Sur la piste d’une lumière extraordinaire à la croisée des chemins et des doutes, Gwénola Morizur et Marie Duvoisin magnifient nos embellies

« Rien n’est réel, sauf le hasard », disait Paul Auster. Le hasard est omniprésent dans nos vies, pour le beau comme pour le laid, sans que nous sachions nous en passer. La vie serait-elle du jeu si tout était prévu et calculé, au millimètre et jusqu’à la moindre seconde chérie de nos existences ? Portant parfois les plus belles des embellies inattendues. Celles de Gwénola Morizur et Marie Duvoisin (dont c’est le premier album, magnifique), les nôtres aussi, font mouche et nous donnent un peu plus l’éclat du réconfort.

© Morizur/Duvoisin chez Grand Angle

Résumé de l’éditeur : Lily apprend qu’elle est enceinte, au moment où son compagnon lui annonce qu’il va partir en tournée avec son groupe et lui demande de s’occuper de Balthazar, son neveu, qui arrive du Canada. Lily tente d’apprivoiser ce gamin qu’elle n’a jamais vu et qui traîne avec lui la tristesse de la séparation de ses parents.

Recherches © Morizur/Duvoisin

Tout plaquer et se ressourcer, c’est une chose. On peut le faire seul ou accompagné. Pour Lily, c’est plus compliqué, elle doit faire avec Balthazar, un petit gars du Canada qui n’a rien demandé à personne et encore moins à ses parents qui se séparent. Du coup le voilà envoyé par sa mère dans les pattes de Félix, son oncle, et… Lily, le temps de gérer les choses. Félix qui porte bien son nom – la chance ! – et qui, trompettiste qu’il est, vient de signer avec son groupe sur un grand label. Il va falloir bosser et tant pis si ça tombe mal : il ne laissera pas passer l’opportunité d’avancer d’un grand bond dans sa carrière.

© Morizur/Duvoisin chez Grand Angle

Et dans ces circonstances, il est malvenu et insurmontable pour Lily de lui faire part de ce qui la tracasse depuis quelques heures : elle est enceinte. Un peu paf, elle ne sait quoi dire à son amoureux : « Félicitations ». Félix part, Balthazar arrive avec tout son mal-être et son incompréhension face au monde des grands. Et Lily doit faire avec le mystère que représente un enfant, d’autant plus qu’elle ne l’a jamais vu. Il y a meilleur cadre pour faire connaissance, mais elle n’a pas le choix. Est-on jamais prêt à devenir parent ? Pour Lily, c’est un euphémisme.

© Morizur/Duvoisin chez Grand Angle

De ce télescopage de destinées, un peu paralysées par la succession de nouvelles, bonnes et mauvaises selon les points de vue; les deux autrices incitent au mouvement, au bol d’air qui souffle la réflexion et amène la décision. Plutôt que les fast-food et la Tour Eiffel, Lily loue une voiture et met le cap sur la montagne avec son petit invité. Elle n’avait pas prévu les bouchons sur l’autoroute des destins, à deux pas de Noël, et les deux rencontres que celle-ci vont provoquer, décisives. Et tant pis si les appels de Félix sonnent dans le vide, il attendra.

© Morizur/Duvoisin chez Grand Angle

En septante planches aérées et dépaysantes, qui porte le style charmant, pur et chaleureux, de Marie Duvoisin, les deux comparses signent une oeuvre qui a beaucoup de choses à dire et dont chacun tirera ses leçons. Le voyage de nos héros est peut-être moins lointain que celui d’Ulysse, et pourtant, mine de rien, ils reviennent de loin. En prenant de la hauteur sur les si beaux reliefs de l’Auvergne, dans un coin perdu, arrêtés là par les flocons insistants, nos héros vont passer quelques jours à se découvrir et à se retrouver.

© Morizur/Duvoisin

Nos embellies, c’est un conte de Noël du quotidien, la preuve on peut le lire en avril, sans se dire que c’est du réchauffé. Même si ça fait très chaud… au coeur. C’est universel et humain, lourd et léger à la fois. Éminemment bienveillante, cette feeling-good lecture échappe pourtant à la facilité et aux lieux-communs, et à la difficulté de faire parler le naturel dans les dialogues. Cette rencontre, on y croit, elle est réelle, rendue vibrante par l’étincelle si particulière que Marie Duvoisin allume en ses personnages.

© Morizur/Duvoisin chez Grand Angle

Parce qu’il y a encore une place dans cette chambre d’hôte désertée et réinvestie d’un coup, parce qu’on est le cinquième larron et que ce récit nous donne la force de nous y projeter. Les décors sont banals et pourtant magiques, la lumière extraordinaire comme si le soleil perçait les planches (même les jours de pluie), il y a un peu de musique et un bon repas, beaucoup d’amour et d’amitié. C’était allumé, alors, nous y sommes entrés. Qu’est-ce qu’on a bien fait.

© Morizur/Duvoisin chez Grand Angle

En bonus, un titre de Calogero écrit par le vénérable Kent qui colle parfaitement.

Titre : Nos embellies

Récit complet

Scénario  : Gwénola Morizur

Dessin et couleurs : Marie Duvoisin (Page FB)

Genre: Road Trip, Initiatique, Drame

Éditeur: Grand Angle

Nbre de pages: 72

Prix: 16,90€

Date de sortie: le 28/02/2018

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.