Après nous avoir fait sourire avec Badgag Café, le Magic Land Théâtre nous prépare une fin d’année passionnante et divertissante, à son image

Le Magic Land Théâtre est le garant d’un style humoristique particulier et d’une joyeuse insolence qui lorsqu’on y adhère vous rendent vite accro. Si bien que chaque évènement proposé par les pensionnaires de la rue d’Hoogvorst se profile comme un nouveau moment jubilatoire à savourer en famille ou entre amis. Badgag Café n’a pas échappé à la règle, avec son lot de répliques cinglantes et de situations drôlissimes et burlesques dont Patrick Chaboud, l’auteur, a le secret. Chaque soir le théâtre a affiché complet et on ne peut que s’en réjouir.

Nous sommes à Bagdad, sous le règne de Soliman le Magnifique. Une tradition incontournable veut que chacun, lorsque qu’il rend visite à un parent ou à un ami offre une lampe merveilleuse… dans le secret espoir d’y découvrir le génie que l’une d’entre elles est sensée renfermer. Malik, plus connu sous le sobriquet de « Voleur de Bagdad », est un véritable héros local dont la chanson résonne jusqu’au fond des souks. Lorsqu’il dérobe une lampe dans la boutique du père Fourraz pour l’offrir à une princesse captive, il est loin d’imaginer qu’elle renferme un génie… qui s’est malencontreusement absenté pour une urgence. Mais un génie privé de sa lampe est menacé de mort ! Pour récupérer la lampe, le Voleur de Bagdad va devoir s’introduire dans le palais et affronter les armées invisibles d’Althazar, le grand vizir. Tout n’est alors plus que combats, magie, lancements de sorts et malédictions diverses. Il s’agira même de remonter le temps, quitte à s’enliser dans un univers privé de repères, au péril de l’équilibre mental de nos héros comme de celui du public… ( source Magic Land Théâtre)

Badgag Café est une reprise qui en sept ans n’a pas pris une ride. On y retrouve avec grand plaisir et en grande forme l’excellent David Notebaert dans le rôle de Malik, héros charmeur et espiègle, dont nous suivons les aventures un grand sourire aux lèvres. Autour de lui, gravitent des visages familiers au Magic Land comme Bruce Ellison (le génie), l’amusant Juan Marquez Garcia, John-John Mossoux désopilant en calife malfaisant, l’incontournable Xa, la pétulante Christelle Delbrouck et la charmante Yasmine El Mkhoust dont la fraîcheur du jeu rayonne à chacune de ses interventions. Bref, on passe une excellente soirée à la vision de cette pièce, certes plus légère que d’autres monuments du répertoire du Magic Land Théâtre, mais dont le but ultime est simplement de nous divertir sans prétention aucune. Et sur ce plan Badgag Café se montre d’une efficacité redoutable. N’est ce pas tout ce qu’on est en droit de demander à une comédie de genre ?

Les 8  et 9 novembre prochains Le Magic Land Théâtre fêtera le centenaire de Zorro en accueillant sous son toit Quatre Guitares pour Zorro, une comédie (presque) musicale de capes et d’épées de Bertrand Daine et Barnabé Dekeyser. Un petit intermède de qualité, avant le très attendu Le Bal des Momies où nous aurons la joie de nous passionner pour une nouvelle enquête de Sherlock Holmes qui revivra sous les traits de l’inusable Philippe Drecq, et ce du 29 novembre au 28 décembre.

De quoi terminer l’année dans la bonne humeur et en excellente compagnie, avec l’une des dernières troupes de marchands de rêve encore en activité aujourd’hui…

Jean-Pierre Vanderlinden

BADGAG CAFĖ

Avec : Christelle Delbrouck, Bruce Ellison, Yasmine El Mkhoust, Juan Marquez Garcia, John-John Mossoux, David Notebaert et Xa

Texte et Mise en scène de Patrick Chaboud

Infos et réservations des spectacles : https://www.magicland-theatre.com/wordpress/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.