Moins de dix petits nègres en île de Sein, Agatha crissent-t-ils et ainsi soit-il… mais pas Ar-Men à tout !

Dans un tout autre style, graphique comme narratif, qu’Emmanuel Lepage, fin de l’année dernière, Patrick Weber et Nicoby investissent ce phare de légende (encore plus depuis que le Neuvième Art le soigne aux petits oignons) qu’est Ar-Men. Les deux amoureux de Bretagne – ils ne peuvent plus le cacher : c’est le troisième album qu’ils consacrent à un lieu dont cette région a le secret – n’y séjournent pas seuls puisqu’ils y ont amenés une bande de personnages, fort en estime d’eux-mêmes et qui risquent bien d’avoir des surprises… mortelles.

© Weber/Nicoby chez Glénat

Résumé de l’éditeur : Suite à son dernier best-seller, le très médiatique écrivain Brieg Mahé a pour ambition d’écrire le roman policier ultime. Un huis clos à énigmes si bien ficelé qu’il en ferait pâlir Agatha Christie elle-même ! Et quel plus beau décor pour cela que le mythique phare d’Ar-Men sur l’île de Sein en Bretagne ? Pour aller encore plus loin et afin de stimuler sa créativité, Mahé va même tenter une expérience unique : inviter 5 personnalités dans ce lieu et les faire vivre dans les conditions du roman qu’il s’apprête à écrire. Il n’imagine pas que la réalité va malheureusement dépasser la fiction…

© Weber/Nicoby chez Glénat

Non contents de rendre hommage à la Bretagne, Weber et Nicoby partent cette fois sur les traces (du moins par l’imaginaire car depuis Ar-Men, à moins de voler, vous n’avez pas vraiment une grande liberté de mouvements) de la reine du crime : Agatha Christie. C’est mis en quatrième de couverture, dans les résumés et, surtout, placé dans la bouche de leur héros : Brieg Mahé, ce romancier aux airs BHL qui entend passer de la littérature du moi à la réalisation d’un polar parfait. Qui ferait de l’ombre aux meilleurs romans d’Agatha Christie ? Il le croit. Et nous, on attend de voir, car les paroles s’envolent mais les écrits restent, vous le savez comme nous. On imagine donc que le personnage de papier autant que ses deux parents de chair et d’os n’ont pas leurs ambitions en poche et ont quelque chose à nous refourguer. Bah oui, de notre petite Belgique à l’Île de Sein, il y a de la route à faire et on espère ne pas être déçus.

© Weber/Nicoby chez Glénat

Cruellement, on va l’être, pourtant. Irrémédiablement. Pourtant le prétexte est le bon, et on salivait déjà à l’idée de voir une bande de dikkeneks (on ne sait pas comment on traduit ça en Bretagne, mais chez nous, on dit comme ça) se débattre dans les mailles du filet de pêche. Car Brieg Mahé, et c’est là son coup de génie, a été chercher des grosses sardines à mettre dans cette boîte confinée qu’est ce phare: une productrice tv, un créateur de polar qui entend bien ne pas laisser sa place à son hôte, un policier à la retraite ou encore un spécialiste de la Reine Agatha. S’engage alors un jeu de massacre soft en mode Dix petits nègres.

© Weber/Nicoby chez Glénat

Ben oui, Patrick Weber (bien plus en forme sur Sourire 58) et Nicoby ne sont ni les premiers ni les derniers à jouer sur le mode du huis-clos dans lequel un petit groupe de personnages fond comme neige au soleil sous les impulsions criminelles et meurtrières de l’un ou l’autre qui cache bien son jeu. Le problème, c’est que certains le font sans prétention, ici, les deux auteurs se font prendre au jeu et piéger par leur orchestrateur (qui ne fera pas long feu), Brieg Mahé. Et lui a l’ambition de dynamiter le genre, d’offrir quelque chose d’inouï, de jamais vu. Un jeu de massacre grandeur nature et en temps réel. Pourtant, le tandem ne nous embarque que jusqu’aux portes du phare (qui est moins celui de la bonne espérance que celui de la sainte malveillance) avant de nous perdre dans une intrigue convenue et dont on prédit vite le final contenant forcément un twist. Bref, malgré le dessin d’un Nicoby qui a tout saisi de l’univers étroit et offrant pourtant un panorama à perte de vue (la coloriste Kness y a trouvé des couleurs magiques qui magnifient l’écume et l’ombre), on ne peut pas dire Ar-Men à tout ! Et c’est un grand coup dans l’eau.

© Weber/Nicoby chez Glénat

Titre : Sang de sein

Récit complet

Scénario  : Patrick Weber (Page Facebook)

Dessin : Nicoby

Couleurs : Kness

Genre: Thriller, Huis-Clos

Éditeur: Vents d’Ouest

Nbre de pages: 132

Prix: 18,50€

Date de sortie: le 09/05/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.