Esperanzah! dévoile totalement sa programmation musicale avec Ozark Henry, IAM, Imany, MHD, Gregory Porter et tant d’autres

C’est moi ou ça sent bon la saison des festivals qui se rapprochent à grande vitesse ? Non, ce n’est pas moi, d’ailleurs, les affiches se complètent et le festival floreffois à ciel ouvert (et dans le décor d’une superbe abbaye), j’ai nommé Esperanzah!, vient tout juste de dévoiler son affiche complète, brillant comme toujours par son éclectisme, sa volonté de fraîcheur artistique et ses combos surprenants et percutants. Du A de Keny Arkana aux Z d’Ozark Henry ou d’Hindi Zahra en passant par le I d’Imany et d’IAM, le M de MHD ou encore le grand G de Gregory Porter, on va en perdre notre alphabet mais en prendre pour toutes les couleurs de la World Music, du 4 au 6 août.

Ça y est donc, en attendant qu’arrive la programmation des arts de rue et du cinéma, la programmation musicale, sans égale en Belgique, de ce haut lieu de la musique du monde et de la réflexion pour qu’un autre monde soit possible est enfin totalement connue. Entre habitués et nouveaux venus.

Ainsi, ce premier week-end d’août battra la chamade pour bien des saveurs. À commencer par le vendredi d’ouverture du festival qui fera la part belle au jazz-soulman Gregory Porter, qui en sept ans et quatre albums s’est affirmé comme un géant incontournable, la preuve avec le deuxième Grammy de sa carrière couronnant son dernier album, Take me to the alley.

Pour le porter, le festival compte bien sur le reggae expérimenté de ProtojE, le cajun de Leyla McCalla ou l’engagement de l’ex-mannequin Imany qui a embrassé avec talent et succès une carrière d’autrice-compositrice-interprète. Tout le monde a encore en tête son planétaire Don’t be so shy ou You will never know. Les Floreffois en premier, puisqu’elle était déjà venue à Esperanzah, il y a quelques années. Puis, il y aura l’OVNI français et délirant, Jacques, on ne vous en dit pas plus. Et le groove du beatmaker ProleteR et les Jordaniens électronique de 47Soul. Un voyage dans la Colombie controversée sera aussi au menu dans un style underground et coloré, engagé, celui de Puerto Candelaria.

Notons que le pays de l’espérance n’a pas oublié les Belges et comptera dans ses rangs, dès le premier jour, l’incontournable rappeur Scylla et ses suppléments d’âme implacable ou la générosité festive des très remarqués Uncle Waldo tout en jazz et en swing rythmique. De quoi mettre le soleil de la partie (on espère) dès les premières notes du festival.

Vendredi 4/08:
Gregory Porter | ProtojE | Imany Scylla | 47Soul | Leyla McCalla | Jacques | ProleteR | Puerto Canderlaria | Uncle Waldo

Samedi sera l’occasion d’entrer en peu plus dans le vif du sujet (si vous n’y étiez pas encore) avec en tête d’affiche les légendes de Marseille et de l’école du micro d’argent, IAM. Les rappeurs, pas seulement contents de fêter les 20 ans de leur album culte, feront leur Révolution, du nom de leur dernier opus.

Dans un style totalement différent (la magie d’Esperanzah! qui, d’une scène à l’autre, nous entraîne toujours ailleurs) et pourtant pas si éloigné, le jeune rappeur bercé d’Afro-trap MHD prouvera que du livreur de pizzas à la gloire d’Esperanzah!, il n’y a qu’un pas et une notoriété solide. La journée contera aussi le rock indépendant libanais de Mashrou’Leila, la « bombe » (selon les Inrocks que, pour une fois, on veut bien croire) « africangungungu » de BCUC (comprenez  Bantu Continua Uhuru Consciousness), les rythmes préhistoriques et psychédélique des Néerlandais de My Baby, la dub poétique de Grèn Sémé, l’électro vodka de Little Big, la tempête électronique et psychédélique venue de Lima Dengue! Dengue! Dengue! et le détour en créole-capverdien (ce qui est toujours bon à prendre pour penser positif et sans souci) d’Elida Almeida.

Encore une fois, les artistes de notre terroir dont les racines nous relient au reste du monde ne seront pas absents de cette grande journée. On découvrira l’ambassadeur bruxello-togolais de l’Afrobeat, Daniel Dzidzonu, on retrouvera avec plaisir le soleil et l’engagement de Chicos y Mendez, on se laissera entraîner dans le reggae-rap du tonitruant Uman et on gardera plus qu’un oeil sur les Indiens belgo-français de Sages comme des sauvages, humoristiques et tellement créatifs.

Samedi 5/08:
IAM MHD |  Mashrou’Leila  |   BCUC |  My Baby |  Grèn Sémé | Little Big | Daniel Dzidzonu | Uman | Dengue! Dengue! Dengue! | Elida Almeida | Sages Comme Des Sauvages | Chicos y Mendez

Dernière journée et non des moindres, le dimanche 6 août, ne sera pas en reste de pointure. À commencer par la rappeuse Keny Arkana qui fera son grand retour en espérant une météo moins dantesque que la dernière fois. Une tête pensante du rap féminin francophile d’autant plus attendue, alors qu’elle n’a plus sorti d’album depuis 2012 (malgré un EP, pour patienter, l’année passée intitulé État d’urgence), qu’elle nous reviendra, en juin, avec la troisième partie de son Esquisse (c’est tout chaud, on l’a appris, ce week-end).

Autre femme au caractère bien trempé et multi-talentueuse, la Marocaine Hindi Zahra connait la musique du monde, puisqu’elle tisse et métisse les genres avec audace et plaisir incommensurable, peut-être encore plus cette fois comme elle sera accompagnée de la Malienne Fatoumata Diawara.

Dans le reste du programme, c’est un coup de bambou jouissif qu’assèneront les Français de Panda Dub tandis que FKJ (entendez French Kiwi Juice) laissera entendre son groove multi-directionnel. Lucky Chops laissera éclater sa folie cuivrée, les Pierce Brothers uniront folk et pop, l’émissaire mauritanienne Noura Mint Seymali mettra tout son héritage (et celui de la griotte Dimi Mint Abba, disparue en 2011 à peine 52 ans) dans la force de sa voix et le collectif sud-africain Batuk perpétuera la house par-delà les horizons.

Du côté de chez nous mais jamais loin d’ailleurs, Esperanzah! met la cerise sur le gâteau en accueillant pour la première fois, Ozark Henry. Son rêve n’en finit plus (pour le paraphraser) et le géant courtraisien vient de sortir l’électronique et organique « Us », tout un symbole à Esperanzah!, d’autant que l’artiste, non content d’être un créatif hors-pair, n’hésite jamais à s’engager, pour la cause des artistes, l’ONU…

Compatriotes également, on suivra avec intérêt les performances de Témé Tan (qui s’est construit une solide notoriété entre hip hop, pop et modernitude) et des High Jinks Delegation qui font le saut du ragtime à la country et n’entendent pas oublier sur le chemin les instruments de la joie que sont les kazoo, harmonica, trombone et autres trompettes. Y’a d’la joie, yihaaaaaaaa. Enfin, on s’en voudrait de ne pas vous signaler le nouveau projet du Franco-Tunisien (un peu belge aussi) Jahwar avec Monika « Mitsou » Miczura (icône internationale de la culture rom), Yallah Bye, électro-chaabi déroutant et hypnotique. Un choc.


Dimanche 6/08:
Keny Arkana | Hindi Zahra & Fatoumata Diawara | Ozark Henry | Panda Dub | FKJ | Lucky Chops | Pierce Brothers | Noura Mint Seymali | Batuk | Témé Tan | Yallah Bye! | High Jinks Delegation 

Terminons encore en vous avouant que cette programmation de concert n’est que la partie visible de l’iceberg et que le grand village du Monde Esperanzah! fourmillera encore cette année de dizaines de découvertes entre théâtre, cirques, arts de rue, rencontres rocambolesques, moment d’information essentiels auprès des stands de sensibilisation.

Bref, vous faites quoi le week-end des 4, 6 et 6 août ? Nous, on sait et on vous en reparlera bien assez tôt. Peut-être même qu’on vous fera gagner des places. Bref, restez branchés !

Infos et réservations sur le site : www.esperanzah.be/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s