Entre la charcuterie et le fromage, les légumes et les oeufs, les jolies notes de Vincent Scarito s’échappent de la torpeur frigidaire

Vous vous souvenez du fantastique frigo qui avait permis à notre ami indestructible Indiana Jones d’échapper à une explosion nucléaire? Notez qu’on comprendrait que vous l’ayez oublié! Cela dit, blague à part, on l’a retrouvé chez Vincent Scarito et il n’a pas livré tous ses secrets et mystères. D’où cette question de bon aloi, « What’s in the fridge? », le nouvel album de l’Italo-Belge. 

On n’a pas le temps de souffler, d’emblée, on est happé dans la voix de Vincent Scarito, chaude et jazzy, un peu dans la même veine que celle de Simon Buret, le chanteur d’AaRON. Il nous a amené The Flower, parce que les bonbons c’est périssable, et sur cette délicate attention, l’aventure sonore peut commencer, sortie de la torpeur frigidaire pour s’avancer dans des beaux décors. Il y a un peu de western là-dedans et ce n’est pas pour nous déplaire. La voix, semblant éraillée au début, prend ses aises et s’envole quand la musique s’emballe. Ça joue bien, ça sonne juste, c’est bien parti.

Et c’est dans diverses directions que celui qui est aussi comédien nous attire, forcément groove, toujours plus dans la lumière que l’ombre. Avec son sympathique For my friends, on se dit que par la thématique et les sonorités, le morceau ne dépareillerait pas à la bande originale d’un Toy Story. Avec Vincent Scarito, on a un fameux ami, entraînant et avec le rythme dans la peau. Tantôt vieux bluesman, tantôt dandy et crooner décalé, Scarito ne force pas la séduction, elle opère naturellement.

Et puisqu’on parle de nature, il y a de la place pour des promenades en son sein dans cet album qui a même appelé un petit orchestre d’oiseaux. Doigts croisés, volets grand ouverts pour prendre une bonne goulée d’air frais et régénérateur. La chance sourit, en effet.

Puis, c’est sur un titre en clin d’oeil à Depeche Mode, Enjoy the still, que Vincent Scarito fait un joyeux mélange entre français et anglais. On fait de la place dans la pièce, on envoie valdinguer les tables (ou on les escalade), pour mieux se mettre en jambes et danser encore un peu plus dans l’espace amené par cet album cosy et protégé. Une jolie bulle. Avec la voix de son instigateur mais aussi de la place pour les instruments qui s’affirment au-delà du chant et ouattent un peu plus le final de Falling in love. Une harmonie qui atteint son paroxysme et toute sa puissance sur le bien-nommé Higher. Un crescendo et une amplitude terribles.

Pour finir, c’est le doux et poétique Neige été qui ferme le bal, en français. Une note rafraîchissante, quelques flocons délicats pour boucler une boucle qui valait la peine d’être parcourue en compagnie de cette personnalité attachante.

Album : What’s in the fridge

Artiste : Vincent Scarito (Page Fb)

Nbre de pistes : 12

Durée : 38 min

Autoproduit (1ère pression à froid)

Sortie : le 23/03/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.