Le Théâtre de La Louvière flambant neuf et parmi les plus performants de Wallonie pour accueillir des grands noms

Christophe, Albin de la Simone, Fishbach, Tim Dup… Rien qu’au niveau des concerts annoncés à La Louvière dans les prochains mois, on est tombé de notre chaise. Et on s’est relevé avec la certitude qu’un vent nouveau soufflait sur la culture dans ce coin du Hainaut qui se fait une place entre Charleroi et Mons et face à Bruxelles. Puis, le nouveau centre culturel/théâtre, attendu depuis un looooooooooooooooooong moment (huit ans), a été inauguré, et là on a compris l’ambition de ce nouveau « place to be » auquel on n’aurait pas cru il y a si peu de temps.

« La culture, à Louvière, c’est mieux qu’un gros bol d’air !« , le slogan parle de lui-même, le nouveau théâtre de La Louvière se conçoit comme une oasis, un eldorado qui fait mieux qu’exister par rapport à d’autres infrastructures de grandes villes. « Ça a pris des années, ok. Mais on sait pourquoi on a bien fait de patienter. Après 50 ans de bons et loyaux services, le Théâtre de La Louvière, vaisseau amiral des lieux culturels de la région du Centre commençait à montrer des signes de faiblesse. C’est pour ça qu’on s’est lancé dans cet énorme chantier.« 

Tellement énorme qu’il a tout fallu revoir : de l’extension de la cage de scène et du plateau au renforcement des murs en passant par le remplacement de la toiture mais aussi de sièges et la mise en abîme de certaines parties du théâtre au travers l’utilisation de couleurs vives. Sans parler de la création d’espaces de vie et de travail, de nouvelles loges, d’une tenturerie revue, tout comme les éclairages et l’intégration de l’œuvre d’art de Michel Moffarts. Un travail d’Hercule, d’autant plus que s’imposait une envie supplémentaire : conserver l’esprit 58/expo universel cher à ce lieu. Et voilà le théâtre parmi les mieux équipés de Wallonie. « La chose dont on est vraiment fiers ? le système d’amplification acoustique a été mis au point par les acousticiens du Palais 12 du Heysel. Salle que l’ingénieur du son de U2 considère comme possédant la meilleure acoustique du monde. Rien que ça. » Aussi, la scène est équipée d’un système de commandes de 54 perches, soit l’égal de l’Opéra de Liège. Le petit-frère a décidément bien appris de ses (très) grands-frères.

© Fabrice Plas

La salle en elle-même est capable d’accueillir près de 1000 personnes (954 en vérité) mais peu s’ajuster grâce à un rideau de séparation pouvant varier à l’envi et au besoin l’intimité ou la popularité de la salle. Tout a été fait pour permettre la plus grande visibilité. Finis les balcons, condamnée l’allée centrale, place à une pente augmentée, tout est fait pour que vous voyiez le mieux possible les spectacles, où que vous soyez positionnés. Aussi, le public devrait pouvoir mieux se déplacer dans cette salle, même comble, et les fauteuils (passés du rouge daté au « gris chaud ») sont annoncés plus confortables. On ne demande qu’à tester le temps d’un événement longue durée.

© Fabrice Plas

Et il y aura de quoi faire dans les prochains mois. Car après une longue hibernation, le vaisseau amiral se met en branle et n’y va pas par quatre chemins pour proposer une saison 1 balisée sous les signes de l’identité (« qu’est-ce qui fait de nous des humains ? de la couleur de peau à l’amour en passant par les cataclysmes), du genre (un vaste débat en mars contenant une vingtaine de propositions tous arts confondus) et de la fascination (pour le meilleur et pour le pire).

Ainsi, alors qu’octobre et une partie de novembre se passeront encore principalement au Palace pour la programmation nouvelle du centre culturel régional de La Louvière (alias Kultur La Louvière) avec Feux d’Artifresh (un spectacle burlesque et poétique par les danseurs hip-hop que sont les Happy Brothers, allant chercher ses références dans les films muets d’hier pour questionner l’inhibition par les réseaux sociaux et les jeux vidéo d’aujourd’hui), la toujours inattendue An Pierlé, le quatuor à clavier (Jean-Claude Vanden Eyden au piano, Lorenzo Gatto au violon, Vincent Hepp à l’alto et Sarah Dupriez au violoncelle) ou encore la curiosité qu’est Happy Hour (encore un duo jouant, et dansant surtout, de Monteverdi comme de Dylan, toujours en humour).

Puis, viendra le temps de la frénésie et des premiers pas officiels dans le Théâtre rénové. Une collusion de grands moments puisque pour cet acte d’amour de la culture dans ce phoenix réanimé, c’est le Slava’s Snowshow qui ouvrira les hostilités. Un spectacle venu de Russie qui lâche les clowns pour le rire et les larmes et entraîne le public dans une odyssée inspirante et aspirante, d’une puissance hallucinante.

La saison sera on ne peut plus lancée après ce départ de feu qui nous emmènera vers un spectacle sioux (À vos scalps) ou germano-burlesque (le Zootrop Kabaret), vers des concerts prestigieux (la classe d’Albin de la Simone, l’audace d’un Tim Dup ou les bonnes ondes de Konoba) et tout plein d’autres.

Pour 2018, notons aussi (mais on aura le temps de vous en reparler) un hommage du West Music Club au groupe Placebo (celui de Marc Moulin pas celui de Brian Molko), Luz Casal qui chantera Dalida (!), Moutoufs (« Ce spectacle, c’est l’histoire de cinq Belges qui ont un père marocain. Ça aurait pu être aussi l’histoire de cinq Marocains qui ont une mère belge.« ), les vertigineuses sonorités de Christophe, les perles scolaires de l’inlassable Pierre Mathues, les traditions et les voyages de Refugees for Refugees ou encore José Van Dam au pays et dans le répertoire de Carlos Gardel pour Caminito.

Alors, bloquez déjà les dates !

Plus d’informations sur le cite du centre culturel régional du centre (La Louvière) : www.ccrc.be

Ou sur la page Facebook.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s