La violence virtuose de Dead Body Road a de quoi faire de l’ombre à Mad Max

Alors là, c’est du lourd! Mettez à fond la musique du dernier Mad Max et embarquez tout de suite à bord d’un bolide emmené à un train d’enfer aux frontières de la violence et aux confins de l’inhumanité. Dead body road, c’est un revenge-road-comics complètement halluciné, un voyage sans retour mais carrément tripant. Ah oui, préparez les pansements!

© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics
© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics

Résumé de l’éditeur: Orson Gage a une mission : assassiner tous ceux, sans exception, qui sont impliqués dans la mort de sa femme. Sa route le mène tout droit en Enfer. Mais Orson Gage s’en fout. Il n’a plus rien à perdre. Entre courses de voitures, meurtres, fusillades et action non-stop, rien ne l’arrêtera dans sa quête de vengeance ultime.

© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics
© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics

Un braquage qui tourne mal, une erreur de parcours et voilà qu’a coulé le sang des innocents et que, en plus, le plus phénoménal magot de l’histoire s’est envolé dans les bras d’un hacker sans envergure, à la blondeur naturelle et au visage lisse. Ça ne fait pas un pli par rapport aux brutes sanguinaires qui sont désormais lancées à sa poursuite dans un western impitoyable qui soulève la poussière et les haut-le-coeur. Sauf qu’il y a un os dans ce désert ensanglanté, et il a un nom: Orson Gage. Un ex-policier ripou mais repenti dont la femme vient de périr dans ce hold-up. Un homme brisé qui n’a trouvé comme seule et irrémédiable solution que de répondre au carnage par le carnage.

© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics
© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics

Si Dead Body Road est vendu comme une histoire entre Banshee et Tarantino, on ne peut, pour une fois, pas donner tort à la réclame. Forgé (et même peut-être plus) dans le même fer que les récents Polar, Damned ou Big Man Plans, cette aventure mortelle (dans tous les sens du terme) imaginée par Justin Jordan et dessiné de manière virtuose par Matteo Scalera est un polar fait avec les règles de l’art dont rien ne laisse présager la fin.

© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics
© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics

Sorte de Bon, la Brute et le Truand puissance 10 (ben oui, il y a une horde de motards aux trousses) avec plus de Truands que de Bons et en version Faster (le film de George Tillman Jr. avec les gueules de The Rock et de Billy Bob Thornton); Dead Body Road est un plaisir coupable et totalement assumé, où la violence gicle à tous les coups (bien aidées par les couleurs de Moreno Dinisio). Face à une telle narration et un tel déferlement, le cinéma serait bien impuissant, et ce comic book prouve tous les avantages indéniables que le Neuvième Art offre par rapport au Septième. Une claque qui vous scotche la gueule sur le bitume.

© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics
© Jordan/Scalera/Dinisio chez Image Comics

DEAD BODY ROAD C1 REP OK.inddTitre: Dead Body Road

Récit complet

Scénario: Justin Jordan

Dessin: Matteo Scalera

Couleurs: Moreno Dinisio

Traduction: Benjamin Rivière

Genre: Revenge, Road Comics, Polar, Action

Éditeur: Delcourt

Collection: Contrebande

Nbre de pages: 128

Prix: 15,95€

Date de sortie: le 02/11/2016

Extraits:

Diverses couvertures utilisées aux USA pour la parution en librairie et donnant bien le ton:

Et si vous voulez en voir plus:

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s