Tomb Raider : 10 kilos de muscle pour devenir la Lara Croft d’une adaptation qui ne pèse pas lourd

Pour sa première réalisation internationale, le Norvégien Roar Uthaug signe un film d’envergure que la Warner avait annoncé depuis 2009 : un nouveau long-métrage Tomb Raider, un reboot adapté de la série de jeux vidéo « Tomb Raider » par Crystal Dynamics. Le projet a pris son temps et c’est l’actrice suédoise Alicia Vikander qui a hérité d’un riche entraînement ayant débuté sept mois avant le début du tournage, pour finalement prendre dix kilos de muscles afin d’incarner la nouvelle Lara Croft (autrefois campée par Angelina Jolie dans « Lara Croft: Tomb Raider » en 2001 et « Lara Croft: Tomb Raider: le Berceau de la Vie » en 2003. Après « Mémoires de Jeunesse » de James Kent, Dominic West campe une nouvelle fois le père de l’actrice-vedette.

Note : 11/20 (Vu au cinéma Acinapolis Jambes)

À lire aussi |Après Tomb Raider… Job Raider, le nouveau canular télépho-archéologique succulent et aussi gonflé que Lara Croft première du nom

Résumé: Lara Croft, 21 ans, n’a ni projet, ni ambition : fille d’un explorateur excentrique porté disparu depuis sept ans, cette jeune femme rebelle et indépendante refuse de reprendre l’empire de son père. Convaincue qu’il n’est pas mort, elle met le cap sur la destination où son père a été vu pour la dernière fois : la tombe légendaire d’une île mythique au large du Japon. Mais le voyage se révèle des plus périlleux et il lui faudra affronter d’innombrables ennemis et repousser ses propres limites pour devenir « Tomb Raider »…

Exit Angelina Jolie, bonjour Alicia Vikander. Récompensée il y a deux ans de l’Oscar du meilleur second rôle féminin pour « The Danish Girl », l’actrice suédoise (pourtant habituée au cinéma d’auteur) remplace au pied levé la très médiatisée ambassadrice de bonne volonté (bien plus active aujourd’hui humainement que cinématographiquement, même si on devrait la retrouver dans la suite du succès « Maléfique »). Si la plastique n’est pas la même, Alicia Vikander n’a rien à envier au jeu des sept différences, elle qui est l’atout majeur de ce reboot sans audace des aventures de Lara Croft, quant à elles toujours bien adaptées de la série de jeux vidéo « Tomb Raider ».

Sans véritables effets de manche, le réalisateur nous livre un divertissement d’action plus ou moins distrayant, divisé en deux parties, et reposant sur les ingrédients propres à ceux des jeux vidéo « Tomb Raider », c’est-à-dire de l’aventure et des énigmes, façon très « girly ». D’emblée, Roar filme tout d’abord les prémisses de la naissance de cette héroïne fictive mondialement connue, pour ensuite s’attaquer au vif du sujet, soit la recherche du père de Lara (disparu, il y a sept ans) après la découverte de ses dossiers secrets, grâce à un artefact. Direction l’île mystérieuse d’Yamatai, au sud du Japon, et en plein cœur de la mer du Diable, où est enterrée la reine Himiko, dotée de pouvoirs surnaturels, capables de détruire tout ce qu’elle touche. C’est en effet là que son père s’est rendu en dernier lieu… Mais bien vite, elle se retrouvera à empêcher une organisation (appelée la « Trinité ») de mettre la main sur le tombeau de la reine de la mort, préparant un plan dévastateur à l’échelle mondiale…

Alicia Vikander apporte un sourire et de la fraîcheur tous deux bienvenus à ce personnage féminin charismatique, elle qui s’est dotée pour l’occasion d’abdominaux assez impressionnants. Même si cette aventure est bien trop prévisible et écrite sans grande envergure, le scénario du film ne lésine pas sur les blessures envers son personnage, à mesure de son initiation pour devenir « Tomb Raider ». Ainsi, il marque des points compte tenu du caractère parfois trop indestructible des héros hollywoodiens actuels. Mais alors que le portrait et le début de l’aventure sont pleins d’espoirs, Lara Croft ne parvient malheureusement pas à venir chercher en nous ce petit quelque chose qui nous permettrait de nous tenir en haleine et en empathie, la faute au scénario, qui repose sur des enjeux déjà trop rabattus dans le genre, sans oublier les décors et effets numériques pas toujours très jolis, qui piquent ainsi parfois aux yeux, et dénigrent un peu plus l’œuvre, malgré toute la bonne volonté des yeux de sa belle et talentueuse actrice principale.

Finalement, « Tomb Raider » est une revisite un peu faible autour du personnage de Lara Croft, qui ne devrait ainsi pas lui permettre de tenir la distance et de relancer ses aventures. Malgré la présence assidue d’Alicia Vikander au casting, et une première partie plus que correcte, la déception est bien réelle.

Toutes les critiques de Julien pour l’année 2018, ça se passe également par là !

Titre : Tomb Raider

Pays : USA

Réalisateur : Roar Uthaug

Acteurs : Alicia Vikander, Dominic West, Walton Goggins, Daniel Wu, Kristin Scott Thomas, Hannah John-Kamen, Derek Jacobi, Josef Altin…

Genre : Action, aventure

Durée : 118 min

Date de sortie : le 14/03/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s