Lucky : la boucle intemporelle d’Harry Dean Stanton, cowboy qui marche plus vite que son ombre

Premier long-métrage de l’acteur américain John Caroll Lynch, spécialement écrit pour Harry Dean Stanton, en s’inspirant de sa vie et de sa personnalité; Lucky est aussi le dernier film de celui-ci, décédé à 91 ans en septembre dernier. Harry Dean Stanton avait commencé sa carrière au cinéma en 1957 dans « Tomahawk Trail » de Lesley Selander et avait joué avec Tom Skeritt qu’il retrouve ici, 38 ans après « Alien, le Huitième Passager ».

Note : 14/20 (vu au Cinéma Caméo des Grignoux à Namur)

Résumé: Lucky est un vieux cow-boy solitaire. Il fume, fait des mots croisés et déambule dans une petite ville perdue au milieu du désert. Il passe ses journées à refaire le monde avec les habitants du coin. Il se rebelle contre tout et surtout contre le temps qui passe. Ses 90 ans passés l’entraînent dans une véritable quête spirituelle et poétique.

N’y voyez là aucun lien de parenté entre ce film et le personnage inventé par le dessinateur belge Morris en 1946, « Lucky Luke », bien qu’il s’agit bien là de deux cow-boys… Alors que le lonesome cowboy « tire plus vite que son ombre », Lucky, lui, marche plus vite que quiconque, même du haut de ses nonante ans. Premier film de l’acteur John Carroll Lynch, « Lucky » est une échappée belle au Nouveau-Mexique à la rencontre de l’immense artiste de cinéma; Harry Dean Stanton, dans un film quasi-autobiographique.

Réalisé en hommage à la carrière de son acteur principal et de l’homme qu’il était, ce film est l’occasion de suivre un nonagénaire dans ses errances quotidiennes, entre ses rituels solitaires à domicile (réveil sportif, jeux télévisés, appels à un ami, etc.) et ses sorties, que ça soit au petit « diner » du coin pour sa tasse de café et compléter quelques mots croisés ou au bar du soir pour boire son petit verre et y retrouver ses amis avec qui discuter. On y découvre alors un personnage fictif inspiré de la vie de son acteur principal, aussi bien dans son intimité que par son passé.

Ce qui est ainsi formidable et authentique dans ce film, c’est que chaque dialogue représente, en quelque sorte, le témoignage de l’acteur et l’homme d’exception qu’était Harry Dean Stanton. Ainsi, au détour de quelques mots assez banals, le spectateur en apprend sur la carrière de cet acteur, grand solitaire dans la vie, lui qui fut aussi cuisinier dans la marine durant la Seconde Guerre mondiale.

« Lucky », c’est un peu le point d’orgue d’un homme face à son horloge qui tourne, entre la nostalgie d’une vie passé, le pessimiste et l’optimisme face à la mort. Cette (dernière) ballade métaphorique se regarde comme une boucle intemporelle qui ne cesse de se répéter, mais au travers de laquelle son personnage principal appréhende différemment l’issue de sa vie. John Carroll Lynch réalise ici une première œuvre intimiste, inspirée et bienveillante envers son acteur, dans cet instant de cinéma sans esbroufe, mis en scène avec tendresse, pudeur, poésie, et posant un regard sur la vie.

Toutes les critiques de Julien pour l’année 2018, ça se passe également par là !

Titre : Lucky

Pays : USA

Réalisateur : John Carroll Lynch

Acteurs : Harry Dean Stanton, David Lynch, Ron Livingston, Ed Begley Jr., Tom Skerritt, Barry Shabaka Henley, James Darren, Beth Grant…

Genre : Drame

Durée : 88 min

Date de sortie : le 07/02/2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.