Du jeux vidéo au manga, il n’y a qu’un pas…heu un cordage: voguez sur la voûte céleste avec Gran et ces compagnons.

Dans la lignée de Final Fantasy, il marque le grand retour des dragons et de la magie. Bienvenue dans l’univers féerique de GranBlue Fantasy.

Résumé: Gran est un jeune garçon qui rêve de découvrir Estalucia, L’île des étoiles. Un jour, il fait la connaissance de Lyria, une fille aux cheveux bleus qui se trouve être poursuivie par le redoutable « Empire Erste ». Ils ne le savent pas encore, mais cette rencontre marque le début d’une fantastique épopée à travers les cieux.

Pour ce shonen, nous avons une belle collaboration entre Cocho au dessin et Makoto Fugetsu au scénario. Ce dernier est le scénariste de l’excellent Re:Zero.

Gran est un jeune homme serviable et courageux. Tous les jours, il s’entraîne pour réaliser la promesse faites à son père: le rejoindre à Estalucia. Lors d’un entraînement en forêt, il fait le rencontre de Lyria et lui vient en aide. Poursuivi par l’Empire Erste pour sa capacité à contrôler les bêtes originelles, Gran est obligé de se battre. Lors de cet affrontement il est grièvement blessé.  Lyria doit s’employer pour l’arracher aux griffes de la mort. Ainsi liés, ils vont devoir faire attention à l’un à l’autre.  Ils devront affronter ensemble tous les dangers. Mais pour les aider dans  leur quête, ils sauront s’entourer d’amis fidèles. Où le vent de l’aventure va les mener? Quelle force vont-ils rencontrer? Voguons avec leur équipage au gré de la fantaisie.

Tous les codes du shonen sont respectés. Un héros qui va monter en puissance et qui sera aidé dans sa quête par des compagnons. Les armes, les créatures magiques ainsi que les différentes races (ça me rappelle mes parties de Magic ou les instances de WOW) nous plongent en immersion complète dans l’univers de l’Héroïc-Fantasy.

L’histoire n’est pas des plus originales mais tient la route. Quand on voit les magnifiques « bêtes » mythiques, on s’attend à un peu plus de combats. Les affrontements entre la team héroïque et les monstres sont trop courts (il est rare dans les RPG qu’on ait aussi facile à anéantir un boss). Les rôles sont bien (même trop bien) définis : le mage, le chevalier, l’orphelin, le timonier…mais les caractères des personnages manquent de profondeurs. C’est trop stéréotypés. Les bons et les méchants. Le mode de déplacement en « bateau » d’une île flottante a l’autre a déjà beaucoup été utilisé mais reste tout de même efficace (le graphisme des vaisseaux est superbe).

Les bêtes primordiales font penser à des invocations comme en sont capables Final Fantasy et Yu-Gi-Oh!  Elles sont tellement bien restituées et formidables qu’on a envie de les voir plus longtemps.

Le dessin quant à lui, est très réussi et permet une fluidité de lecture. Le trait est fin, ce qui permet une mise en valeur des mouvements des personnages. Le dynamisme dans les cases est superbement reproduit ce qui procure de belle sensation de vitesse lors des combats. Pour une première oeuvre, Cocho a frappé juste et fort. Je ne manquerai pas de suivre son travail.

Bref, le manga ne sort pas de l’ordinaire mais il a énormément de potentiel. Il ne faut pas grand-chose pour en faire une oeuvre majeure. J’espère que, dans les prochains tomes, les combats dureront plus longtemps pour amener une trame plus « héroïque » et que le psychologies des personnages sera mieux exploitée.

Les éditions PIKA ont choisi de mettre des couleurs sur la couverture et les premières pages. La qualité d’impression met bien en valeur le travail du dessinateur.

Titre : Granblue Fantasy

Tome :1

Scénario : Fugetsu Makoto

Dessin : Cocho

Traduction : Julien Favereau

Genre : Heroïc-Fantasy, Shonen

Éditeur : Pika

Nbre de pages : 164

Prix : 7,20€

Date de sortie : le 09/01/2019

Extraits :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.