Ridiculisé par son doublage en français, Patser (Gangsta) envoie la poudre aux yeux et c’est d’la bonne !

Troisième long-métrage du duo de réalisateurs flamands d’origine marocaine Adil El Arbi et Bilall Fallah, après « Image » (2014) et « Black » (2015); Patser est devenu « Gangsta » pour l’exploitation du film chez nos voisins français, avec un doublage aussi vite fait qu’Adil et Bilall l’on tiré d’une putain d’histoire vraie. Avec l’art, la manière, le punch et les références, eux.

À lire aussi | Après Black et avant Patser et le Flic de Beverly Hills, Bilall Fallah était au FIFF: « On rêve de faire un grand film de science-fiction à la Star Wars »

À lire aussi | Black, quand le cinéma « bruxellien » met K.O. le cinéma hollywoodien

Note : 14/20 (vu à l’Acinapolis Jambes)

Résumé: Anvers. Quatre amis d’enfance, fan de Scarface et petits dealers se rêvent en futurs parrains du crime organisé. Mais leur légende se transforme en cauchemar quand ils volent un chargement de cocaïne, déclenchant la guerre avec un baron de la drogue à Amsterdam et les cartels colombiens.

Sorti cette semaine-ci dans le strict anonymat en Wallonie, Patser est déjà le troisième « joujou » du (désormais inséparable) duo flamand formé par Adil El Arbi et Bilall Fallah, après le sulfureux « Black », interdit de sortie en France. Souvenez-vous, ce dernier avait créé des tensions et échauffourées au Kinepolis Bruxelles lors de ses diffusions, étant donné le sujet brûlant du film, soit les relations conflictuelles entre des bandes urbaines bruxelloises… Cela dit, le film n’a pas du tout souffert de cette affaire (que du contraire), étant devenu un sacré succès dans nos salles. D’ailleurs, grâce à ce film, le duo s’est vu approché par la Paramount, en vue de réaliser Le Flic de Beverly Hills 4. Faute de problèmes financiers du studio, le projet est en stand-by. Mais c’est bien sur Bad Boys 3 que le duo s’attelle actuellement, bien occupé à la réécriture du script, en espérant qu’il plaise à Will Smith, ainsi qu’au distributeur du film…

Ayant bien compris la leçon quant à l’exploitation quelque peu houleuse de leur précédent film, le duo nous présente aujourd’hui Patser, bien plus grand public, même s’il côtoie toujours ici les mêmes thématiques, dans un milieu (une fois de plus) peu prisé, soit celui des gangsters anversois (appelés des « patsers »), et du trafic de drogues via le port de la ville. Qu’à cela ne tienne, ce que le cinéma des deux cinéastes a pesé en violence psychologique gagne ici en énergie, et en créativité.

Nous voilà donc en compagnie de quatre inséparables amis d’enfance, du genre à passer les journées entières ensemble, et à répéter inlassablement les mêmes habitudes, sans véritable autre ambition dans la vie que celle de devenir « patser », soit une figure de proue à la Tony Montana, dans leur quartier anversois, afin d’être respecté par le milieu. Autrement dit, Adamo et ses amis rêvent d’une réalité qu’ils auront vite eu tort de déformer, après avoir volé un chargement de cocaïne ne leur appartenant pas, déclenchant, au passage, une véritable guerre de gangs…

Méconnaissable, Matteo Simoni (vu dans « Marina » de Stijn Coninx) interprète ici Adamo, le personnage principal autour duquel va se centrer cette intrigue assez classique, soit un petit flambeur du genre à faire sa petit frappe devant son miroir, une arme à la main, torse nu et la casquette à l’envers, mais, à contrario, se masturber en cachette en pensant à son amie Badia (la seule fille du quatuor), bien trop fier pour avouer de quelconques sentiments. L’acteur flamand porte avec fureur ce rôle codifié, mais auquel il apporte un caractère naïf attachant, malgré ses erreurs de parcours. On adore tout simplement Adamo.

À côté de ce dernier, même si le développement des autres personnages n’est pas aussi creusé (ou s’égare), les scénaristes nous permettent de cibler très vite ceux à qui on a à faire. Mais surtout, Patser se dévoile avant tout comme un film qui parle de la jeunesse (désœuvrée) et de l’amitié, et des liens indéfectibles qui en sont liés. On apprécie ainsi suivre les péripéties d’Adamo, ce keket, non pas des plages, mais d’Anvers, qui se rêve d’une vie à la « Scarface », et qui s’en donnera les moyens. Mais comme on dit, « qui fait le malin, tombe dans le ravin »!

S’il n’est pas très mature, le film nous offre pourtant un discours sur le destin et ce que nous faisons pour le brusquer, et, dans son optique, ne prend jamais la grosse tête pour chercher à conscientiser ou juger vis-à-vis de ses personnages, mais se contente de les aimer, malgré leur caractère peu recommandable.

Mais là où Adil El Arbi & Bilall Fallah permettent à leur film d’exister au-delà de ses lignes d’écriture sans grande surprise dans leur genre, c’est dans la mise en scène. Pour le coup ultra référencé, leur film est une pile électrique qui ne cesse d’étonner le spectateur par son visuel qui ne ménage pas sur les couleurs pop et les néons, ni sur les effets de style propre aux personnages racontés. Ainsi, on se ravit d’y découvrir notamment une partie de Tetris, grandeur nature, en lien avec les parties de console auxquelles s’adonnent nos anti-héros. Sans parler de cette coke tamisée au son du « Tombe de Neige » de Salvatore… Adamo, où encore de ce pré-générique final magnifiquement emballé ! Bref, on « kiffe sa race », d’autant plus avec une bande-originale concoctée avec soin !

Outre ses bonnes idées de mise en scène, « Patser » souffre de quelques longueurs narratives, tout comme d’un règlement de comptes final qui rappelle un peu trop celui de leur précédent film, donnant ainsi l’impression d’avoir déjà vu cela. Aussi, les mésaventures des personnages sont rythmées par un découpage peu rebondissant autour des sept péchés capitaux, ce qui a tendance à en rajouter encore un peu plus à leur cocktail déjà bien garni. Enfin, le doublage francophone est tout simplement affreux, et gâche la qualité de l’immersion dans cet univers flamboyant, à esthétique très inspirée par l’univers de ses personnages. Alors, par pitié, voyez-le, mais en version originale sous-titrée!

En somme, voilà un film qui fait du bien à notre paysage cinématographique belge. Sur base d’un postulat archi-rabattu, il emprunte à la culture pop pour nous livrer alors un moment de cinéma nerveux comme jamais, et dont ses metteurs en scène en ont pleinement conscience. C’est un exercice de style parfois brouillant et épileptique, mais non dénué de propos véhiculés à la manière du duo, dans leur univers, et qui réserve de bonnes choses à venir. Et surtout, un Matteo Simoni extrêmement généreux. Allez, on peut le dire: Patser, c’est de la bonne!

Toutes les critiques de Julien pour l’année 2018, ça se passe également par là !

Titre : Patser

Pays : Belgique

Réalisateurs : Adil El Arbi & Billal Fallah

Acteurs : Matteo Simoni, Nora Gharib, Nabil Mallat, Saïd Boumazoughe, Junes Lazaar, Gene Bervoets, Jeroen Perceval, Axel Daeseleire, Hans Royaards…

Genre : Action, policier

Durée : 125 min

Date de sortie : le 28/02/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.