Paul Weller a éclaboussé l’AB de sa générosité avec un concert marathon cinq étoiles ! [Review & Photos]

Fort d’une carrière de quatre décennies, Paul Weller reste au jour d’aujourd’hui une valeur sûre de l’histoire du rock, et le concert marathon qu’il a donné ce 5 juin à l’AB en fut la preuve vivante.

Paul Weller © Jean- Pierre Vanderlinden

C’est en 1977 que notre homme fait ses premiers pas sur les planches britanniques avec The Jam et intègre la scène new wave. Contrairement aux groupes punks qui arborent épingles à nourrice et perfectos pourris, les membres de The Jam jouent en costumes noirs et cravates noires s’inspirant du look des mods des 60’s. Avec leur single « In The City » ils intègrent en mai 1977 le top 40 britannique pour atteindre en 1980 le sommet de leur popularité avec «Going Underground » et l’album «  Sound Affects ». Fin 1982, le band se sépare, et Paul Weller forme The Style Council en compagnie de Mick Talbot mais la pop sophistiquée de ce nouveau projet n’atteindra jamais la popularité immense de The Jam. Après sa dissolution, en 1989, Paul continuera une carrière solo prolifique et qualitativement remarquable.

Et nous voilà en 2017. Ce lundi soir, Paul Weller est venu défendre son dernier né «  A Kind Revolution » sur la scène de l’Ancienne Belgique, et comme à son habitude il l’a fait de fort belle manière pour notre plus grand plaisir.

Paul Weller © Jean- Pierre Vanderlinden

Je ne vous parlerai pas de Jacle Bow qui assurait la première partie car je ne les ai pas vus, mais en ce qui concerne Mister Weller, le concert qu’il nous a donné ce soir fait partie des meilleurs shows du Modfather qu’il m’ait été donné de voir.

Paul Weller © Jean- Pierre Vanderlinden

Tout commence avec  » Tomorrow Never Knows » des Beatles diffusé dans les enceintes de la salle avant que Paul ne déboule on stage. Il attaque avec «  I’m Where I Should Be» et le formidable «Nova» tiré de son dernier album. Autour de lui officie un band impeccable composé du bassiste Andy Crofts, du batteur Steve Pilgrim, du claviériste Tom Van Heel et du guitariste Steve Cradock. Tout ce beau monde, épaulé par un percussionniste, brille aussi par ses harmonies vocales, ce qui nous vaut d’excellents titres aux arrangements vocaux magnifiques.

Paul Weller © Jean- Pierre Vanderlinden

Mais Paul Weller c’est avant tout ce rock énergique en diable, teinté de pop et de rythmes funk, joué généreusement avec les tripes.

L’homme fait partie de ces artistes qu’on va voir en live non pas spécialement pour l’album qu’il défend, mais parce qu’on est certain de toujours passer un bon moment quoiqu’il arrive. Discret dans les médias, l’artiste n’en reste pas moins toujours d’actualité et se montre  hyper généreux lorsqu’il se retrouve sur les planches face à son public. Et cette soirée n’a pas fait exception à la règle car il nous a offert un concert somptueux agrémenté  d’un petit intermède acoustique bien sympathique prouvant qu’avant tout il reste un musicien avisé.  Et dans sa setlist composée d’ une multitude de titres passionnants  il a inclu « My Ever Changing Moods » et« Have Tou Ever Had It Blue »  tirés du répertoire de The Style Council ainsi que «  Start » et «  Monday » issus de l’époque  The Jam . Une setlist de rêve dont je peux extraire subjectivement pour une mention particulière  «  Saturn’s Pattern » , «  You Do Something to Me », «  Porcelaine Gods «, « The Changingman » et «  The Impossible Idea » ballade magnifique et envoûtante qui clôture son dernier opus.

Paul Weller © Jean- Pierre Vanderlinden

Au terme de trois rappels, Paul a pris congé de son public avec «  Broken Stones » interprété au piano en toute simplicité. Et si le couvre feu n’avait pas été fixé à 22h30, notre homme aurait certainement continué à nous faire vibrer encore avec quelques morceaux supplémentaires.

Paul Weller © Jean- Pierre Vanderlinden

Paul Weller est un grand Monsieur du rock britannique, un artiste prolixe à qui on ne peut que tirer son chapeau pour sa carrière étonnante et jurer allégeance pour de longues années encore…

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK THE DARK FEATHER

Setlist – AB – 05.06.17 :
I’m Where I Should Be
Nova
My Ever Changing Moods 
(The Style Council song)
Long Time
Saturn’s Pattern
Going My Way
Into Tomorrow
She Moves With the Fayre
Have You Ever Had It Blue 
(The Style Council song)
Up in Suze’s Room
The Impossible Idea
Wild Blue Yonder
Above the Clouds
Woo Sé Mama
You Do Something to Me
White Sky
Friday Street
Porcelain Gods
Peacock Suit
Start! 
(The Jam song)

Encore:
Wild Wood
Monday 
(The Jam song)
What Would He Say?
Out of the Sinking

Encore 2:
These City Streets
Hung Up
Come On/Let’s Go
The Changingman

Encore 3:
Broken Stones

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s