Manifest Destiny 2 : entre crapaud mortellement baveux et moustiques de la mort qui tue, la croisière ne s’amuse plus du tout !

C’est un fait, la forêt a le vent en poupe pour assurer un max de frissons et d’horreurs. Cette fois, c’est dans une expédition de colonisation véridique, que l’histoire et la fiction se troussent. Avec des cow-boys, des Indiens et surtout d’horribles bébêtes qui ne vous veulent pas que du bien. Après les minotaures et les zombies d’un premier tome qui côtoyait l’esprit Walking Dead, place à des monstres pas moins terrifiants. Entre amphibiens et insectes qui semblent avoir… muté. Ce n’est plus un secret, les survivants risquent de se compter sur les doigts d’une main.

© Dingess/Roberts/Gieni chez Delcourt

Résumé de l’éditeur : Merriwether Lewis et William Clark, accompagnés des survivants de leur expédition, poursuivent vers l’ouest à travers les territoires américains inconnus. Ils doivent cependant se rendre à l’évidence : lorsque l’on est coincé sur un bateau, il n’y a pas vraiment de fuite possible… Et les dangers auxquels ils ont dû faire face lors de la première partie de leur voyage ne sont rien au regard de ce qui les attend.

© Dingess/Roberts/Gieni chez Delcourt

Un immense batracien aux langues dévastatrices, une arche végétale qui piège le bateau de l’expédition et une petite plage infestée de moustiques et autres insectes grandeur plus que nature, tous avides de sang humain. Voilà le menu de ce deuxième recueil de Manifest Destiny (du #7 au #12). Et comme la nature a une dent contre ces étrangers, elle compte bien diviser pour mieux régner dans cette aventure qui met son avancée vers l’Ouest en stand-bye et stagne au même endroit durant 144 pages. Voilà l’équipage scindé en deux, Merriwether Lewis sur le bateau et William Clark à terre. Entre chaque équipe, un mince fil tendu permet de s’échanger renseignements, échantillons de cette faune effrayante et plans pour quitter cet infernal piège naturel.

© Dingess/Roberts/Gieni chez Delcourt

Un mort. C’est, en vérité, le bilan total de la vraie expédition Lewis-Clark initiée par Thomas Jefferson en vue de découvrir un peu plus son pays, d’autant plus depuis que la France a vendu aux États-Unis la Louisiane. Ces bases historiques et aventureuses (la vraie aventure ne fut pas de tout repos, même sans affreux monstres), Chris Dingess (qu’on connait plus comme producteur pour la télévision pour Homicide: life on the street, Marvel’s Agent Carter et d’autres), Matthew Roberts (un ancien militaire devenu dessinateur tout risque et tout-terrain) et Owen Gieni ont décidé de leur donner un virage horrifique, de les tremper dans le survival tout en lorgnant du côté de The Mist, Bone Tomahawk ou Cowboys et envahisseurs (en beaucoup moins poilant et ridicule) et autres histoires avec des animaux XXL et dangereux.

© Dingess/Roberts/Gieni chez Image Comics

Après La faune et la flore, voilà donc nos héros malgré eux et un peu colons sur les bords, pris entre amphibiens et insectes. Les auteurs n’ont pas leur pareil pour mettre en scène des monstres semblant tout droit sortir de nos cauchemars. Des monstres réellement terrifiants, pas grotesques pour un sou mais ayant droit de vie et de mort sur nos pauvres explorateurs qui commencent à se rendre compte que la croisière tranquille promise pourrait bien cacher de plus secrets desseins. D’autant plus que si le lien entre l’humain et l’animal semble ébréché, les relations humaines, et notamment entre hommes et femmes, ne sont pas forcément en bonne posture.

© Dingess/Roberts/Gieni chez Delcourt

Chris Dingess, Matthew Roberts et Owen Gieni poursuivent leur excellent boulot s’éloignant de la vérité pour accommoder leurs fantasmes de maîtres de l’horreur. Sous ce soleil et envahi de sueurs froides, Manifest Destiny se joue comme un huis-clos en plein air sur un lopin de quelques kilomètres carrés sur lequel l’étau se resserre de plus en plus. Les pertes humaines sont d’ailleurs de plus en plus importantes et les forces en présence s’affaiblissent. Et nous, à l’abri de ces dangers (du moins, pour le moment, car qui sait ce qui pourrait arriver avec le réchauffement de la planète ?), on prend un malin plaisir à se demander quelle sera la prochaine étape, le prochain cran d’in… sécurité! Car jusqu’ici, la croisière ne s’amuse plus du tout !

Série : Manifest Destiny

Tome : 2 – Amphibiens et insectes

Scénario : Chris Dingess

Dessin : Matthew Roberts

Couleurs : Owen Gieni

Traduction : Benjamin « KGBen » Rivière

Genre : Aventure, Fantastique, Horreur, Western

Éditeur : Delcourt

Éditeur VO : Image Comics (label : Skybound)

Nbre de pages : 144

Prix : 15,95€

Date de sortie : le 15/03/2017

Extraits :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s