Le voyage au Groenland, la folle aventure de Thomas… et Thomas !

Déjà une semaine que le FIFF s’est terminé et l’heure est déjà au bilan. Parmi le gratin du cinéma francophone finement sélectionné par les programmateurs, il y a eu du très bon et du plus mauvais aussi. Mais il y a surtout eu de belles découvertes. Le Voyage au Groenland en fut une magnifique. Entre documentaire, dépaysement et humour, ce nouveau long métrage de Sébastien Betbeder donne, sans compter, énormément de plaisir à ses spectateurs. Un film d’ailleurs auréolé d’une mention spéciale du jury présidé par notre inénarrable Bouli Lanners national ! 

Thomas et Thomas cumulent les difficultés. En effet, ils sont trentenaires, parisiens et comédiens… Un jour, ils décident de s’envoler pour Kullorsuaq, l’un des villages les plus reculés du Groenland où vit Nathan, le père de l’un d’eux. Au sein de la petite communauté inuit, ils découvriront les joies des traditions locales et éprouveront leur amitié.

arton5013

Le Voyage au Groenland,  c’est un de ces films dont on n’attend pas grand chose en prenant place dans la salle, et qui 1h38 plus tard vous laisse retrouver la lumière complètement chamboulé, des images plein la tête. Dès les premières minutes, c’est son authenticité qui ne peut que nous séduire ; l’authenticité de ces décors grandioses, sans filtre, l’authenticité de ces deux grands acteurs que sont Thomas Scimeca et Thomas Blanchard, et l’authenticité de cette histoire, simple et touchante. Encore une fois, Sébastien Betbeder nous offre un film tout simplement beau, et ce sur tous les plans. Après Les Nuits avec Théodore, après 2 automnes 3 hivers, après Marie et les naufragés, il revient pour clôturer sa trilogie groenlandaise, commencée avec son court-métrage Inupiluk et poursuivie avec Le Film que nous tournerons au Groenland. Et il n’y a aucun doute, c’est en beauté qu’il met un point final à cette belle épopée dépaysante.

Film de fiction sur fond de documentaire, ce long-métrage nous emmène bien de loin de notre vieille Europe, à Kullorsuaq, un petit village isolé du Groenland. Des petites maisons aux façades colorées, perdues dans cette immensité immaculée et baignées d’une lumière sans pareille ; le dépaysement est total. Et, il fallait s’y attendre, la photographie est magnifique et ne donne qu’une seule envie:… sauter dans un avion direction cette contrée fascinante s’étendant de l’autre côté de l’Atlantique.

Nos deux héros, brillamment interprétés par Thomas Scimeca et Thomas Blanchard se retrouvent étrangers dans ce village perdu au milieu de nul part. Tantôt loufoques, tantôt irrésistibles, ils insufflent à ce film  l’humour tout en finesse dont il avait besoin. Et pour leur donner la réplique, ce ne sont même pas des acteurs, mais bien les habitants de cette bourgade et ils sont tout simplement bluffants. Leur naturel transcende véritablement l’écran et leur regard est subtilement capté par les caméras de Sébastien Betbeder. La rencontre entre ces deux parisiens atypiques et ces inuits est touchante, et c’est une belle complicité qui s’établit au fil de ce film même si la barrière de la langue reste bien présente. C’est donc également un film sur les relations humaines qui nous est proposé.

voyageaugroenland04

En suivant l’aventure de ces deux héros qu’on ne peut qu’adorer, on découvre, au même rythme qu’eux cette civilisation et ces coutumes qui nous sont inconnues. Au programme, pêche sur la banquise, chasse aux phoques et aux ours, course de chiens de traîneaux, nuits sans lune, mais aussi dégustation de foie de phoque, au grand bonheur des deux Thomas ! De l’autre côté, les inuits découvrent une autre culture, très étrange, où courir ne sert pas qu’aux gens pressés et où, à défaut de tuer un certains nombres de phoques pour vivre, il faut travailler 507 heures. D’ailleurs, la scène de la déclaration aux ASSEDIC mise à mal par un internet lui aussi intermittent, est tout simplement hilarante et constitue l’un de ces beaux moments où la communion entre deux modes de vie s’opèrent, le plus naturellement possible.

Le Voyage au Groenland c’est donc une véritable aventure humaine doublée d’une remarquable aventure cinématographique. On passe un moment inoubliable entouré de personnages touchants qui nous donneraient presque une belle leçon de vie. Dépaysement (et frissons) garanti(s)!

348936-jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Le Voyage au Groenland, de Sébastien Betbeder

Avec : Thomas Scimeca, Thomas Blanchard, François Chattot

Envie de Tempête Productions

Sortie 21 décembre 2016

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s