Couleur Café: une prestation touchante et perturbante de Ms. Lauryn Hill pour boucler 3 jours enchanteurs au pied de l’Atomium!

Cela fait 30 ans que Couleur Café ravit les fans de musique du monde. L’édition 2019 a vu 70 000 visiteurs en 3 jours avec plus de 60 concerts live, 40 DJs et de nombreux collectifs dub. La qualité et la variété de la nourriture étaient également au rendez-vous avec 42 restaurants.

65515597_10157273405738446_888407362338029568_o
Photo de Leen Van Laethem (Facebook de Couleur Café)

Mais si l’on doit souligner une chose, c’est l’ambiance exceptionnelle du festival. Les bougies qui illuminent les arbres ainsi que les nombreuses couleurs apportent vraiment une touche féerique au Parc d’Osseghem.

Alors que que Tiken Jah Fakoly et Goran Bregovic ont confirmé leurs réputations avec des prestations solides, The Cat Empire nous a laissé un peu perplexe malgré le bel accueil d’une partie du public. Martha Da’ro était la révélation ou plutôt la « confirmation » de ce dimanche avec une prestation impressionnante qui a comblé ses fans présents en masse dès le début de la journée.

Rejjie Snow a toujours un flow aussi rythmé tandis que les musiciens « professionnels » de Kabola ont partagé un peu de leur Congo natal en faisant danser le public du début à la fin. La Dub Forest et la Black Stage ont également passé du très bon son mais l’événement du festival était la venue de Ms. Lauryn Hill. Si certains ont été très déçus, ce n’est pas le cas de tout le monde! 

Ms. Lauryn Hill et ses démons: une prestation magique en dents de scie!

Pour avoir déjà vu Ms. Lauryn Hill à plusieurs reprises, la réaction du public ainsi que la prestation proposée par la chanteuse en clôture du festival ne m’ont pas surpris. L’ancienne star de The Fugees est arrivée tardivement sur scène avec plus d’une heure de retard. Une partie du public s’était déjà mise à la huer et on sentait la frustration de ces derniers avant même le début du concert.

De nombreux groupes de spectateurs sont d’ailleurs partis en cours de concert considérant que les morceaux étaient trop calmes et pas assez rythmés. D’autant plus que Ms. Lauryn Hill semble (comme à chaque fois que je l’ai vue) possédée par ses propres démons quand elle est sur scène.

La diva passe son temps à crier sur l’ingénieur du son entre chaque morceau et à donner des injonctions à ses musiciens. Elle ne semble jamais satisfaite et en colère contre le monde… sauf quand elle se met à chanter.

C’est comme si la Soul Music coulait dans ses veines. 

Et c’est bien là que réside la magie de Ms. Lauryn Hill, dès qu’elle se met à chanter, son visage s’illumine en un instant et la magie opère. 

Ms. Lauryn Hill, on l’oublie parfois, est humaine. Si la chanteuse n’a sorti qu’un album dans sa vie, son organe est puissant et sa voix toujours aussi unique. Dès que celle-ci arrête de se concentrer sur la gestion de ce qui l’entoure et se met à faire ce qu’elle fait de mieux, impossible de ne pas se laisser emporter par son flow. Et rares sont celles qui peuvent la suivre au niveau du talent pur.

Et quoi que certains en pensent, l’artiste semble être autant consciente de ses démons que de ses qualités. Elle s’est excusée à plusieurs reprises auprès du public pour ses frasques et l’a remercié pour sa patience. Certains médias l’ont présentée comme bipolaire, d’autres comme folle, moi je la considère comme une artiste géniale, entière et l’une des plus belles voix féminines que j’ai entendues en live dans ma vie (dans un autre style, celles de Portishead, Elin Larsson de Blues Pills ou encore Sara Brightman du Fantôme de l’Opéra  restent quand même au sommet de la pyramide mais Ms Lauryn Hill les talonne de près).

Son discours est loin d’être formaté et elle vit chaque concert avec la même passion et folie qu’à ses débuts. Elle a remercié chaleureusement ses fans qui continuent de la soutenir depuis 20 ans. Et moi, je la remercie pour m’avoir fait vibrer à chaque son produit.

Son finish était grandiose avec « Doo-Woop », « Fu-Gee-La » et « Ready or Not » mais avant cela, des chansons comme « To Zion », « Ex-Factor », « Everything is Everything » ou encore « Can’t Take My Eyes Off of you » sont autant de tubes qui font de son concert mon meilleur concert du dimanche, si pas du weekend. J’ai donc un peu de mal à comprendre certains commentaires négatifs de grands médias qui se sont limités à la critiquer sans vraiment l’apprécier…

Une chose est certaine, ce Couleur Café 2019 était ensoleillé et festif! C’est reparti l’an prochain pour une 31ème édition les 26, 27 et 28 juin 2020. Et pour ceux qui sont pressés d’écouter du bon son, rendez-vous à l’Ancienne Belgique le 18 octobre pour le match retour de Niveau4 XXL !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.