La maison des hautes falaises…aussi décoiffant qu’émouvant

Un roman venteux, ébouriffant, émouvant… Un roman qui se lit dans le bruit des embruns, qui se goûte comme les éclats d’eau salée sur les lèvres… Un bouleversant récit de vie dans la violence des falaises de la côte australienne.

Avec « La mémoire des embruns », le premier roman de Karen Viggers, j’avais déjà respiré l’iode à plein poumons. Elle nous embarquait en Tasmanie, sur une île balayée par les vents violents, par les vagues trop fortes, par le pôle sud pas si lointain. C’était bouleversant de vérité, un nettoyage au karcher des émotions qui s’accumulent et refusent de sortir.

Et « La maison des hautes falaises » me direz-vous ? C’est encore plus abouti… Ce roman est comme le courant d’air du matin, lorsqu’on ouvre toutes les fenêtres en plein hiver, durant quelques minutes, pour purifier l’air ambiant, l’atmosphère un peu étriquée du réveil. Ce roman est une bulle d’oxygène, un besoin vital de poursuivre la lecture, de replonger dans l’univers que Karen Viggers nous propose, nous offre.

Les personnages sont compliqués et pourtant tellement humains. Ils ne se laissent pas approcher de trop près, ils ne se dévoilent pas au lecteur de but en blanc… il faut vouloir les découvrir pour tenter de les comprendre… Et encore, pas certaine d’avoir toutes les clefs, mais ça ne rend la lecture que meilleure.

Des scènes de tempêtes tellement réelles que le bruit envahit la tête, que les yeux vous piquent, que vos poumons vont exploser de ce temps… Mais ce roman électrise, il est comme une drogue vers laquelle on revient.

Grand cadeau au pied d’un sapin déjà bien garni, l’histoire se place dans le cadre de la migration des baleines vers le sud. Une découverte de cet animal tellement majestueux qu’on n’a qu’une envie, se réserver un billet combiné avion-bateau à destination des terres australes pour la prochaine migration du printemps.

Magnifique, humain, tendre et émotionnellement très riche, voilà une lecture qui vous imprègne durablement et qui, peut-être, vous rendra meilleur.

Karen Viggers

La maison des Hautes Falaises

Les Escales -2016

978-2-36569-186-4

422 pages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s