The War On Drugs vous emmène sur une highway sonique sans fin, en route vers le plaisir ultime

The War on Drugs sort son premier album studio, Wagonwheel Blues, en 2008. Peu après, Kurt Vile, membre fondateur du groupe, décide de partir pour se consacrer à sa carrière solo. En 2011, le band nous propose un deuxième album Slave Ambiant qui témoigne déjà des prémices de ce que sera leur troisième opus Lost in the Dream (2014) accueilli avec enthousiasme par la presse et le public. Aujourd’hui, avec son petit chef d’oeuvre sous le bras, le magnifique A Deeper Understanding, The War On Drugs est devenu un groupe incontournable qui remplit les salles de concert en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Après un concert sold out à Forest National, le 4 novembre dernier, le groupe était de retour à la Lotto Arena ce 29 novembre et jouait à nouveau à guichets fermés.

The War On Drugs ©Jean-Pierre Vanderlinden

Impossible de parler de The War On Drugs sans souligner la personnalité écrasante de son leader Adam Granduciel, chanteur et guitariste principal. Car c’est bien sûr sur lui que tous les regards sont rivés dès l’entrée du band sur scène. Son jeu de guitare, tout en finesses et pouvant parfois s’avérer tranchant, et sa voix (qui n’est pas sans rappeler dans certaines de ces intonations le Dylan période The Band) sont indiscutablement la marque du groupe. Autour de lui les autres membres du groupe témoignent d’une jolie cohésion. On trouve à la basse Dave Hartley, à la guitare Robbie Bennett, à la batterie Charlie Hall, aux multiples instruments (saxophone, guitare, trompette) Jon Natchez et aux claviers et guitares Anthony LaMarca.

The War On Drugs ©Jean-Pierre Vanderlinden

Tout ce beau monde attaque le show avec « In Chains », « Baby Missiles » et « Pain ». Un joli lightshow habille la scène et c’est avec « An Ocean In Between The Waves » que le public commence réellement à frémir sous le coup de cette version magnifique. La suite est tout aussi passionnante et le concert prend encore une plus grande dimension avec « Red Eyes » et le répétitif et lancinant « Thinking Of A Place ».

The War On Drugs ©Jean-Pierre Vanderlinden

Ce titre représente à lui seul l’effet que la musique de  The War On Drugs  produit sur l’auditeur, une impression de beat magnétique lancinant qui vous emmène sur une highway sonique sans fin en route vers le plaisir ultime. Le puzzle musical mis en place par les musiciens et assemblé de main de maître par Mister Granduciel s’assemble au prix de joutes guitaristiques épiques. « Holding On », « Under The Pressure » et « Clean Living » clôturent en beauté un set irréprochable. Magnifique !

The War On Drugs ©Jean-Pierre Vanderlinden

En rappel, le groupe revient nous offrir « Come To The City  » avant un dernier « In Reverse »  en mode acoustique. Avec The War On Drugs on se trouve bien aujourd’hui devant une des meilleures formations du genre et le concert de ce soir au Lotto Arena restera encore longtemps imprimé dans les souvenirs de ceux qui ont eu la chance de le vivre.

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden

Setlist :

* In Chains
* Baby Missiles
* Pain
* An Ocean in Between the Waves
* Strangest Thing
* Nothing to Find
* Knocked Down
* Buenos Aires Beach
* Red Eyes
* Thinking of a Place
* Holding On
* Under the Pressure
* Clean Living
Encore:
* Come to the City
* In Reverse

Le concert en images…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s