31 ans plus tard, Darragh McKeon nous replonge dans l’enfer de la catastrophe de Tchernobyl

Artiom est ravi. Aujourd’hui, pour la première fois de sa courte vie il va enfin pouvoir chasser l’oie avec son papa. Mais en ce jour de printemps, le ciel est bien étrange, il brille d’une lueur particulière. Quelque chose de terrible a dû se produire. Les oiseaux sur lesquels le garçon comptait tirer tombent sans avoir été touché par le moindre projectile.

À lire aussi | Les chiens de Pripyat: irradiés mais pas complètement morts

Nous sommes le 26 avril 1986, un incendie s’est déclaré au niveau du réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

Prypiat

Au début de son roman et en un seul chapitre Darragh McKeon parvient à décrire de façon percutante et très réaliste, ces minutes, ces heures qui ont fait basculer la ville de Pripyat, située à 3 km de la centrale de Tchernobyl, dans le chaos le plus total. Alors que la sécurité des centrales nucléaires est de plus en plus remise en question, on ne peut qu’être touché par le vécu de ces milliers de personnes qui ont dû quitter leurs modestes habitations en ne pouvant emporter qu’un seul bagage. Aussi, on ne peut qu’être scandalisé par l’attitude cruelle des forces de l’ordre qui tuaient sans hésiter les animaux de compagnie de peur qu’ils ne soient eux aussi contaminés.

Mais le plus grave est sans conteste le manque de réactivité des autorités qui ont préféré prendre leur temps avant d’alerter la population de peur de créer la panique. Résultats: dans les mois qui suivirent la catastrophe des bébés naquirent avec de terribles malformations et de nos jours encore de nombreuses personnes meurent de cancers liés directement à la catastrophe du 26 avril.

Darragh McKeon

En plus d’être un récit empreint d’humanité, « Tout ce qui est solide se dissout dans l’air » est un magnifique roman qu’apprécieront inévitablement ceux qui prônent l’utilisation d’énergies renouvelables et sans danger pour la population et qui en amènera probablement plus d’un à revoir leur jugement concernant une source d’énergie certes bien pratique mais ô combien dangereuse.

Titre  : Tout ce qui est solide se dissout dans l’air

Auteur : Darragh McKeon

Editeur : 10/18

Nbr de pages : 456

Date de sortie : 16 mars 2017

Prix : 8,80 €

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s