Sérum de Cyril Pedrosa et Nicolas Gaignard, rien que la vérité, toute l’horrible vérité

Alors qu’on a appris à le connaître en tant que formidable auteur complet, Cyril Pedrosa tente, avec Serum, une nouvelle collaboration et cède la main du dessin à un « jeune » premier, Nicolas Gaignard. L’occasion de se balader dans ce que sera Paris en 2050, entre couvre-feux et éoliennes. Et si tout le monde dit la vérité (mais est-ce vraiment envisageable ?), le monde ne va pas tellement mieux. Pire…

À lire aussi | Cyril Pedrosa: « J’ai eu moins peur de tenter des choses, de me planter »

© Pedrosa/Gaignard

Résumé de l’éditeur : Paris, 2050. Depuis les purges qui ont suivi le changement de régime, les tensions sont loin d’être apaisées. Une organisation clandestine semble préparer une action spectaculaire. Reclus dans son minuscule appartement, Kader vit seul. Il ne parle à personne. Une injection de « Sérum », un produit psychoactif, l’empêche de mentir. Qu’il le veuille ou non, il ne peut dire que la vérité. Rien que la vérité. Toute la vérité. Cette malédiction fait de sa vie un enfer.

© Pedrosa/Gaignard/Delf chez Delcourt

Ça pourrait se passer sur une planète hostile, mais non. Ce que vous voyez, qui s’étend à perte de vue jusqu’à une Tour Eiffel qui a changé d’entourage, c’est bien un champ, une banlieue d’éoliennes à quelques encablures du centre de Paris qui ne bat plus vraiment la mesure. Que c’est poussiéreux et sale. Les temps ont changé, et dans ce désert où brillent quelques lucioles, Kader veille, toutes sandalettes dehors, sur le peuple du vent. Il est bien là, Kader, avec la technologie en bruit de fond, loin de ses pairs. Les secrets sont lourds et la solitude et le mutisme peuvent en être les meilleurs garants.

© Pedrosa/Gaignard/Delf chez Delcourt

Et qu’on ne l’invite pas à boire un pot, Kader parle en toute franchise : il déteste ses collègues. Là est l’effet cauchemardesque du sérum qu’on l’oblige à avaler pour d’obscures raisons en lien avec son ex-femme et sa fille qu’il chérit. Mais Kader ne fait pas de vagues, traversant les scènes de guérilla urbaine sans s’attirer de soucis, tout droit vers le sursis auquel il a droit, sous surveillance, avec sa fille. Pendant que, sur les écrans, la présidente française (pas Marine) jure qu’elle dira la vérité, toute la vérité, rien que la vérité.

© Pedrosa/Gaignard/Delf chez Delcourt

Elle est étrange cette perte de repère dans une ville lumière à laquelle on était habitués et qui semble avoir perdu sa flamme, son étincelle. Et si on la reconnaît entre mille, qu’on y croit dur comme le fer de la Tour qui ne lui sert plus de garde-folie, on a mal de la voir comme ça. Et ça ne va pas s’arranger. Pedrosa, Gaignard et Delf aux couleurs ne sortent pas la grosse artillerie science-fictionnelle mais y vont par petites touches. Leur univers, ils y pénètrent par petite touche pour montrer que tout a changé mais que l’enjeu n’est peut-être pas que là et que le propos concerne aussi notre monde à nous, ici et maintenant.

© Pedrosa/Gaignard/Delf chez Delcourt

On n’a pas envie de vous en dire trop, histoire de ne pas gâcher votre plaisir et votre frayeur mais ce récit d’anticipation est vachement bien embarqué, jouant en trompe-l’oeil et en apparences pour dire la cruelle vérité. Laquelle ? Il y en a plusieurs et la machination avance ses pions contrecarrant la quête de cette vérité qui semble tant compter mais jusqu’à quel point. À l’heure où même la télévision publique se désengage de ses missions et met en péril des émissions essentielles d’investigation comme Cash Investigation, Sérum a toute son importance, ne nous faisant pas retomber en enfance mais nous faisant entrer dans l’âge adulte, quand il faut se méfier de tout.

Titre : Sérum

Récit complet

Scénario : Cyril Pedrosa

Dessin et couleurs : Nicolas Gaignard

Genre : Anticipation, Thriller politique

Éditeur : Delcourt

Nbre de pages : 150

Prix : 18,95€

Date de sortie : le 18/10/2017

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s