorcières et de mondes imaginaires, on va parler de la vraie vie d’une vraie famille avec ses personnalités et tempéraments, de feu !

Bizarrement, chez les Tannenbaum, tout est normal ! Cette attachante colonie vient nous parler de sororité, de l’art d’être parent et de faire des erreurs, des secrets comme rempart à la vérité qui blesse, de la difficulté de devenir soi, mais aussi, et tout simplement de vie et de solidarité. Pas de doute, à Tannenbaum tout comme dans ce livre au nom chantant, l’amour est là, transcendant chaque page et faisant bondir nos cœurs tout mous de lecteurs passionnés, fascinés, charmés !

Processed with VSCO with f2 preset

Le silence, comme l’appellation du pain au chocolat ou le port du voile en France, est un sujet qui divise. Il y a ceux qui l’aiment voire en ont besoin, et les autres, qui le détestent.

L’amour, toujours ! Difficile de ne pas tomber amoureux dès les premières lignes. De Richard, ce grand dadais, mais aussi de Ludovika, Herta, Leni, Zella, Kati, Bettina et Fritzi. Des hommes et femmes de papier, grandeurs nature, qui nous prennent par la main, s’emparent de nos cœurs et de nos esprits, pour s’assurer qu’une fois la dernière page tournée, nous ne les oublierons pas. Impossible de les oublier, ils sont bien trop incroyables pour ça ! Outre l’amour des personnages, l’amour d’une histoire, Émile Chazerand nous prouve une nouvelle fois sa passion pour les mots.

Là encore, difficile de résister à ce florilège de trouvailles littéraires et humoristiques qui acidulent la lecture comme un bonbon addictif. Entre les blagues souvent osées, mais tellement jouissives, les métaphores désopilantes et les insultes en alsacien, aussi instructives que charmantes ; de lignes en chapitres, après avoir été émus aux larmes, c’est de rire que l’on pleure.

Un éclair de génie, voilà ce qu’est ce Falalalala. Du début à la fin, chaque page est un régal, chaque phrase est enivrante, chaque mot est savoureux. Un roman inattendu qui fait figure d’outsider parmi cette littérature jeunesse trop souvent réchauffée et artificielle.

Avec Émilie Chazerand, même si tout prend des allures de conte, tout est pourtant bien réel, tout nous parle et nous élève pour finalement nous asséner une bien belle leçon d’humanité. Une fois rentré dans cet univers, difficile d’en ressortir ! On voudrait même rester blottis à Tannenland pour toujours, Noël ou pas Noël ! Alors qu’attendez-vous ? Sortez les plaids, la cannelle et les chants hivernaux, et rejoignez-nous à Tannenland ! Vous ne serez pas déçu du voyage !

Processed with VSCO with a6 preset

falalalala.jpg

Roman : Falalalala

Auteur : Émilie Chazerand

Éditeur : Sarbacane (Collection Exprim’)

Nombre de pages : 424

Genre : Jeunesse (dès 13 ans)

Sortie : 3 octobre 2019

Prix : 18 euros

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.