When I was an alien : Cobain avant Kurt, l’enfer avant le Nirvana

On choisit ses amis mais rarement sa famille. Le précepte (loin d’être généralisé, ouf !) est connu et les exemples ne manquent pas, au coeur de l’anonymat mais aussi au sein des grandes histoires du rock. Comme celle de la comète Kurt Cobain qui a très vite choisi ses armes pour s’émanciper de sa drôle de famille. Quitte à invoquer les extra-terrestres dans un décor monochrome bleuté. Une fois n’est pas coutume, c’est un court roman graphique italien qu’édite, chez nous, Urban Comics.

À lire aussi | Le roman de Boddah – About a boy

© Deninotti/Bruno chez Edizioni BD

Résumé de l’éditeur : When I Was an Alien revient sur l’enfance de Kurt Cobain, jeune garçon d’Aberdeen féru de musique. Au calme et à la solitude de la vie en banlieue se substitue rapidement un quotidien ponctué de répètes entre amis. Peu à peu Kurt fonde Nirvana, le groupe de grunge qui a bouleversé le paysage musical à jamais.

© Deninotti/Bruno chez Urban Comics

Les familles recomposées ne sont pas uniquement des phénomènes du XXIème sièce. Et le XXème siècle n’était pas en reste. Danilo Deninotti et Toni Bruno en veulent pour preuve les jeunes années de Kurt Cobain. Entre un tambour et une guitare, le gamin connaissait ses premiers émois et trouvait sa religion, sa vocation. De celles qui ne font plus toucher terre alors que tout voudrait vous ramener aux quatre murs et un toit d’un carcan familial qui a tout d’un enfer.

© Deninotti/Bruno chez Urban Comics

À l’instar des grands héros du rock qui font rarement dans la dentelle, Danilo Deninotti et Toni Bruno ne brodent pas et n’ont pas la prétention de brosser l’exhaustivité de ce héros grunge et éphémère. Aussi, bande-son à l’appui (à l’entrée de chacun des trois chapitres, la proposition d’un titre plus ou moins phare de Nirvana), le tandem italien s’est-il concentré sur quatre phases de la jeune vie de Kurt Cobain. Des balbutiements fredonnant les paroles des idoles; d’Arlo Guthrie, des Beatles, de Journey et, plus tard, les Sonic Youth; à l’affirmation d’une volonté de faire de la musique. Vous vous doutez de la réaction des parents, non ? Mais aussi des premières répéts et de la recherche des bons accords, celles qui jettent les bases d’un groupe, sans anicroche. Raison pour laquelle le groupe, qui ne s’appelle pas encore Nirvana (mais, sans beaucoup de conviction, Skid Row, Pen Cap Chew ou encore Bliss) passera par plusieurs batteurs avant de trouver la perle, le fameux Dave Grohl.

© Deninotti/Bruno chez Urban Comics

Interrogeant le jeune Cobain, tutoyant ses envies d’évasion planétaire, Deninotti et Bruno ne plongent pas dans les racines du mal et du mal-être (et encore moins de sa mort) mais plutôt dans les épisodes qui ont fait grandir Kurt et l’ont amené à être un leader, bien loin du gamin incertain et s’isolant pour expier sa haine, bien dans sa peau et sa musique. When I was an alien, bien avant d’être une star, dresse ainsi le portrait par bribe d’une bande de jeunes adultes qui n’a pas encore connu le succès mais joue fort et avec le coeur, sans compter, en pleine recrudescente de créativité.

© Deninotti/Bruno chez Edizioni BD

Ce dont manque un peu, il faut bien l’avouer, le présent ouvrage qui, dans une volonté de parler à un public le plus large possible (de l’ancien grunge à celui qui n’a jamais pu piffer Nirvana) oublie un peu qu’il faut séduire à chaque planche pour ne pas lasser et lier les différents chapitres au risque de perdre le lecteur. On aurait aimé plus de sel et moins de cirque, que ce band naissant soit mis en danger. C’est un peu décevant mais c’est loin d’être désagréable pour autant et le trait de Toni Bruno (on reconnaît bien là l’auteur spécialisé dans l’illustration pour l’industrie musicale, notamment) fait notes de musique et bravoure musicale. Et les passages mettant Kurt en connexion avec le fantastique et les aliens (forcément imaginaires) se révèlent assez dingues et magnifiquement maîtrisés. Après tout, de là où il est, Kurt est peut-être enfin devenu cet alien qu’il croyait être.

Titre : Kurt Cobain – When I was an alien

Récit complet

Scénario : Danilo Deninotti

Dessin et couleurs : Toni Bruno

Traduction : Maxime Berré

Genre : Biographique, Musique, Drame familial

Éditeur : Urban Comics

Collection : Urban Graphic

Nbre de pages : 96

Prix : 14€

Date de sortie : le 10/02/2017

Extraits :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s