Retour à Bruxelles du Phénix Tour: Mais non Renaud, t’es pas tout seul !

Le 9 novembre dernier j’avais assisté au deuxième concert de Renaud à Forest National dans le cadre de son «  Phénix Tour » . Quoiqu’affaibli, le chanteur au bandana rouge m’avait convaincu. Même si sa voix est désormais rocailleuse et hésitante, l’émotion dégagée par ce retour sur scène et l’osmose totale avec son public compensaient largement les manques. J’en étais sorti le coeur léger et le sourire aux lèvres. « Toujours vivant, toujours debout » qu’il chantait le Renaud, c’était pas faux. Cinq mois plus tard, retour du chanteur dans cette même salle forestoise et hélas, cette fois, ce fut la catastrophe.

À lire aussi | Renaud, phénix sans flingue, sincèrement humain

Renaud © Jean-Pierre Vanderlinden

Dès son apparition sur scène avec  » Toujours Debout  » on constate que sa voix s’est fait la malle et que même quand il s’adresse au public en disant « J’ai une rhinopharyngite, c’est pas de chance, enfin je dis ça pour justifier ma voix qui est naze, mais je donne tout ! », on a du mal à le comprendre. Renaud entame  » Docteur Renaud, Mister Renard  » et il galope en raclant son gosier, son excellent band tentant désespérément de rectifier le tir quand il ne chante plus en place et ne respecte pas les temps. Triste.

Renaud est il réellement malade ? Sans doute. Est ce alors bien raisonnable de se produire en concert dans un état pareil alors que chaque mot prononcé est quasiment inaudible ? C’est discutable. L’homme s’est-il également totalement épuisé la voix, liquidé par une tournée harassante? Peut être, aussi. Un peu des deux,sans doute. Mais, ce soir, on souffre avec lui et on en ressent un vrai malaise car on a du mal à reconnaître certaines chansons sauvées in extremis par le public qui reprend les paroles en choeur, l’ovationne longuement et lui fait un triomphe comme à chaque fois. Pourtant, personne n’est dupe.

Renaud © Jean-Pierre Vanderlinden

Et puis le spectateur attentif remarque que Renaud n’a plus le sourire qu’il avait en novembre dernier, il plaisante, mais on sent que le coeur n’y est pas. Il sait sans doute qu’il est mauvais ce soir. Et ça, pour l’ admirateur du « chanteur énervant » que je suis, ça me fend le coeur de l’écrire.

Alors plutôt que de vous narrer le déroulement du concert de ce 30 mars quasi identique à ceux de novembre mais catastrophique au niveau de la voix, je préfère vous livrer la chronique que j’avais écrit dans d’autres colonnes il y a quatre mois et terminer cet article sur une note positive. Car, le vrai visage de Renaud, ce n’est pas cette tragédie musicale dont nous avons été malheureusement les témoins ce soir.

La voici :

Renaud – Forest National le 09.11.2016

Renaud a baptisé sa tournée come back le  » Phénix Tour », et au vu de ce deuxième concert à Bruxelles on comprend vite pourquoi.

L’artiste revient de loin, extirpé depuis un an de l’enfer des vapeurs anisées de l’alcool qui le détruisait jour après jour. De retour sur scène Renaud nous revient toujours debout, le renard s’en est allé se cacher pas bien loin pour longtemps, et même espérons le pour toujours.

Cette deuxième date à Forest National fut énorme à plus d’un titre, dans l’émotion d’abord de retrouvailles tant attendues, et aussi dans le regard ravi d’un homme égal à sa légende et dont les chansons formidables n ‘ont pas pris une ride.

Passé le premier titre où la voix désormais rocailleuse et caverneuse se cherche un peu tremblante d’émotion et peu servie par un mixage qui s’affine, la deuxième chanson qui succède à « Toujours Debout « , » Docteur Renaud, Mister Renard » remet les pendules à l’heure dans le bon sens.
On sent Renaud heureux et presque totalement rétabli d’une grosse crève qui le gênait encore la veille.

« Eh oui j’ai arrêté de boire depuis plus d’un an maintenant…
J’avoue que je m’accorde parfois une petite bière, mais une…
Merci d’être là, ça me touche infiniment et je donne tout ce que j’ai ! « 

Fidèle à son habitude l’artiste chambre aussi gentiment son public, comme on titille un ami qu’on aime.

« Hé, vous étiez plus enthousiaste à gauche qu’à droite de la salle hein ! Non finalement à droite c’était mieux… ! »
La foule siffle gentillement…
« Meunon hein vous êtes cons tout de même ça fait 20 ans que je vous la fait celle là et vous réagissez encore !
C’est pas vrai tout ça, vous êtes tous super ! »

Renaud n’a pas changé, la démarche est plus hésitante mais au fond de lui l’homme garde le même humour incisif et la gouaille sympa qui ont fait son succès. Durant trente titres il va nous faire sourire, chanter, pleurer, et nous replonger avec joie dans son univers tellement personnel qui ne nous a jamais quitté.

Quel bonheur de réentendre toutes ces merveilleuses chansons qui ont bercé notre vie, ces poèmes doux-amers dont on ne pourrait pas se passer.
Et même si sa modestie légendaire et son éternelle difficulté à gérer et accepter sa réussite lui font déclarer qu’il ne comprend toujours pas comment  » Mistral Gagnant » a pu être élue plus belle chanson française de tous les temps alors qu’il y’a a eu des gens comme Brassens, Brel et Caussimon, il doit se sentir pousser des ailes à voir l’accueil que le public lui réserve.
Personne ne l’a oublié, et on l’a tous espéré.
Et ce soir il est à nouveau là devant nous, comme avant.

Derrière lui un groupe de musiciens exceptionnels le portent littéralement et parmi eux un belge, le bassiste Evert Verhelst.

L’ écrin visuel est aussi grandiose que son répertoire avec cette ville en images 3D qui défile sur l’écran géant au fil des chansons.
Magnifique.
Au terme d’une grand messe en totale osmose avec ses fans Renaud nous quitte avec un medley jouissif de ses meilleurs titres ( y’en a t’il vraiment des meilleurs ? ) qui fera se lever toute la salle dans une ambiance extraordinaire .

On retiendra de ce concert et de celui de la veille que notre poteau est de retour, accueilli comme il se doit dès la fin du premier titre par une immense standing ovation et un public aux yeux humides qui ne veut plus le lâcher au terme d’une prestation qui aura tenu toutes ses promesses.
Quel beau moment. Les grands artistes ne vieillissent pas, ils sont sans âge.

Tiens bon Renaud, reste toujours debout, on a besoin de toi et on t’aime.
Merci.

Renaud © Jean-Pierre Vanderlinden

Setlist :
Toujours debout
Docteur Renaud, Mister Renard
En cloque
La Pêche à la ligne
Marche à l’ombre
Les mots
Étudiant – poil aux dents
J’ai embrassé un flic
Déserteur
La médaille
Héloïse
À la téloche
Hyper Casher
Dans mon H.L.M.
Ta batterie
Morts les enfants
Manhattan-Kaboul
Manu
La ballade Nord-Irlandaise
C’est mon dernier bal
Pochtron
Morgane de toi
500 connards sur la ligne de départ
Son bleu
Germaine
Dès que le vent soufflera
Mistral gagnant
La vie est moche et c’est trop court
Marchand de cailloux
Medley: Chanson pour Pierrot / Hexagone / Laisse béton / Adieu Minette / Miss Maggie / La Mère à Titi / Fatigué

Texte et photos : Jean-Pierre Vanderlinden aka JPROCK THE DARK FEATHER.

 

Un commentaire

  1. Le retour de Renaud sur le devant de la scène en 2016 était ce une bonne idée ? Vu la qualité fort médiocre de l’album qui est paru au printemps de cette année là (2016 donc) on peut vraiment dire que non , ce ne fut pas une bonne idée. Oh ! Certes, poussé par des médias qui le chouchoutent et lui pardonnent tout (et le public aussi) le disque a fait un carton . Les chansons « Toujours debout » et « J’ai embrassé un flic » sont devenus des tubes comme à sa grande époque sauf que … de retour sur scène, l’ex gavroche du TOP 50 avait perdu de son plumage: plus de voix, plus d’humour et davantage de kilos sous la chemise . Votre billet sur ce concert jugé catastrophique confirme les retours que j’ai pu avoir depuis le début de cette tournée lucrative mais que Renaud ne peut plus assumer totalement . Le public vient l’écouter en nombre par respect et pour le souvenir de l’artiste qu’il fut (grand !) à l’époque de « Dans mon HLM », « Marche à l’ombre « ou « En cloque » mais ce même public se fiche comme d’une guigne de ses nouvelles chansons qui semblent à mille lieux des excellentes pépites des albums comme « Morgane de toi » , « Mistral gagnant » ou même « à la belle de mai » .

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s