« La ch’tite famille », ceci n’est pas une ch’tite suite !

Dans La ch’tite famille, le réalisateur le plus populaire des Hauts de France nous raconte l’histoire de Valentin D., un designer orphelin reconnu comme l’un des génies créatifs de sa génération. Accompagné de sa muse (terme que cette dernière ne supporte point vu qu’elle est la co-créatrice des œuvres signées par Valentin), Constance, et de son beau-père, Valentin fait la tendance qui habille les intérieurs de tout le gratin parisien. Mais le jour de l’inauguration de l’exposition, qui consacre l’œuvre de Valentin et qui pourrait lui servir de tremplin pour signer de nouveaux contrats très lucratifs, un évènement inattendu se produit. La famille de  « l’orphelin » s’invite à la fête ! Que cache réellement le passé de la star parisienne ?

Ce nouvel opus de l’inventeur du sketch du K-way sort dix ans, presque jour pour jour, après  le film Bienvenue chez les ch’tis qui avait érigé l’humoriste devenu acteur et au grade de réalisateur bankable.  Même si « La ch’tite famille » nous plonge à nouveau dans un long-métrage où le patois de la Picardie est bien mis à l’honneur, ce film n’a aucune accroche scénaristique avec la réalisation de Dany Boon qui avait fait frémir Titanic au box-office.

© David Koskas

Néanmoins, Dany Boon laisse apparaître quelques caméos et autres clins d’œil à Bienvenue chez les ch’tis. Au casting, on retrouve Line Renaud qui campe une nouvelle fois le rôle de la mère du réalisateur nordiste et Guy Lecluyse reprend une nouvelle fois les traits d’un ch’ti bourru au grand cœur. Kad Merad joue son propre rôle. Puis, il y a le clin d’œil scénaristique, cette scène où Valentin se fait renverser et qu’il se réveille vingt-cinq ans en arrière, alors qu’il n’a aucun complexe à parler le… Ch’timi. Dans la première réalisation de Dany Boon, on entend ce dernier parler la langue typique du Nord-Pas-De-Calais au moment où Kad Merad le renverse et pense lui avoir cassé la mâchoire.

© David Koskas

Avec la Ch’tite famille Dany Boon nous livre sa réalisation la plus personnelle. L’histoire de Valentin D. projette sur grand écran ce qu’aurait pu être la vie de l’enfant du Nord s’il avait suivi les critiques et les recommandations que certains hommes du show-business parisien lui avaient faites. La consanguinité campagnarde (Gus qui sort avec Louloute alors qu’elle fut la copine de Tintin), les maux de dos de la bourgeoisie qui préfère vivre dans des meubles designs peu confortables (Arthur qui vient à l’exposition de Valentin D. avec son ostéopathe), les critiques déplacées des gens de la haute société face aux petites gens qui vivent avec peu de moyens (la soirée mondaine où les gens se moquent de l’accent nordiste de Valentin), les fausses croyances que Madame tout le monde se fait à force de lire les magazines people qui cherchent toujours plus le sensationnel que le réel (La mère de Valentin qui griffonne la tête de Constance dans les magazines)… tout y passe.

© David Koskas

Beaucoup s’accorderont sur le fait que cette nouvelle création n’a rien d’extrêmement original dans ses trames scénaristiques. Pourtant, cette sympathique comédie familiale et romantique se veut aussi comme une comparaison satirique entre la simplicité, parfois burlesque des habitants des campagnes face aux méandres de la société de l’apparence et des bonnes convenances du monde citadins. D’un point de vue musical, l’équipe de Dany Boon fait les bons choix. Les musiques permettent de nous transporter dans les situations et les émotions dans lesquelles son scénario veut nous emmener.

© David Koskas

Au niveau du jeu des acteurs, le souhait d’authenticité langagière fait que tous les acteurs ne s’en sortent pas de la même manière. Line Renaud est égale à elle-même. Pierre Richard nous éblouit toujours autant dans ses rares apparitions. Guy Lecluyse et Dany Boon sont dans la caricature sans pour autant en être une. Ils accentuent les traits de leur personnage pour notre plus grand plaisir. Valérie Bonneton et François Berléand sont peut-être les acteurs qui nous donnent le plus de regrets dans ce casting trois étoiles. Valérie Bonneton ne convainc pas. Elle donne un sentiment de confusion pendant le premier quart d’heure du film suite au choix de la faire jouer en ch’timi. Son accent paraît surjoué et cela fait perdre de la crédibilité à son personnage. Dommage car Dany Boon lui offre quelques scènes qui mettent toute sa puissance scénique en lumière (L’explication entre Louloute, Gus et le Valentin qui a retrouvé ses souvenirs).

© David Koskas

Quant à François Berléand, le scénario ne lui permet pas de pouvoir assez développer son personnage pour nous transmettre de l’émotion. Par contre, La Ch’tite famille met à l’écran une surprenante Laurence Arné. Ce premier rôle féminin permet à cette actrice de prouver tout son talent aux cinéphiles. Elle est éblouissante. Les sentiments qu’elle transmet aux travers de son jeu convainquent les spectateurs. Juliane Lepoureau, une nouvelle fois pas créditée sur les affiches,  amène de la fraîcheur et de l’insouciance à cette production. Et à l’instar de sa prestation dans « L’échange des Princesses » de Marc Dugain, elle nous montre tout son potentiel.

© David Koskas

La ch’tite famille n’est pas éblouissant par son originalité mais cette comédie familiale reste un sympathique moment de cinéma pour oublier les petits tracas de la vie quotidienne. Même si on ne rit pas forcément aux éclats tout au long du film, cette production réussit à nous faire vivre de belles émotions pendant les scènes intimistes de la famille retrouvée de Valentin D.

© David Koskas

Titre : La ch’tite famille

Pays : France

Réalisateur : Alexandre Coffre

Acteurs : Dany Boon, Laurence Arné, François Berléand, Guy Lecluyse, Line Renaud, Valérie Bonneton, Pierre Richard, Juliane Lepoureau…

Genre : Comédie

Durée : 107 min

Date de sortie : le 28/02/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.