Dépassés les trafics d’armes, place aux trafics de prises d’… otages!

Alors qu’on sort à peine de Vértigo et de ses gangs sud-américains, Nathalie Sergeef nous sert une nouvelle dose de virilité avec Tiago Solan, en compagnie Fabio Pezzi et Céline Labriet. On change d’horizons pour se frayer en chemin dans la poussière des combats modernes, loin des yeux de l’Occident qui y est pourtant partie intégrante et militaire. Loin des yeux, sauf quand une prise d’otages européens a lieu. Alors, branle-bas de combat, il faut à tout prix sauver ses ressortissants. À tout prix? Vous ne croyez pas si bien dire.

© Sergeef/Pezzi/Labriet chez Glénat
© Sergeef/Pezzi/Labriet chez Glénat

Résumé de l’éditeur: Des vallées afghanes au Sahel, les prises d’otages enrichissent chefs de guerre et émirs djihadistes. Tiago Solan, tireur d’élite vétéran, est engagé comme mercenaire par la séduisante et impétueuse Ophelia Conti. Cette jeune et fortunée veuve italienne lui confie une mission audacieuse et périlleuse : s’emparer d’une rançon de plusieurs millions d’euros destinée à de dangereux terroristes, au cœur du désert libyen. Son véritable but : se venger des meurtriers de son mari… En la mémoire d’un époux, au nom d’un frère d’armes, Ophelia et Tiago ont chacun leurs raisons de faire payer les bénéficiaires de ce business juteux et sanglant.

© Sergeef/Pezzi/Labriet chez Glénat
© Sergeef/Pezzi/Labriet chez Glénat

C’est connu, nos médias ont la mémoire sélective, et même le présent sélectif. Animé par la loi du mort-kilomètre (au plus c’est prêt et impressionnant, au plus ça va intéresser le lecteur), nos chers informateurs passent bien souvent à la trappe tout ce qui n’a que peu de rapport avec nos pays. Bon, c’est vrai, avec la folie meurtrière qui a frappé Bruxelles, Nice ou Paris, ces derniers mois, on parle un peu plus des attentats qui prennent place quotidiennement dans certains pays d’Afrique ou du Moyen Orient… mais sinon? On se voile la face. Sauf, aussi, quand les victimes de prises d’otages des seigneurs de guerre et des djihadistes sont des Belges, des Français… Alors là, les priorités changent, ça s’agite en haut-lieu et la libération des malheureux revêt un caractère primordial. Mais si les dés de ce jeu de pouvoir étaient pipés?

© Sergeef/Pezzi/Labriet chez Glénat
© Sergeef/Pezzi/Labriet chez Glénat

Tiago, c’est un tireur d’élite vétéran mais aussi une victime collatérale. Touchons du bois, physiquement, il n’a pas eu à souffrir des outrages de la guerre. On ne peut pas en dire autant de son pote Nico à qui l’ennemi a pris les deux jambes et condamné au fauteuil roulant lors d’une opération d’extraction. Ça arrive, les risques du métier. Mais Tiago ne s’en est jamais remis vraiment et trotte le souvenir de cette épouvantable journée. Jusqu’à ce qu’une journaliste, femme d’un ingénieur agronome un peu trop militant que pour rester en vie et assassiné dans un traquenard, vient chercher ce brave soldat et lui assène que l’opération qui a coupé les ailes de son ami n’était qu’une mise en scène, une diversion visant à camoufler une rançon bel et bien payée. Un trafic en quelque sorte dont Tiago et Ophélia n’auront de cesse de traquer l’homme de l’ombre, le businessman de l’horreur militaire et responsable du mari de la journaliste.

© Sergeef/Pezzi/Labriet chez Glénat
© Sergeef/Pezzi/Labriet chez Glénat

Si l’histoire commence comme un banal récit de guerre, le lecteur se rend vite compte qu’en grattant un peu, les langues se délient pour qu’une intrigue et un propos inédit se dégagent, moins surprenants que totalement crédibles, aussi amorale soient-ils. Mais trêve de bavardage, Tiago Solan est aussi, et avant tout, une série mercenaire ou les héros sont en territoire de guerre et susceptibles de se ramasser une balle à tout moment. Très immersif, le dessin de Fabio Pezzi est bien en place. Voilà un divertissement allié à un fond troublant, et ça ne se refuse pas, que du contraire. On est bien curieux de voir quelle allure va prendre cette série.

tiago-solan-t-1-rancon-detat-sergeef-pezzi-labriet-couvertureSérie: Tiago Solan

Tome: 1 – Rançon d’état

Scénario: Nathalie Sergeef

Dessin: Fabio Pezzi

Couleurs: Céline Labriet

Genre: Guerre, Thriller

Éditeur: Glénat

Nbre de pages: 48

Prix: 13,90€

Date de sortie: le 12/10/2016

Extraits:

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s