Revenu avec un putain d’album, The Jesus and Mary Chain nous a néanmoins laissé sur notre faim à l’AB

L’AB n’affichait pas sold out ce mardi soir pour la venue du groupe écossais, qui vient de sortir l’excellent Damage and joy, mais néanmoins c’est une foule assez nombreuse qui hantait les travées de la salle de la rue des Pierres.

La soirée a démarré avec Tokota qui assurait la première partie. Peu convaincant, le groupe originaire de Gand a reçu un accueil poli et son rock inspiré de la tradition 90’s n’a pas vraiment enflammé le public de l’AB. Une première partie pas vraiment mauvaise, mais assez quelconque comme on en voit malheureusement souvent ces derniers temps à l’AB.

Il est 21h lorsque The Jesus and Mary Chain monte sur scène dans une quasi obscurité.

Jesus and Mary Chain © Jean-Pierre Vanderlinden

Le band démarre le set avec «  Amputation » suivi de «  April Skies » . Le son est puissant, trop parfois si on n’est pas équipé de bouchons d’oreille. Musicalement, ç’est bien évidemment jouissif de réentendre les compos du groupe toujours aussi efficaces, mais en revanche on se demande réellement ce que le combo apporte comme valeur ajoutée sur scène ? Plongés dans un lightshow principalement rouge ou bleu, terreur des photographes, ou dans une quasi pénombre, les musiciens qu’on distingue à peine restent très statiques, quasi immobiles .

Jesus and Mary Chain © Jean-Pierre Vanderlinden

Pas de mise en scène particulière, si ce n’est le logo du dernier album qu’on aperçoit furtivement lorsque la scène s’illumine un peu plus l’espace d’un court instant. Et comme le groupe est loin d’être un champion en terme de communication avec son public, on se dit qu’au lieu d’avoir bougé ses fesses pour assister à ça, on aurait peut-être mieux fait de réécouter les albums tranquillement chez soi, l’ambiance aurait été quasiment la même.

Après une heure de concert et au terme d’un « Reverence » envoyé comme il se doit, le band quitte la scène. Il reviendra quelques longues minutes plus tard pour un rappel durant lequel l’ambiance va enfin monter d’un cran en proposant «  Nine Million Rainy Days » , « Just Like Honey » , «  You Trip me Up «  , «  The Living End », «  Taste of Cindy » et le bouillant «  War On Peace ».

En tout vingt et un titres et une heure vingt de concert que les fans ont certainement adoré, mais qui, personnellement, ne m’a pas emballé plus que ça, le band des frères Jim et William Reid m’ayant donné l’impression de dérouler ses titres sans faire preuve de beaucoup d’enthousiasme. Dommage, j’aurais aimé plus de générosité, mais peut être que vu de la fosse la perception était différente…

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK THE DARK FEATHER

Setlist :
Amputation
April Skies
Head On
Far Gone and Out
Between Planets
Blues From a Gun
Always Sad
Mood Rider
Teenage Lust
Cherry Came Too
The Hardest Walk
All Things Pass
Some Candy Talking
Halfway to Crazy
Reverence
Encore:
Nine Million Rainy Days
Just Like Honey
You Trip Me Up
The Living End
Taste of Cindy
War on Peace

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s