Et si, en 2018, tous nos enfants devenaient « danois » et qu’une société Benetton était en marche ?

Comme pas mal d’auteurs de BD de premier plan, Clarke a pris l’habitude d’interroger le monde, inquiétant, qui nous entoure en allant voir un peu plus loin, là où les ricochets le conduiraient. C’était déjà le cas avec Dilemma, son précédent one-shot, ça l’est encore plus avec Les Danois. Sous une couverture qui se la joue Benetton et une du Time à la fois, c’est une idée de départ surréaliste qui phagocyte l’attention et s’assortit d’une belle brochette de problématiques exportées du présent vers ce futur (pas si loin et même très proche) de BD et pas moins plausible.

À lire aussi | Clarke: « Accepter la réalité, c’est vital dans une série aussi longue que Mélusine »

© Clarke/Cerise chez Le Lombard

Résumé de l’éditeur : Et si demain, des enfants blonds aux yeux bleus naissaient dans des familles d’origine arabe, asiatique, africaine ? Comment est-ce que la population, l’armée, les politiques, le gouvernement, les communautés religieuses réagiraient ? Comment est-ce que nous, nous réagirions ?

© Clarke/Cerise chez Le Lombard

Y’a-t-il moment, dans cette vie, plus important et secouant que celui de donner la vie ? À un enfant bien portant et éclatant de vie, qui plus est. La crainte des parents étant toujours que ce nouveau-né ne corresponde pas aux attentes, soient accablés d’une maladie, d’une malformation. Et ce, même si ces mères, ces pères sont prêts, après la déconvenue, à faire front et à trouver les ressources nécessaires pour se battre, et vaincre aux côtés de leur progéniture.

Illustration © Clarke

Dans Les Danois, les naissances s’enchaînent, sans problème majeure, à première vue. Car, une fois percée la carapace de l’emmaillotement, la différence vous sautera aux yeux, implacable : ces enfants, que leurs parents soient noirs, jaunes ou blancs, sont blonds et blancs. Sans pré-alerte, sans autres symptômes. Cela pourrait passer comme une lettre à la poste, c’était sans compter la société dans laquelle ce caprice de l’évolution allait prendre racine : la nôtre, celle qui depuis que le monde est monde est en proie aux pires affrontements entre hommes de « races » (ceci n’est pas notre mot mais celui que l’Histoire a retenu), de confessions et de couleurs différentes.

© Clarke

Cela ne pourrait être qu’un cas isolé mais non, le phénomène commence au Danemark et s’étend bientôt, levier d’une vaste crise aux répercussions inconsidérables dans laquelle seuls les journalistes et les producteurs (ou marchands à la sauvette?) de vaccins s’y retrouvent dans une course effrénée ne comptant pas les kilomètres, à pied ou en avions (avant que les aéroports ne ferment au vu de la pression d’immigrés voulant se dépêcher de rentrer au pays).

© Clarke

Une quête qui ne compte pas les dommages collatéraux mais n’a qu’un seul but : trouver le patient-zéro. Et dans cette foule effrayée par l’aube d’un nouveau monde (peut-être plus égalitaire, pourtant), il n’est pas facile à dégoter. D’autant plus qu’à la manipulation, une contre-manipulation s’opère. Sans, non plus, empêcher le hasard des rencontres qui remplacent celles forcées et intéressées.

Illustration © Clarke
Mais là où Clarke est fort, c’est quand il évite de faire partir sa bonne idée en sucette et qu’il la crédibilise un peu plus. Se servant de sa boule de cristal dans laquelle il le voit clairement et perspicacement, Clarke projette l’avenir sur base du présent et d’éléments actuels. L’état islamique n’est jamais loin, des attentats peuvent frapper à tout moment, là où on ne les attend pas et finissant de rendre la tension insoutenable pour nos héros, de Bruxelles à Copenhague.
© Clarke/Cerise chez Le Lombard
Sacrifiant l’action coûte que coûte aux explications (un peu brouillonnes, parfois) et aux relations imprévisibles entre les humains, Clarke assied une nouvelle fois son art qui, plus loin que de raconter le réel, de le documenter, tente de déjouer les pièges de demain et de ramener, au-delà des tourments, un peu de sérénité. Comme celle des premiers instants qui nous voient serrer un nouveau-né tant désiré.
Illustration © Clarke

Titre : Les Danois

Récit complet

Scénario, dessin : Clarke

Couleurs : Cerise

Genre : Anticipation, Thriller, Politique

Éditeur : Le Lombard

Nbre de pages : 104

Prix : 17,95€

Date de sortie : le 05/01/2018

Extraits :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s