Va à la plage n’a résolument plus l’âge du bac à sable et n’a vraiment rien d’un marchand de sable!

L’heure n’est assurément plus à aller bronzer sur les plages belges. Encore que. Question de chance, aussi. Comme le titre du premier album très réussi des quatre Bruxellois (le chanteur-guitariste Julien Coene,  le guitariste François Willemaers, le bassiste Benoît Vrelust, le batteur Gilles Arbeau) de Va à la plage. Un nom qui laisse rêveur et qui évoque la bohème des vacances à la mer, mais dont les premiers coups de semonces musicaux prouvent très vite que ce groupe-là est fort crédible et est une des belles sensations de cet automne, qui fait parler la poudre mais aussi notre belle langue française, trop souvent oubliée ou malaxées par les jeunes groupes qui veulent se lancer.

Un riff de guitare entêtant, quelques vinyles de Bowie et de Bashung et de drôles de Lilliputiens, c’est en version « Chérie, j’ai rétréci les gosses », que nous était apparu le groupe Va à la plage nous était apparu dans le clip référentiel de Louise. Un grain de sable dans l’océan du web qui annonçait déjà la couleur, pas bien loin des BB Brunes mais avec une indéniable originalité supplémentaire. Déjà. Restait encore un peu de travail avant de délivrer un album. Ben oui, ça prend du temps quand on veut bien dresser son château, ne fût-ce qu’en sable.

Passe le temps, les années, et on avait fini par les oublier un peu. Et voilà que le jour s’est fait sur la nuit, premier extrait de ce premier album passé par l’étape du crowdfunding. Rien à envier à la belle Louise, tout est là, une Franz Ferdinand Touch, la voix de Julien Coenen bien placée et clamant toute son identité. L’opus est plutôt bien embarqué, tapageur au fil de la batterie, entêtant tout en résistant à l’appel de la mélodie trop facile qui fera se gondoler les radios. C’est efficace mais pas putassier pour un sou ou un euro. Dans le même moule, Question de chance fait bien de donner son titre à l’album, entraînant et clairement bien écrit, au-dessus du lot de la majorité des chansons des artistes « émergents ».

Mais que serait la plage sans l’eau? Et de sa chambre musicale, le groupe bruxellois ouvre ses horizons et nous offre une vue sur la mer ostendaise, en reprenant sans complexe la chanson d’Arno. Une reprise respectueuse? Assurément mais avec l’audace et la réussite de faire découvrir cette chanson emblématique sous un tout autre angle et dans un tout autre genre. C’est sautillant, électrique sans pour autant oublier l’émotion du Tom Waits belge. On sent l’amour du quatuor pour le personnage mais aussi la volonté de ne pas faire une reprise pour simplement faire une reprise et essayer d’attirer l’attention. L’exercice est ici bien plus léger mais aussi plus profond que ça en a l’air. Et encore plus percutant. Ces jeunes-là ne manquent pas de bagout. Waouw.

Mais ce n’est encore rien à côté de ce qui nous attend, le groupe plus ou moins rigolo du début laisse désormais place à l’émotion pertinente et envahissante avec le magnifique et sensoriel Heureux Présage. Emprunt d’une puissance qui pourrait bien créer la surprise. Pour nous, elle est bel(le) et bien là, inattendue mais riche.

Alors, forcément, les gars n’ont pas la prétention d’arriver vierge de toutes références dans le paysage francophone. Et si on parlait des BB Brunes (vaguement et avec une inspiration qu’on a jamais décelée chez les Français, alors) un peu plus haut, les influences s’affinent et on décèle désormais une filiation pas piquée des vers. Un peu de Julien Doré peut-être, du Arthur H, Gérard Manset sur Le grand voyageur, M sur Adieu Mademoiselle, Hervé Cristiani aussi en Alaska. Du beau monde en background, donc, mais qui ne dépasse jamais le groupe qui compose à sa sauce une pop-rock adorable et addictive. Aller à la plage en octobre, c’est peut-être le bon plan, car ni les nuages ni la brise marine ni même les vagues agressives ne viennent désarçonner ces plagistes à l’avenir rayonnant.

va-a-la-plage-question-de-chanceArtiste: Va à la plage

Album: Question de chance

Nbre de titres: 12

Durée: 43 min

Autoproduit

Sorti le: 15 septembre 2016

Concerts: ce 14/10 à 18h au Walvis pour le Festival Francofaune et le 27 octobre à 20h à la maison des cultures de Saint-Gilles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s