Quand la folie est heureuse et contagieuse : « En attendant Bojangles »

Avant tout… et même pour lire cet article, il vous faut absolument écouter Nina Simone et son Mr Bojangles. Des sons qui vous entraînent au delà des mots, de la réalité, des rêves,… 

Impossible de passer à côté, pour cette lecture et pour votre paix intérieure. On ne peut passer une vie sans s’être délecté une fois au moins de cette sonorité suave, douce, sexy et remplie de promesses.

Venons en à notre lecture. Aussi déconcertante et surréaliste, poétique et folle que du Boris Vian, celle qu’Olivier Bourdeaut nous offre est faite de jeux de mots, de bonheurs en vrac, de mensonges et de vérités qui rendent la vie tellement plus belle. « Ceci est mon histoire vraie, avec des mensonges à l’endroit, à l’envers, parce que la vie c’est souvent comme ça ». 

En attendant Bojangles, c’est tellement plus que le plaisir des mots, des sens. J’adore Boris Vian, et c’est vrai qu’il y a quelque chose de son univers dans les pages de ce livre. Mais c’est aussi un univers où le bonheur est primordial, où la joie de vivre imprime chaque instant de la famille de Nina, ou Simone, ou Henriette, ou… Celle qui qui change de prénom au gré des heures, des jours. Pour que son mari l’aime encore et encore, pour que sans cesse la découverte des premiers instants se renouvelle. Pour le surprendre, pour le détendre, pour qu’elle puisse vivre sans contrainte, pour qu’elle soit libre d’être ce qu’elle souhaite, elle fait la fête, boit un peu trop, raconte des mensonges, des histoires plus belles que la vérité, plus intéressantes aussi. Elle danse souvent le soir, toujours sur Nina Simone, avec son mari et ils partagent un amour inconditionnel, irréel.

Dans une danse perpétuelle, au milieu de cocktails farfelus, dans un château en Espagne qui n’est pas que chimère, dans l’atmosphère chargée des fumées de cigare de l’Ordure (un sénateur qui a bien trop de congés parlementaires), au son de Nina Simone et des cris de Mademoiselle Superfétatoire, un grand oiseau exotique qui ne sert à rien à part distraire et râler, dans l’univers de ce petit garçon qui grandit entre une maman extravagante et un papa tout entièrement dévoué au bonheur des siens, ce roman nous ballade dans une vie riche de rencontres, de libertés, de vérités, de priorités déplacées pour la société. N’est-il pas plus important de profiter des amandiers en fleurs au bord du lac d’Espagne que de réviser sa conjugaison? N’est ce pas plus formateur pour l’humain? Au fil des pages, les questions sur notre propre existence surviennent et à nous d’en choisir les réponses, mais c’est aussi une formidable histoire d’amour…

En attendant Bojangles est un livre rare, un livre que je voudrais ne pas encore avoir lu pour le découvrir à nouveau… Une perle, un bijou léger et heureux, comme le bonheur de voir une plume portée par les vents…

Auteur : Olivier Bourdeaut

Titre : En attendant Bojangles

Éditions : Finitude

Année : 2015

ISBN : 978-2-36339-063-9

159 pages

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s