Bertrand Lani tente le groove façon écrevisse, et qu’est-ce qu’on en pince!

Bam. Avec fracas, le Namurois Bertrand Lani repart pour un tour avec un nouvel EP fortement léché et chargé d’une musique ô combien généreuse qui ne vous laissera par indifférent. Son nom? Small Bowl, enregistré entre le studio Noise Factory et le studio Simmones. « Small », alors que, pourtant, rien n’y est petit, et avec la nouvelle mouture de son groupe, les Mudbugs (ben oui, certains se sont bien appelés les Beatles) Bertrand Lani prend de l’envergure. Il le prouvera lors de la release party de ce 16 avril au Belvédère de Namur.

C’est peu dire que le garçon a de l’énergie à revendre. Et de la passion, encore plus! Cela nous avait déjà marqué il y a quelques temps lors d’un très chouette concert. Depuis, Bertrand Lani (le frère d’un autre musicien bien en vue, Fred Lani de Fred and the Healers qui joue d’ailleurs sur tous les morceaux de ce nouvel opus) a gagné en maturité et en assurance. Au point de se laisser aller à l’originalité avec un excellent et inattendu premier single: une reprise revisitant – tenez-vous bien – du… Dario Moreno (enfin, si c’est par lui que cette chanson est parvenue à nos oreilles, ce sont surtout les Fraternity Brothers qui l’ont créé). En l’occurrence, Tout l’amour, réécrit majoritairement en anglais et chanté avec une folie et une rage qu’on ne connaissait pas à cette chanson humoristique et poussiéreuse (quasi 60 ans au compteur quand même!).

Un exercice aussi fun que casse-gueule que le jeune trentenaire réussit avec brio entouré de quatre musiciens qui font les beaux jours de la scène belge actuelle. Ça fleure bon le roots. Le ton est donné, flirtant avec un son qui n’a rien à envier aux groupes anglo-saxons, et le saxophone résonne. Détonne même, sans dénoter pour un sou et assurant son statut de nouveauté bien placée dans la musique de ce bluesman parfois excentrique et toujours attachant.

Mais commençons par le début. C’est avec Lazy Brains que s’ouvre ce mini-album composé, quand même, de 6 titres. La voix, un rien stonienne, trahissant (et ce n’est pas pour nous déplaire) le groupe phare de Bertrand Lani, est assurée et déterminée. La guitare qui l’accompagne fait vite place aux autres instruments, piano, batterie et ce saxo à se damner. Un tel son, un peu folk, un peu rock, totalement sincère et sans concession. On n’avait rien entendu de tel depuis bien longtemps.

Mais très vite, on met les doigts de pied en éventail et on savoure la douce ballade 100 days en compagnie de Guillaine Goosse. L’harmonie se dégage de ces deux voix, et l’orgue de bon aloi fait le reste. On est sous le charme de ce moment d’insouciance fortement contagieux.

Bertrand Lani and the Mudbugs - Small Bowl

Mais déjà on repart dans le bayou namurois, on trépigne sur une autre route, The other road. C’est joyeux et enthousiasmant. Le band (Valentin Marchal-Marchant à la basse-contrebasse, Régis Lorant aux claviers, Stéphane Pigeon au sax et Jean-Philippe Jasienski à la batterie) joue bien ensemble, à presque en croire qu’ils ont de la bouteille et jouent depuis 20 ans, tout en jouant d’une jeunesse et d’une fougue bénéfiques. Et ce saxo, encore et encore, qui vient saupoudrer l’énergie dégagée par ces écrevisses, Mudbugs redoutable pour tout qui ne se laisserait pas aller à la bonne humeur ambiante. C’est dire, les rôles se sont inversés et qu’est-ce qu’on en pince pour ses curieux animaux musicaux.

Mais il reste encore des surprises et voilà que s’immisce My Disease, comme issu des temps anciens, d’un son à la fois daté et intemporel. Le clavier en profite et la manière qu’à Bertrand Lani d’habiter ses textes ne dépareille pas. C’est groovy et imparable. Avant de conclure sur l’entraînant Lowdown Shakin Chill. En six titres, Bertrand Lani continue de dévoiler son univers sans répéter ce qu’il avait démontré sur son premier disque mais en allant plus loin, de manière assumée et consciencieuse. Et, en toute franchise, Small Bowl fonctionne du tonnerre. Une dynamite addictive.

Retrouvez Bertrand Lani and the Mudbugs sur leur page Facebook.

Release party ce samedi 16 avril au Belvédère de Namur à 20h avec quelques invités de derrière les fagots et les CityRockers aux platines pour la fiesta d’après-concert. 6€ en prévente, 8€ sur place.

D’autres concerts sont d’ores et déjà prévus:

  • le 20/04 au Welcolme Spring de Louvain-La-Neuve
  • le 30/04 à li fièsse aus Boscailles à Éghezée
  • le 07/05 à Namur en Mai
  • le 04/06 à La Cave d’Hastière
  • le 09/06 au Spirit of 66 à Verviers
  • le 17/06 aux Fêtes de la Musique à Spy
  • le 21/07 aux Fêtes populaires de Bourgeois (Rixensart)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s