La Mouche/ The Fly: après un excellent premier film en 1986 et un deuxième en 1989, que nous réserve le troisième opus en comics ?

Qui n’a jamais rêvé du voyage instantané? Et si les « télépods » étaient enfin au point? Qui serait près à tenter le voyage?

Résumé: Des années plus tôt, alors qu’il tentait d’utiliser un tout nouvel appareil de téléportation, le scientifique Seth Brundle a été victime d’un terrible accident et s’est transformé en un hybride humain-mouche. À présent, son fils presque humain, Martin, continue à chercher un remède, mais ses efforts conduiront à quelques chose de bien plus horrible.

Après avoir survécu en transformant le Professeur Anton Bartok en un humanoïde mutant (moitié homme/moitié mouche) Martin Brundle poursuit ses expérimentations. Son but étant de rendre sa machine performante et de trouver un moyen de rendre sa forme humaine au Pr Bartok. Mais l’impensable va se produire! Une épidémie va se répandre dans le complexe et provoquer un carnage. Comment Martin va t-il pouvoir endiguer ce fléau qui risque de s’abattre sur l’espèce humaine? Et parviendra-t-il à surpasser son père?

Nous avons un duo aux commandes de ce troisième opus de La mouche qui voit le jour en BD: Menton3 au crayon et Seifert au scénario. Menton J. Matthews 3 est un artiste américain pluridisciplinaires, illustrateur, peintre et instrumentiste. Seifert Brandon est américain et a travaillé sur Witch Doctor et Doctor Who (French Eyes).

L’aspect graphique est très atypique. Que ce soit dans le découpage ou dans la qualité du dessin, il me fait penser à un roman photos. La trame est bien présente et bien exploitée. L’éclairage est très important, il permet de jouer sur la profondeur de champs et sur l’ambiance des scènes proposées. La taille des ombres ou les combats prennent un sens plus dark, plus angoissant. Le trait fin permet ainsi de dégager des émotions dans les visages comme si on avait pris une photo, c’est juste magnifique. La qualité artistique est loin de ce qu’on voit habituellement dans le monde des comics.

Pour le scénario, on est vraiment dans la continuité de La Mouche 2. On prend les mêmes personnages et on suit leurs évolutions. Pour les connaisseurs, c’est plutôt sympa. Mais il y a peu de changement au niveau des lieux ou du déroulement des évènements, l’histoire évolue certes mais toujours sur les même bases… dans un complexe militaire et sous surveillance. De même, les monstres sont du même acabit. Les « mouches humanoïdes » se déplacent et agissent toujours de la même manière. Il n’y a pas non plus d’effets vraiment surprenants, on est sur du classique.

Mais ce qui fait la spécificité de ce comic book, c’est la psychologique des personnages beaucoup plus travaillée et mise en avant, on verse, par moments, dans le thriller psychologique. Martin n’a plus de vie sociale en dehors du complexe, sa vie sexuelle est pleine de frustrations, les relations de couple se compliquent, la vie avec les contaminés et les autres membres du personnel n’est pas non plus des plus évidentes. L’esprit des créatures aussi a été mieux travaillé: elles ne réagissent pas uniquement comme des monstres décérébrés mais ont une volonté propre, quasi humaine, qui les incite à vouloir évoluer, ce qui procure une certaine justification à l’horreur que ces créatures propagent.

Après avoir vu les deux opus cinématographiques dans ma jeunesse, je me suis vite replongé dans cet univers angoissant. Mais cette suite venant tard, il ne va sans doute pas être facile de trouver un public novice. Il est vrai que sans connaitre l’oeuvre originale, il n’est pas aisé de comprendre cette nouvelle suite. Par contre, si comme moi vous connaissez les films, vous allez l’adorer. L’histoire tient la route, et on retrouve bien l’univers de David Cronenberg. Les scènes horrifiques sont bien faites et ne tombent pas dans le gore à tout va. La psychologie des personnages principaux ou secondaires est bien exploitée et nourrit le scénario. Il ne faut pas oublier l’aspect esthétique que Menton3 déploie tout au long de la bande dessinée. Merci aux Editions Flamival pour avoir su lors de l’impression mettre ce travail en lumière.

Titre: La Mouche: L’épidémie

Scénario: Brandon Seifert

Dessin: Menton3

Traduction: Alice Ray

Genre: comics/horreur

Éditeur: Edition Flamival

Prix: 12,99€

Date de sortie: mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.