Grands crus en eaux troubles : vaudeville… et de vin rocambolesque avec vue sur la vigne claire mais un peu bouchonnée

En cette période de l’année, au coin du feu, on n’a pas trop le choix du grog, d’un cacao chaud ou d’un thé. Notez qu’un bon verre de vin (pas forcément chaud),  ça réchauffe aussi le coeur. Ce n’est pas pour rien que les salons du vin éclosent un peu partout dans la région. Des cépages dont les arômes qui font voyager et nous emmènent dans le Sud où Laurent Panetier, Georges Van Linthout et Alice Fischer sont sur la piste de ce qui pourrait être le plus gros casse viticole et folklorique de l’Histoire.

© Panetier/Van Linthout/Fischer chez Glénat

Résumé de l’éditeur : Antoine et Julien travaillent pour un mensuel indépendant, La Feuille de vigne, spécialisé dans le milieu du vin. Leur prochaine enquête concerne Jean Poitou, un célèbre collectionneur de grands crus récemment victime d’un cambriolage. Un individu fantasque et singulier, connu pour ses prises de position radicales, en croisade contre la spéculation à tout crin qui fait monter la cote des grands millésimes à des prix plus qu’exorbitants. Quelqu’un qui ne s’est donc pas fait que des amis… Arrivés chez Poitou, Antoine et Julien découvrent un certain nombre de « bizarreries » qui les incitent à rester pour mener leur propre enquête.

© Panetier/Van Linthout/Fischer chez Glénat

M’enfin ! Un vin, ça se boit. Ça ne s’entrepose pas durant des décennies comme on le fait de bandes dessinées dans une bibliothèque. Et pourtant, Jean Poitou est un as du vin (ou de la vinasse quand elle a tourné des années) et collectionne les vins de prestige comme on collectionne les timbres-poste. Et si le goût de ces grands crus est à relativiser, reste qu’il y a des collectionneurs aussi fous que lui pour les marchander… ou les lui voler. Un sacré magot couleur raisin, mine de rien ! De vent mauvais en vin mauvais, cagoule et armes d’assaut en prime. De vendange en vidange. De quoi secouer ce bout de campagne et de vignobles bien tranquille mais de quoi réveiller la vin-dicte populaire (quoique Poitou l’a peut-être bien mérité, de l’avis de certains) qui entend bien ne pas laisser ce crime, contre l’humanité imbibée, impuni. Si les collectionneurs dégustent, reste à voir si les voleurs seront vinifiés et condamnés à la peine capiteuse.

© Panetier/Van Linthout/Fischer chez Glénat

Avec vue sur la vigne… pardon la ligne claire, c’est tout un pan du patrimoine franco-belge qui coule dans les veines de Georges Van Linthout, comparse notamment de Walthéry et souvent à l’oeuvre dans des collectifs pour la bonne cause mais aussi papa de Lou Smog. Georges est loin d’être un inconnu, son trait est franc et sympathique, souriant et pertinent dans cette histoire qui titille les zygomatiques à défaut de vraiment nous faire goûter ces grands crus promis qui, entre deux péripéties, ont beau nous mettre l’eau à la bouche mais n’en lâche pas une goutte.

© Panetier/Van Linthout/Fischer chez Glénat

Par contre, ça faisait longtemps que Laurent Panetier n’avait plus en haut de la couverture, lui qui était si habitué aux livres humoristiques (Blagues bien typées et autres passionnés de la petite reine). S’il n’a rien perdu de ses réflexes, force est pourtant de constater qu’à force de zyeuter sur des références comme Gil Jourdan, cet ouvrage prend des allures de pastiches séparant trop les bons grains de l’ivraie. Et c’est dommage car le casting, de l’excentrique victime au milliardaire russe intéressé par cette collection démesurée, sans oublier les deux enquêteurs amateurs, était plutôt bien mis en place, bien charpenté.

© Panetier/Van Linthout/Fischer chez Glénat

Mais voilà, cet album (qui sort pourtant de la gamme de produits stéréotypés et se prenant trop au sérieux de ces dernières années)  manque de tanin pour se boire jusqu’à l’ivresse ou, même, sortir de l’immense production livresque que l’or rouge arrose chaque mois. Reste une insouciance effervescente à défaut d’être gouleyante.

Titre : Grands crus en eaux troubles

Récit complet

Scénario : Laurent Panetier

Dessin : Georges Van Linthout

Couleurs : Alice Fischer

Genre : Humour, Enquête, Vaudeville

Éditeur : Glénat

Nbre de pages : 56

Prix : 14,50€

Date de sortie : le 04/10/2017

Extraits : 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s