Surface de réparation d’Olivier El Khoury : naissance et coups francs d’un anti-héros qui a la tête comme un ballon

Dans les étales des libraires, il est difficile de la louper. Elle habille les livres de jolis bandeaux destinés à vendre et nous martèle de ces mêmes noms que l’on a déjà vu l’année dernière, et celle d’avant encore. Septembre est là, c’est la rentrée littéraire, l’occasion de voir déferler une marée de livres, certains prévus depuis des mois, d’autres prêts à être oubliés et d’autres encore inattendus. Dans cette dernière catégorie, j’appelle Olivier El Khoury et son premier roman, Surface de Réparation. 160 pages de dribbles, d’énergie et d’humour à apprécier que l’on soit fan de foot ou pas.

(Photo de couverture : © Éric Barbeau)

9782882504838

« Je suis né sans encombre, sans résistance. Dans un flegme insolent qui me collerait à la peau et me sauverait de l’emprise de ma destinée pathétique. Je n’avais pas conscience de la vie qui m’attendait ni de la crispation de mon père lorsqu’il m’a pris dans ses bras et que mon corps chaud l’a apaisé le temps d’un moment de pure félicité. Pour autant, je sentais déjà le fardeau bleu et noir qui m’accablait. J’étais mené au score et j’avais toute une vie pour renverser la vapeur. »

Une couverture qui semble déjà avoir traversé les années, comme ces vieux classiques jaunis qui traînent dans nos bibliothèques depuis des années mais qu’on se plait toujours à ressortir. Un titre intriguant. Un auteur namurois sélectionné pour le Prix Stanislas. Les raisons susceptibles de pousser le lecteur à s’intéresser à ce roman sont nombreuses. Et une fois la première page tournée, c’est une brise légère qui souffle entre nos mains, une plume dynamique et simple à la fois qui surprend autant qu’elle peut charmer.

Autant dire que l’entrée dans ce roman est fracassante. On se sentirait presque devenu ballon de foot, projeté sans ménagement dans une arène où deux équipes s’affrontent. Renverser la vapeur, c’est ainsi que se nomme le chapitre d’ouverture, les premiers mots sont percutants, le tête à tête (façon Zidane et Materazzi) avec l’auteur est immédiat. Notre héros du jour est un looser, un vrai ! De malchance en malchance, de match en match, il nous livre sa vie, sans filtre, en dix-sept anecdotes.

L’histoire se tisse peu à peu, parfois sans queue ni tête, poétique par moment et toujours truffée de malice. Au rythme des pages, on oscille dans le monde singulier de cet antihéros qui semble toujours en proie aux extrêmes; l’adolescence et la maturité, l’image et la vraie nature, l’oisiveté et la carrière. Avec humour toujours, le jeune auteur nous plonge dans le milieu du foot qu’il décrit avec brio. Il tisse des parallèles surprenant entre littérature et sexualité obsessive et retranscrit une vraie amitié qui lie son héros, basané et éduqué à ses compagnons de beuveries.

C’est donc de chronique en chronique que l’on saute, s’étonnant toujours un peu plus du contraste saisissant entre un argot plutôt rude et des envolées plus poétiques voyant s’enchaîner un vocabulaire recherché. Malgré tout ce qui peut nous surprendre et nous amuser dans la vie de notre héros, on ne peut s’empêcher de se sentir un poil frustré. Dans l’écriture, le tour de force est au rendez-vous, c’est une évidence, mais dans le fond on a vite l’impression de rester, à juste titre, toujours en surface. La vulgarité dérange et lasse, les allusions vénériennes se multiplient sans être nécessaires et alors que la monotonie point à l’horizon, voilà que l’on éprouve le vif sentiment de tourner autour du pot ou du goal. Dommage. On aurait tant aimé pouvoir se laisser emporter corps et âme dans ce premier roman qui avait tout d’une victoire écrasante du club de Bruges.

Si on referme ce bouquin avec un certain regret purement scénaristique, d’autre part, on ne peut qu’être ravi de la rencontre que nous, lecteur, venons de faire. Aujourd’hui, nous avons rencontré une belle plume, une vraie empreinte à crampons qu’on ne risque de pas d’oublier. Celle d’un futur grand ? L’avenir nous le dira mais c’est bien parti…

9782882504838

Titre : Surface de Réparation

Auteur : Olivier El Khoury

Éditeur : Éditions Noir sur Blanc

Collection : Notabilia

Pages : 160

Prix : 14 euros

Sortie : 17 août 2017

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s