On l’a trouvée plutôt très jolie la Leyli de Michel Bussi

Vivre dans vingt-cinq mètres carrés même si on a vue sur la Mer Méditerranée c’est très contraignant, surtout lorsqu’on a trois grands enfants et que l’on collectionne les chouettes (une centaine, rien que ça). Dans cette tour des Aigues Douces où elle se sent à l’étroit, Leyli, femme de ménage d’origine malienne  raconte sa jeunesse passée non loin de Bamako à son voisin Guy, un type un tantinet raciste mais qu’elle trouve pourtant charmant. Une histoire faite de secrets, de malédiction, de trésor…

À lire aussi, l’avis de Marie-Sophie : Leyli, le premier Bussi que j’aurais aimé ne pas lire ….

Au même instant, la police découvre dans un hôtel à thème le cadavre d’un homme dont on a tranché les veines. Dans les poches de celui-ci, 6 coquillages et un curieux bracelet coloré. Qui pouvait donc en vouloir à cet homme sans histoire qui travaillait dans l’humanitaire, dans l’aide aux réfugiés? Et surtout, pourquoi lui a-t-on volé un peu de son sang?

Les images extraites des caméras de surveillance semblent accuser Bamby la fille de Leyli. Mais est-ce bien elle la meurtrière?

Marseille

Les mélomanes auront sans doute remarqué que le titre du roman fait référence à la magnifique chanson  » Lily  » de Pierre Perret, une chanson sortie il y a tout juste 40 ans et toujours on ne peut plus d’actualité. Un titre pas vraiment choisi au hasard tant la problématique des réfugiés, des migrants fait partie intégrante du nouveau polar de Bussi. L’occasion pour l’auteur de « Maman a tort  » et de  » Nymphéas Noirs  » d’égratigner à sa façon (Bussi est un vrai gentil) cette France des droits de l’Homme,  des droits qu’elle bafoue régulièrement.

On prend donc un malin plaisir à tenter de découvrir où l’auteur veut nous mener, car il adore ça, manipuler ses lecteurs, les laisser se perdre dans une intrigue dont lui seul a la clé, le fin mot de l’histoire. Et comme à chaque fois on est bluffé par l’imagination fertile d’un auteur qui se montre dans ce roman un peu plus engagé que d’habitude.

« On la trouvait plutôt jolie » de par son thème principal et ses personnages émouvants est sans conteste l’une des plus belles réussites de Michel Bussi.

Titre  : On la trouvait plutôt jolie

Auteur : Michel Bussi

Genre : Polar

Editeur : Presses De La Cité 

Nbr de pages : 464

Date de sortie : le 12/10/2017

Prix : 21,90 €

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s