Pas de baby boom après les vacances… mais du stress, de l’incompréhension, de la douleur et beaucoup de réconfort en BD… avant bébé

« Fais des bėbės, fais des bėbės », il est bien gentil Goldman mais les enfants, ça ne naît pas dans les choux même si leur conception vous donne parfois le temps d’ėcouter les plantes. C’est la vie, le jeu du hasard et des petites contrariėtės du quotidien. Même quand on est prêt à avoir un enfant, le destin se charge parfois de vous faire patienter, avec de la douleur, des incompréhensions mais aussi de l’espoir. Celui que nous inculquent avec bonheur et pėtillance deux albums de BD.

Rien ne se passe jamais comme prévu

© Gorce/Tissier chez Dargaud

Rėsumė de l’ėditeur: Elena et Gus forment un couple idéal. Il est ingénieur, elle travaille dans la « com « , il repasse à la perfection, elle bricole dans leur maison. À l’approche de la trentaine, ils décident de se lancer dans une nouvelle aventure commune : fonder une famille. Seulement, rien ne se passe comme prévu et c’est finalement un parcours semé d’embûches qu’ils vont devoir traverser tant bien que mal. Doutes, petites joies, échecs et anecdotes rythment cette histoire presque banale, et pourtant très rarement racontée, d’un couple infertile pour lequel l’humour reste le meilleur remède !

© Gorce/Tissier chez Dargaud

C’est le moment, c’est l’instant X où un couple veut aller plus loin, s’engager un peu plus et donner la vie, devenir parents. Sur papier comme dans les films, cela semble facile: un jeu d’adulte mais un jeu d’enfant quand même. Sauf que dans la réalité, tout n’est pas aussi simple. Le hasard fait bien les choses mais les fait aussi parfois mal pour mettre des grains de sel dans les projets à deux.

© Gorce/Tissier chez Dargaud

Et les problèmes ne sont pourtant pas si rares: 1 couple sur 5 rencontre des difficultés à concevoir un enfant, à des degrés divers, tant du côté de l’homme que de la femme. Dans le cas d’Elena, ce sont ses ovaires qui lui jouent des tours puisqu’ils sont polykystiques, un trouble hormonal qui met des bâtons dans les roues de ses rêves de maternité. Des rêves qui deviennent les plus fous, quand il faut s’engager dans un parcours du combattant et médical pour contourner l’infertilité, au coeur duquel il faut mettre de côté sa pudeur pour participer à des tests variés et pas toujours réconfortants.

© Gorce/Tissier chez Dargaud
© Gorce/Tissier chez Dargaud

Encore moins quand le temps passant et l’enfant ne venant pas, les proches du jeune couple en âge de… ne trouvent rien de mieux que d’insister sur le fait qu’ils ont l’âge d’avoir un enfant. On vous laisse imaginer le bouillonnement d’Elena. Et même le visualiser. Car sur la propre expérience traumatisante et incompréhensible (pourquoi moi ? pourquoi nous ?) de Lucile Gorce, c’est Emma Tissier qui amène sa sensibilité colorée (donnant plusieurs destins aux situations que notre héroïne va rencontre), sa poésie et son baume au coeur en des moments compliqués, quand la choses que vous souhaitez le plus au monde doit être postposée.

© Gorce/Tissier chez Dargaud

Amenant de l’info, des données mais aussi de l’expérience personnelle, les deux auteures se sont trouvées et oeuvrent en communion, trouvant la formule magique et graphique pour prouver que même si le chemin est semé d’embûches, donner la vie reste un trésor inestimable. Et pourvu que cette bande dessinée donne quelques bouffées d’oxygènes au couple pour qui la nature des choses n’est pas suffisantes et à qui il faut un coup de pouce. Cet album en est un, qui se vit comme un Pixar.

© Gorce/Tissier chez Dargaud

Titre : Rien ne se passe jamais comme prévu 

Récit complet

Scénario  : Lucile Gorce

Dessin et couleurs : Emma Tissier

Genre: Comédie dramatique, documentaire

Éditeur: Dargaud

Nbre de pages: 136

Prix: 18€

Date de sortie: le 27/04/2018

Extraits : 

Horizontale – Journal d’une grossesse allongée

© Zidrou/Bosschaert/Julie Swolfs chez Le Lombard

Rėsumė de l’ėditeur: Sybil est enceinte. Elle en avait rêvé. Mais un problème de santé l’oblige à passer toute sa grossesse couchée. À l’horizontale. Sybil se prépare à une longue épreuve de confrontation à l’ennui et à l’immobilisme. Ce qui l’attend est pourtant un fascinant voyage, aux frontières de l’imaginaire et du réel.

© Zidrou/Bosschaert/Julie Swolfs chez Le Lombard

Pour Sybil, pas de problème pour aligner les planètes et les gamètes, bébé arrivera bel et bien dans neuf mois. Non résolument, la complication est ailleurs, couleur sang sur le tapis du nouvel An. Après les ovaires polykystiques, place à la prééclampsie, « anomalie des marqueurs sériques avec caryotype normal », etc., etc. Bref, vous n’y comprenez rien ? Nous non plus et pas besoin de vous faire un dessin (Jan Bosschaert en fait des bien plus beaux), Sybil va devoir rester couchée pour les six prochains mois et elle mettre de l’eau dans son vin avant de perdre les eaux. « Faire contre mauvaise fortune bon coeur », patienter, s’occuper.

© Zidrou/Bosschaert/Julie Swolfs chez Le Lombard

Et notre incompréhension de grandir lors des premières pages. Et nous, couchés sur un divan forcément inconfortable à la longue, comment les auteurs comptent-ils nous occuper, septante planches durant. Fieffé scénariste, Zidrou désamorce tout de suite la crainte par son sens de l’humour dévastateur. « Vingt-huit semaines allongée sur un canapé, tu parles d’une aventure de BD. (…) Vous ne pourrez pas dire que je ne vous ai pas prévenus. » Et il a beau nous avoir prévenus, nous resterons surpris. On fait bien des films dans lesquels les héros sont piégés dans des réduits de 2-3 m², alors pourquoi pas un album emmitouflé dans un plaid à attendre que le jour B arrive ?

© Zidrou/Bosschaert/Julie Swolfs chez Le Lombard

Ainsi, le duo d’auteurs qui trouve les couleurs chaleureuses de Julie Swolfs (ce nom vous évoque quelque chose ? Normal, c’est sa fille) nous invite entre les articles d’un blog, des dessins d’enfant, la bienveillance des proches, les conversations internautes (fenêtre sur cour à l’heure 2.0) avec des femmes subissant la même épreuve mais aussi des insomnies. Il y a de la bienveillance dans le scénario de Zidrou, notamment par cet ami invisible et intime qui fait son apparition, mais aussi, énormément, dans le trait du trop rare Bosschaert qui crée un cocon, une intimité enrichissante et emplie d’allers-retours entre les debout et les couchés. Le ventre grossit, l’attente s’éternise mais cette docu-fiction se lit et laisse filer le temps, pas la vie.

Titre :  Horizontale – Journal d’une grossesse allongée

Récit complet

Scénario  : Zidrou

Dessin : Jan Bosschaert

Couleurs : Julie Swolfs

Genre: Comédie dramatique, documentaire

Éditeur: Le Lombard

Nbre de pages: 72

Prix: 14,99€

Date de sortie: le 06/07/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.